[review] Iron Fist & Scarlet Spider, Damnation (III)

le

Parce que l’enfer a du bon, je poursuis ma lecture du crossover Damnation avec ce dernier volume centré sur deux héros participant au crossover Damnation.

Un résumé pour la route

Damnation_3_1Ce volume rassemble les épisodes 15 à 17 de Ben Reilly : The Scarlet Spider écrits par le grand Peter David (X-Factor, Hulk) et dessinés par Will Sliney (Spider-Man 2099, Fearless Defenders) et les épisodes 78 à 80 d’Iron Fist scénarisés par Ed Brisson (Uncanny X-Men, X-Force) et dessinés par Damian Couceiro (Teenage Mutant Ninja Turtles, Old Man Logan). Ces deux séries sont sorties en 2018 chez Marvel aux États-Unis et en avril 2019 chez Panini en France.

Dans le premier tome, Strange a voulu aider les Avengers en ramenant Las Vegas avant sa destruction pendant Secret Empire mais cela a aussi fait venir le roi des enfers. Son assistant Wong crée alors une équipe les Midnight Sons pour rattraper le coup avec Blade, Iron Fist, Frère Vaudou, Elsa Bloodstone, Ghost Rider, L’homme-chose et Moon Knight. Pendant ce temps, Ben Reilly, clone de Peter Parker et Scarlet Spider, s’est opposé à l’original dans Clone Conspiracy. Il se reconstruit à Vegas sous le regard vigilant et critique d’un autre clone, Kaine.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Comme pour le deuxième tome, ce n’est pas la suite du crossover mais un pas de côté centré sur deux personnages intervenant dans le récit principal. J’avais un regard vierge sur ces héros car je n’ai jamais suivi aucune série en solo et, pour Ben Reilly, je n’ai même pas lu La saga du clone. Ces deux séries montrent les conséquences de Damnation sur la ville de Las Vegas et ses habitants.

On suit tout d’abord Iron Fist qui a des visions pendant sa possession par des démons. Mephisto l’a envoyé dans cette zone appelée le Regard de pénitence pour tenter de le corrompre. On y revit ses péchés et son plus grand traumatisme – la mort de ses parents en arrivant à K’Un-Lun, la cité fantastique qui a fait de lui l’Iron Fist. Je trouve ces pages plutôt bien faites car elles permettent à un nouveau lecteur de comprendre les éléments importants de l’histoire de Danny Rand – le rôle de son oncle qui a organisé le meurtre de ses parents, celui de sa demi-sœur qui s’est vengée en le tuant. Iron Fist est sauvé par un faire-valoir, Gros Cobra, un ami asiatique tatoué au physique de sumo qui est venu à Vegas faire la fête. Il prévient Danny que des affiches du combat d’Iron Fist pour son âme circulent dans la ville. Il est censé abattre 24 adversaires en 24 heures mais il n’est même pas au courant. On découvre à la fin du premier épisode qu’il s’agit en fait d’Orson Randall, le mentor de Danny. Orson est mort dans un volume précédent des aventures d’Iron Fist qui a passé un marché avec le roi de l’enfer pour revenir sur terre. Toute la suite du run se déroulera sur le ring. Le scénariste joue avec le registre du film de kung-fu en insérant des cases avec le nom des coups lors de combat. Tout est bien sûr inventé. Des expressions asiatiques ponctuent les dialogues – kaïjus, yu-ti pour maître de combat… Il joue aussi avec la continuité en faisant revenir le démon D’Kay issu d’un épisode des années 1990.

Damnation_3_2

Danny manquant un peu d’aspérité dans ces épisodes, ce sont les personnages secondaires qui s’en sortent le mieux. Gros Cobra est le contrepoint classique au héros. Alors que Danny vient de la haute bourgeoisie très éduquée, Cobra dit tout ce qui lui passe par la tête – cela permet de retrouver un mot disparu depuis bien longtemps de la bd « gourgandines ». Alors que Danny aide spontanément son mentor à se battre, pour forcer ce personnage à agir, D’Kay utilise sa mère morte en couches. Il décide donc de tout faire pour retrouver cette parente inconnue mais sa mère déteste son fils car elle est morte à cause du poids de son enfant. Ce combat ne sera pas aussi simple car les démons mentent comme dans tout pacte faustien – Orson doit battre la demi-sœur de Danny, Miranda Rand-Kaï qui peut revenir si elle gagne un seul combat. Danny devra-t-il choisir entre son mentor et sa famille ? Miranda est présentée comme une intégriste de K’Un-Lun qui hait Orson pour sa lâcheté. Le dessin de Damian Couceiro est fidèle à un style bd avec des visages et des décors très simplifiés. Il y a parfois une seule case par page sans bordure. C’est agréable à lire sans être mémorable. Je dois cependant confesser que je n’aime pas la nouvelle tenue d’Iron Fist. Ce style sportswear manque cruellement de prestige.

Pour Scarlet-Spider, j’avais un peu plus d’attente car j’aime souvent les récits de Peter DavidX-Factor est pour moi la seule bonne série mutante des années 2000. J’ai retrouvé avec plaisir le style du scénariste qui mélange humour, action et récit de fond. C’est classique mais il sait toujours surprendre le lecteur : Ben veut aller voir son amie âgée mais il se retrouve devant une fillette télékinésiste qui travaille pour l’Initiative Diogène. Connaissant le futur grâce à une devineresse, elle donne des ordres à Ben. Comprenant que ce n’est pas une enfant, il la frappe sans remord pour expulser sa colère. C’est surprenant et cela montre que le clone est très différent de Peter Parker. Ben Reilly vit à Vegas ce qui est un cadre original par rapport à Los Angeles ou New York que l’on retrouve souvent dans les comics. Ce lieu n’est pas juste un décor car le lecteur suit la vie d’un casino par l’intermédiaire de la patronne qui est proche de Scarlet. Peter David a l’intelligence de ne pas en faire une mafieuse mais une directrice charitable qui aide les ressuscités. Il présente un autre visage de Las Vegas par rapport à la ville du péché du premier tome du crossover. Ces épisodes me font penser au crossover Inferno des X-Men où Manhattan avait été envahie par les démons. Ici, une bétonneuse attaque les passants et un serveur de fast-food devenu un démon attaque le commerçant voisin. Scarlet Spider rejoint les Midgnight Sons à la fin du deuxième épisode.

Damnation_3_3

Ben est chargé par Wong de contrôler la rue principale pour bloquer les renforts de Méphisto mais, se reposant trop sur son sens d’araignée, il est dépassé car les démons se cachent à l’intérieur des Hommes – ce qui est assez métaphorique. On retrouve le thème de la crise de confiance qui semble traverser la série. David comme un bon artisan sait intégrer sa thématique dans le crossover. Après un combat, Ben a laissé partir Mysterio car ce dernier voulait se racheter comme lui. En lien avec son origine de clone, Ben ne fait confiance à personne et surtout par à lui-même. Il en devient méchant. Méphisto a un discours séducteur car il sait qui est Ben : un homme qui ne distingue pas le bien du mal chez les autres et chez lui. Il lui propose de lui rendre la vieille dame, de guérir une petite fille et de purifier son âme en échange de la mort de Wong. Ben est bien moins moraliste que Peter car, persuadé d’être mauvais, il accepte. C’est certes exagéré mais j’ai marché en raison de l’histoire du personnage mais surtout de ses pensées bien écrites. Je trouve que David construit un personnage passionnant et jamais binaire. Il se fixe bien moins de limites que Peter. Le scénariste ne donne pas toutes les réponses contrairement à tous les autres récits de ce crossover. Le dessin de Will Sliney est très réaliste et classique avec d’agréables couleurs vives. Comme pour le deuxième tome de Damnation, Panini a ajouté des bonus avec sept pages de dessins de Sliney avant colorisation.

Alors, convaincus ?

Ce volume est une lecture agréable. Iron Fist est une distrayante série B qui m’a permis de découvrir les aventures récentes du héros. Par contre, Scarlet-Spider est encore meilleur avec un personnage central très intéressant qui m’a donné envie de lire le reste de la série.

Thomas S.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s