[Review] Power Man

Ayant déjà pas mal de comics, je n’achète pas systématiquement les volumes de la collection Hachette mais le concept de consacrer un volume à un personnage ou un groupe en particulier est plutôt sympa et permet de découvrir ou d’approfondir sa connaissance sur des héros qu’on connait moins ou dont on aurait loupé quelques aventures. Comme pour les anthologies, le concept est à la fois agréable et frustrant car parfois, on aimerait bien poursuivre l’aventure au-delà des récits proposés et tout s’arrête brutalement sans qu’on puisse forcément récupérer la suite quelque part.

J’ai, pour ma part, choisi de m’intéresser à Power Man,un héros que j’avais découvert dans Special Strange n°25 alors qu’il sortait Tornade d’un mauvais pas dans Harlem. J’avais été interpellée par la classe de ce personnage furtivement aperçu et son look très années 70 mais je n’avais guère eu l’occasion de le revoir avant un bon moment et je le retrouvai bien plus tard chauve et barbu. Le volume sorti chez Hachette montre bien les deux grandes époques de Power Man et promène le lecteur de la fin des années 1970 aux années 2010.

Un volume qui tombe à pic alors que le personnage de Power Man a fait son apparition dans la série Jessica Jones sur Netflix avant d’avoir sa propre série.

Un résumé pour la route

Power_1Power Man paru chez Hachette en 2016 reprend Power Man and Iron Fist 50 à 53 et New Avengers : Luke Cage 1 à 3. La première partie est consacrée à la tentative de réhabilitation de Luke Cage après sa sortie de prison où il fut enfermé à tort après avoir été piégé par son ex-meilleur ami. C’est aussi les débuts de son association avec Misty Knight et Iron Fist. A peine sorti de prison, Cage est aux prises avec deux individus costumés qui attentent à sa vie puis à une armée presque invincible dirigée par une main invisible. Dans New Avengers, on retrouve Luke marié à Jessica Jones et partant à la rescousse d’un jeune qui l’avait pris pour modèle et l’a presque payé de sa vie. Tiraillé entre sa vie de famille et sa loyauté envers ses amis, Luke va vivre des aventures mouvementées à Philadelphie.

Power Man and Iron Fist 50 à 53 est scénarisé par le grand Chris Claremont et dessiné par John Byrne (mon dieu personnel), Dan Green, Mike Zeck et Sal Buscema. New Avengers : Luke Cage est scénarisé par John Arcudi et dessiné par Eric Canete et Pepe Larraz.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

L’idée de réunir deux époques aussi différentes graphiquement est une très bonne chose à mon sens. Cela permet de montrer des ruptures mais aussi des continuités dans le traitement d’un personnage et de son environnement. Ainsi, dans les deux récits, Cage se trouve confronté au même type de problèmes : les trafics de drogues, la tentative de contrôle d’un quartier par des bandes mafieuses et les représailles pour ceux qui luttent ou qui trahissent. Ainsi, que ce soit à la fin des années 1970 ou au début des années 2010, Power Man évolue dans les mêmes endroits : les quartiers défavorisés dont on se rend compte qu’ils sont confrontés aux mêmes problèmes, quelque soit l’époque à laquelle se passe le récit.

Power_2

J’ai particulièrement aimé retrouvé les origines de Luke Cage, évoquées dans la première partie et les personnages qui évoluent autour de Luke comme Iron Fist, Misty Knight et Colleen Wing qui forment un quatuor assez équilibré et dont Chris Claremont développe les individualités. Comme à son habitude, le scénariste allie actions et rebondissements tout en insistant sur le caractère de ses héros en en montrant les forces et les faiblesses : la douleur de Misty qui reste ancrée en elle après la perte de son bras, la rage de Luke après la trahison de son meilleur ami qui l’a conduit en prison. Fort heureusement, on retrouve cette même humanité dans le scénario de John Arcudi qui pointe les difficultés de Luke à concilier vie de famille et vie super-héroïque et qui le présente doté du même sens de l’honneur bourru que dans les années 1970.

Je m’attarderai quelques instants sur la représentation féminine qui évolue de façon étonnante ici. Dans les aventures scénarisées par Claremont, Misty et Colleen sont présentées comme des égales des super-héros masculins, ils forment plus un quatuor qu’un duo. Elles sont d’ailleurs les employeurs de Power Man et Iron Fist et n’hésitent pas à aller au devant du danger et risquer leur vie. Dans New Avengers, le rôle de Jessica Jones se borne à celui de mère de famille qui regrette l’absence du père parti en mission…

Power_3

L’évolution graphique est intéressante également, y compris le changement de la représentation de Power Man qui correspond à l’évolution de la mode. Le costume jaune et bleu a disparu ainsi que la coupe très années 70 pour laisser place à un Power Man chauve doté d’une petite barbe à la dernière mode et de vêtement beaucoup plus urbains.Le trait des artistes des années 2010 est bien plus anguleux, plus nerveux, plus proche du manga finalement que ceux des dessinateurs des années 70 et cela provoque un fort contraste dans ce volume. Cette confrontation graphique est passionnante à observer et peut inciter certains jeunes lecteurs réticents à se plonger dans des récits plus « vintage » mais tout aussi rythmés que les aventures les plus contemporaines et vice versa intriguer des lecteurs amateurs de style « old school » à découvrir une histoire plus récente.

Alors, convaincus ?

Au delà de la frustration naturelle qui veut qu’on ait envie de poursuivre avec la suite des histoires publiées dans ce volume, ce tome consacré à Power Man est une vraie réussite. Le choix des récits est juste puisqu’ils se répondent parfaitement offrant un pont entre ces deux époques si différentes et pourtant semblables. Power_4

Evidemment, le lecteur novice pourrait avoir la sensation d’être un peu perdu mais l’éditeur fait tout pour rendre la compréhension du récit facile avec un résumé en début de volume qui permet d’entrer dans l’histoire sans trop de difficulté. En fin de tome, quatre pages sont consacrées à l’histoire de Luke Cage et documentent parfaitement l’évolution de Power Man tout en l’insérant dans le contexte social dans lequel il a été créé. Enfin, pour ceux qui voudraient aller plus loin, des conseils de lecture sont également présents.

Je suis vraiment convaincue par cette lecture et par cette collection qui permet aussi bien aux novices qu’aux lecteurs réguliers de se faire plaisir en approfondissant leur connaissance sur un personnage en particulier.

Publicités

14 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bruce Lit dit :

    Belle review. Le fait que Claremont donne le beau rôle à Misty ne me surprend pas. C’était un féministe convaincu

    J'aime

  2. darkphoenix73 dit :

    Merci Bruce. j’aime effectivement la manière avec laquelle Claremont magnifie ses personnages féminins en leur donnant une vraie place et une grande importance dans ses récits. Misty est ici un personnage vraiment intéressant et je regrette de n’avoir pas plus à lire sur le sujet…mais peut-être aurons-nous davantage de Power Man avec la future série Netflix ?

    J'aime

  3. wildstorm dit :

    Bon, je me dois d’intervenir!!!
    Byrne n’est pas que ton dieu perso hein ? 😉

    Sinon, Artima, dans les années 80, avait publié quelques numéros de Powerman (série rebaptisée plusieurs fois aux états-unis – période bénie où on privilégiait la préservation de la numérotation -) avec de mémoire la « période » Marv Wolfman essentiellement et bien entendu « celle » de Chris Claremont. Un « micro^^ » run indispensable (+ celui d’Iron Fist) pour compléter l’énorme travail de Claremont à cette époque.
    Sinon, je n’ai pas attaqué non plus la collection Hachette pour la même raison que toi. C’est vrai que le concept « Je suis Powerman » est excellent mais je n’arrive pas à me résoudre de n’avoir que quelques numéros d’une collection. Alors, surtout ne me tente pas^^

    Wild

    Aimé par 1 personne

    1. darkphoenix73 dit :

      Merci pour ces précisions, je tente de récupérer certains titres Artima chez mon dealer secret mais je n’ai pas encore trouvé de Power Man ni d’Iron Fist hélas, j’aimerais vraiment que Panini nous sorte des titres mais j’ai bon espoir avec les séries Netflix, sans doute sentiront-ils le bon filon ? C’est vrai que c’est carrément frustrant de lire une bonne histoire et d’être interrompu alors qu’on commence à s’attacher aux personnages, mais comme je ne connaissais pas ces histoires, je me suis persuadée que c’était mieux que rien…et puis, c’est Byrne 😉

      J'aime

  4. wildstorm dit :

    En fait, je parlais surtout de la collection Hachette (n’acheter que quelques uns de leur collection). Sinon, je suis persuadé que quand Panini sortira son « Je suis Power Man », je le prendrais…même si les histoires ne sont pas à 100% « standalone »

    J'aime

  5. OmacSpyder dit :

    Une collection tentante, l’inconvénient majeur pour moi étant qu’on ne peut pas feuilleter les numéros. J’ai vu l’autre jour le numéro consacré à la Torche (des origines) et ne l’ai pas pris pour cette raison, bien que tenté.
    Un article sur Power Man, c’est d’actualité avec la série à venir. Mon actualité à moi est la relecture récente du numéro Artima « Power Man: Le cristal de Chéops » avec une petite apparition des X-Men de l’époque pour faire face avec Iron Fist au Monolithe Vivant. J’avais lu cet épisode il y a fort longtemps et il m’avait déjà marqué, après avoir vu le Monolithe dans Spécial Strange.
    Merci pour cet article objectif quant aux deux époques concernées. La puissance de Luke Cage n’a-t-elle pas augmenté d’ailleurs, pour se caler sur des menaces moins « urbaines » avec les Avengers?

    J'aime

    1. darkphoenix73 dit :

      Entièrement d’accord avec toi sur l’inconvénient de ne pas pouvoir feuilleter l’ouvrage avant de l’acheter. A cela, j’ajouterai que dans ma ville, c’est extrêmement difficile de les trouver (bon ok, je pourrais les commander mais ils ne m’intéressent pas tous). Ahhh le Monolithe Vivant, moi aussi, je l’ai découvert dans ce fameux Spécial Strange 27 et ce personnage m’avait aussi marquée, encore une figure qui a totalement disparu du paysage.
      Effectivement, la puissance de Luke s’est beaucoup développée : si on relit ses aventures des années 70, il peine parfois à se débarrasser de petits truands alors qu’avec les Avengers, il envoie valser n’importe quel super vilain ! J’aimais bien son look années 70, sa fameuse chemise jaune, ses bracelets et je le préférais avec des cheveux, mais bon…tout change 🙂

      J'aime

  6. OmacSpyder dit :

    C’est dommage avec cette collection de ne pouvoir feuilleter avant d’acheter, j’ai été tenté l’autre jour par le numéro sur « La Torche »…
    Power Man, quelle époque avec sa chemise jaune. Forcément, il a une actualité plus hype! Mais pour moi ça restera la lecture de la bd Artima « Le cristal de Chéops » avec en guest les X-Men des 80’s, Iron Fist et le Monolithe Vivant qui m’avait déjà marqué dans le Spécial Strange 27 dans un épisode avec avec Thor et Havok!
    Bref, l’univers était déjà connecté, c’était avant Netflix, oui.
    Merci pour cet article faisant la passerelle entre Power Man et Luke Cage, rédigé avec objectivité

    J'aime

  7. OmacSpyder dit :

    ‘est dommage avec cette collection de ne pouvoir feuilleter avant d’acheter, j’ai été tenté l’autre jour par le numéro sur « La Torche »…
    Power Man, quelle époque avec sa chemise jaune. Forcément, il a une actualité plus hype! Mais pour moi ça restera la lecture de la bd Artima « Le cristal de Chéops » avec en guest les X-Men des 80’s, Iron Fist et le Monolithe Vivant qui m’avait déjà marqué dans le Spécial Strange 27 dans un épisode avec avec Thor et Havok!
    Bref, l’univers était déjà connecté, c’était avant Netflix, oui.
    Merci pour cet article faisant la passerelle entre Power Man et Luke Cage…

    J'aime

  8. darkphoenix73 dit :

    Au passage, je n’ai jamais lu le cristal de Chéops et si en plus on y trouve les X-Men des 80’s et le Monolithe, il faudra vraiment que je tente de le dégotter quelque part. Merci pour tes compliments qui, venant d’un tel connaisseur, sont un vrai encouragement pour ce blog

    J'aime

  9. OmacSpyder dit :

    Et tu as vu que j’ai posté plusieurs fois! Ne voyant pas mon commentaire édité, je pensais que ça venait de mon navigateur, d’où ma redite… Bon au moins, mon message est bien passé ici. Et c’est un plaisir que de passer sur ton jeune blog déjà bien fourni.

    J'aime

    1. darkphoenix73 dit :

      Oui, désolée, c’est mon petit côté parano qui ressort, les commentaires sont soumis à approbation, c’est un peu lourd, je le reconnais bien volontiers, merci en tous cas de me lire et de commenter malgré cette petite barrière 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s