[review] Doctor Strange Damnation tome 1

Une fois accroché par une série, j’ai tendance à être fidèle. Ainsi, je suis les aventures du sorcier suprême depuis l’arrivée de Jason Aaron. Plutôt convaincu par le premier tome de Donny Cates, j’étais assez content de le voir proposer un crossover avec un scénariste que j’adore Nick Spencer. Laissez-vous donc tenter par ce premier cercle de la Damnation.

Un résumé pour la route

Damnation_1Ce volume rassemble les quatre épisodes de Doctor Strange : Damnation et l’unique épisode de Johnny Blaze – Ghost Rider qui ont été publiés en 2018 aux États-Unis et en avril 2019 en France. Les épisodes sont écrits par Nick Spencer (Captain America Sam Wilson, Steve Rogers) et Donny Cates (Babyteeth, Redneck) qui sont des auteurs très en vue actuellement chez Marvel. Ils sont accompagnés par Christopher Sebela (Injustice : Ground Zero, Escape From New York) sans que l’on sache quelle partie il a écrit. Les dessinateurs sont Rod Reis (Captain America Steve Rogers) et Szymon Kudranski (Black Eyed Kids, Spawn) pour Doctor Strange et Phil Noto (Star Wars Poe Dameron, X-Men Secret Origins) pour Ghost Rider. Ces dessinateurs sont tous aussi encreurs et coloristes.

Captain America est devenu le chef de l’Hydra et est devenu le chef des États-Unis après un coup d’état raconté dans le crossover Secret Empire. Lors de cet événement, Las Vegas a été ravagée et une partie de sa population a disparu.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Le docteur Strange cherche à rattraper ses erreurs récentes et, pour cela, il veut faire une bonne action. Depuis le premier tome, Strange est plus puissant et, en un sort, il reconstruit toute la ville et ramène les morts à Las Vegas. Les habitants ont à peine le temps de retrouver la joie qu’une tour noire apparaît : l’hôtel Inferno qui « offre une expérience sordide inoubliable » car le roi des enfers Méphisto est le boss de ce nouveau casino. Comme toute magie se paie, on comprend que Strange n’a pas ramené les morts et la partie de Vegas détruite. Il a fait venir les enfers sur terre. Damnation est donc principalement un conflit de frontière – peut-être en lien avec le contexte mondial. A certains moments, on retrouve plus un simple combat entre héros comme très souvent chez Marvel – Civil War II, Secret Empire

Babs, le chien fantôme du Docteur est parti chercher de l’aide chez Wong, l’ancien assistant de Strange. Wong recrée une équipe les Midnight Sons – Blade, Iron Fist, Frère Vaudou, Elsa Bloodstone, Ghost Rider et L’homme-chose. Ce ne sont pas les héros les plus forts car s’ils sont contaminés par le mal, Wong peut les battre. Moon Knight refuse de rejoindre l’équipe de secours mais une de ses personnalités, Mister Knight, accepte. Scarlet Spider qui vit à Vegas les rejoint très vite. Johnny Blaze est le point central de la stratégie de Wong car il connaît le mal. On est donc très surpris au début car Méphisto le bat facilement en le projetant du haut de l’hôtel. On comprend que Wong a pensé à tout car Blaze et le Ghost Rider doivent perturber l’enfer pour faire revenir Méphisto. Johnny Blaze est le personnage le plus fouillé de ce récit en se concentrant sur les deux personnalités de cet anti-héros : Johnny Blaze veut la vengeance pour rendre la justice aux autres alors que le Ghost Rider cherche seulement une âme pour se nourrir. Mais chacun sait qu’il est moins fort seul – Blaze fournit le but et Ghost Rider le moyen d’y parvenir. Ils devront travailler ensemble pour réaliser leur objectif. Cette partie intéressante est, hélas, un peu courte et aurait mérité plus de rebondissement. Ce voyage en enfer est aussi le moyen de voir la vision que les auteurs en ont – des vastes paysages nus et rouges comme un désert du centre des Etats-Unis, une arène de gladiateur où la force est proportionnelle à la gravité des péchés, un espace privilégié pour les super-vilains.

Damnation_2

Contrairement au Doctor Mirage, ce n’est pas un récit d’horreur mais on est dans la parodie – Méphisto et Strange vont au cinéma pour expliquer l’origine de l’hôtel Inferno. Le seigneur des enfers s’ennuyait jusqu’à ce que Las Vegas apparaisse. L’humour est très présent avec un Méphisto cynique qui déteste la terre – « la camelote de Vegas est indigne. » Bien que les scénaristes soient américains, on trouve même une allusion au foot anglais – Blade chasse les vampires dans un bar de hooligan de Tottenham.

Avec Aaron puis Cates, Strange touche le fond et n’est même plus le centre de ce volume. Dans Damnation, il est damné après un pari perdu et devient un Ghost Rider. Dans sa propre série, Cates a fait de lui un homme imprudent et arrogant. Je ne suis pas le seul à le penser car Babs et Wong sont navrés de ses choix récents. Le nouveau scénariste cherche aussi à reconnecter la série avec ses classiques – avec Méphisto, le lecteur retrouve un ennemi majeur de Strange. Mais on n’efface pas pour autant les évolutions récentes. On garde le nouveau Wong créé par Aaron. Ce n’est plus un serviteur mais un chef d’une équipe comme dans Mission impossible – il a choisi l’équipe et crée la stratégie. Il est plus mature que Stephen mais aussi inexpérimenté dans le leadership – il s’entraîne devant la fenêtre à présenter son plan. On a l’impression d’assister à un passage de relais car au contraire le docteur Strange possédé est prêt à tuer Wong. En fin de volume, Stephen et Wong se retrouvent et des liens d’amitié se recréent mais à égalité désormais.

Classiquement, Las Vegas est présenté comme le lieu de la débauche et de toutes les expériences. Le maire n’est pas inquiet de l’arrivée du roi des enfers mais il ne pense qu’aux électeurs qui sont revenus. La morale est assez présente car dès qu’un des ressuscités fait la moindre faute, il est brûlé et renvoyé en enfer – oublier de payer le parcmètre, engager une prostituée… L’influence de Méphisto pousse les gens à pécher. En voix off, on apprend que le maître des arts mystiques a triché mais on en saura plus dans sa série. L’arrogance – dans le sens très grec de l’hybris, de la démesure – est le péché central de ce volume – celui de Strange mais aussi de Méphisto. Ce péché est sanctionné par des situations assez pathétiques. L’argent et le sexe sont mauvais. Méphisto a enfermé les âmes dans des lingots et des billets dans sa chambre forte. Pour lui, le péché est ancien et l’homme adore se fixer des règles morales pour avoir le plaisir de les transgresser. Il comprend les Hommes et les accepte tels qu’ils sont. Pour Strange, ce discours séducteur est mensonger. Pour se départager, les deux font un pari – les Avengers ne céderont pas à la tentation. Mais Méphisto exacerbe leur colère et ils brûlent devenant des Ghost Riders. Dans l’épisode suivant, j’ai découvert que n’avais pas compris. Ce n’est pas un pari mais une partie de poker. Est-ce moi ou un changement de scénariste ?

Damnation_3

J’ai beaucoup apprécié les dessins de Rod Reis proches de Bill Sienkiewicz mais dans une mise en page plus moderne. En effet, il joue sur les textures avec des taches de peinture. Comme son maître, il joue sur le flou, les ratures pour les bords des cases mais avec des visages et un récit plus classiques. Certaines images sont assez belles comme lorsque Thor fait pleuvoir une pluie de sang. Son style expressif et coloré est parfaitement adapté à un récit sur l’enfer. Plus loin, Szymon Kudranski se charge des dessins. Il a un style bien plus réaliste avec un encrage très fin, des corps toujours proportionnés et donc assez figés. Phil Noto se charge de l’épisode sur Johnny Blaze sans génie. La confrontation de la même image de Johnny en enfer m’a montré que le style de Rod Reis est bien plus majestueux et sombre.

Alors, convaincus ?

On retrouve dans Damnation un grand classique des comics avec la lutte contre le mal. Avec des combats entre héros ou contre des démons à la fois à Vegas et en enfer, ce crossover est fait pour les fans d’action. Ce volume peut se lire séparément du reste du crossover mais nous verrons qu’en lisant les deux autres volumes vous découvrirez des facettes totalement différentes du même récit.

Thomas S.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s