[review] B.P.R.D Un mal bien connu tome 1

L’univers créé par Mike Mignola autour d’Hellboy est un des plus riches et de ceux qui m’attirent par son caractère ésotérique et son utilisation exponentielle des mythes qui ont construit nos civilisations. Des références bibliques aux allusions à la mythologie moderne créée par Lovecraft, Mike Mignola et, ici, Scott Allie, jouent sur tous les tableaux de l’occulte. Ce premier tome de B.P.R.D, un mal bien connu prend place dans la chronologie après B.P.R.D, L’Enfer sur terre et dépeint un monde post-apocalyptique qui donne bien des frissons. En route !

Un résumé pour la route

bPRDunMalBienConnu_1Ce premier volume de B.P.R.D, un mal bien connu est scénarisé par Mike Mignola et Scott Allie. Les dessins sont réalisés pour la majeure partie par Laurence Campbell. En milieu de volume, on retrouve un récit intitulé Vaisseaux brisés illustré par Tim Sale. Dans la seconde partie du titre, Laurence Campbell est rejoint par Sebastian Fiumara et Mike Mignola en personne qui oeuvre sur quelques pages. Le coloriste est Dave Stewart. Le récit est publié aux Etats-Unis chez Dark Horse. En France, Delcourt Comics publie ce titre constituée de deux grandes parties de cinq chapitres et du récit indépendant Vaisseaux brisés. Le volume français est agrémenté d’un superbe sketchbook.

Les monstres tout droit sortis de l’univers d’H.P Lovecraft ont ravagé la planète entière, rasant des cités entières et décimant les populations. L’équipe du B.P.R.D a dû lutter contre les terribles Odgru Hem et des hordes de démons impitoyables. Si la victoire fut au bout du chemin, elle laisse un goût amer puisque certains membres de l’équipe ont perdu la vie dans les affrontements, comme Johann tandis que d’autres sont fort mal en point à l’instar d’Abe. Pourtant, le danger rôde encore puisque les sectes pullulent et les démons se réveillent.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Avant toute chose, il faut avertir les lecteurs néophytes : il peut être assez compliqué de commencer par ce récit dont les événements découlent directement de la série précédente. Débarquer à ce point de l’histoire peut vite donner l’impression de débouler en plein champ de bataille sans trop savoir où donner de la tête, ce qui est d’ailleurs littéralement le cas.

On retrouve une équipe, certes victorieuse, mais exsangue et meurtrie. La perte de plusieurs éléments est vécue très douloureusement et chacun se remet en question, les survivants étant largement victimes de syndrômes post-traumatiques. Les tensions se font jour entre les membres du groupe qui n’ont pas toujours ni la même interprétation des faits, ni les mêmes priorités. La confiance s’est effritée et on voit bien que chacun tente de se reconstruire et de se protéger tant bien que mal. Scott Allie développe énormément l’aspect psychologique, alternant entre l’abattement des uns, l’agressivité des autres qui laissent exploser leur colère dont leurs coéquipiers sont parfois les victimes collatérales. Le lecteur se retrouve parfois au sein d’un huis-clos et assiste, en spectateur impuissant aux discussions parfois très vives ou à la lente reconstruction d’Abe, qui paraît bien faible voire dépressif. La couverture du volume annonce tout de suite la couleur avec le retour d’Hellboy mais ce dernier apparaît lointain, comme perdu dans un autre monde dont il ne parvient pas à sortir. Le démon cornu est, lui aussi, traumatisé par les épreuves et il semble encore sous le choc, presque sans réaction.

bPRDunMalBienConnu_2

Les ennemis que doit affronter l’équipe piochent dans les imaginaires classiques puisqu’on trouve des sortes de vampires, des morts-vivants et des monstres d’inspiration lovecraftienne. Mais, les pires adversaires sont encore des démons. Ces derniers ne revêtent d’ailleurs pas toujours des formes hideuses et savent particulièrement bien se dissimuler parmi les humains. Seul un bon vieil exorcisme peut les révéler mais pas toujours à bon escient. L’apocalypse provoquée par la dévastation de la terre a permis aux sectes de proliférer sur les ruines de la civilisation. Certaines poussent leurs membres au suicide collectif, rappelant ainsi les massacres de Jonestown ou de Waco tandis que d’autres suivent un étrange leader, une petite fille à l’accent russe, que l’on prénomme Varvara mais qui cache en elle un obscur démon, Yomyal, un démon assassin, assoiffé de sang. Remplis d’espoir, des milliers de gens la suivent mais ils se transforment peu à peu en zombies, métaphore à peine déguisée de la perte d’autonomie et d’indépendance d’esprit des sectateurs prêts à suivre n’importe qui en échange d’un peu d’espoir. Mignola et Allie n’oublient pas les vieux ennemis d’Hellboy, les nazis Kroenen et von Klempt qui profitent allègrement de la présence de Varvara pour se tenir à ses côtés. L’alliance de la secte religieuse et du nazisme n’a rien de surprenant, bien au contraire.

Graphiquement, le travail de Laurence Campbell est plutôt impressionnant. Les scènes urbaines, d’une grande précision, montrent la dévastation totale causée par les combats et certaines planches font penser au champ de ruines post 11 septembre. Les scènes de combat sont assez épiques et les costumes des personnages particulièrement soignés, qu’il s’agissent des brandebourgs des uniformes du XVIIIe siècle ou des armures des soldats. Les couleurs parfois très sombres de Dave Stewart ajoutent à la noirceur du récit et on a droit à des scènes à l’ambiance fort angoissante comme l’exorcisme du premier chapitre qui n’a rien à envier à un film d’horreur.

bPRDunMalBienConnu_3

Les références ésotériques sont extrêmement nombreuses et foisonnantes, il faudrait des dizaines de pages pour tout analyser, ce qui démontre encore une fois la richesse de l’univers de Mignola et sa façon extraordinaire de s’approprier toutes ces mythologies et de les restituer dans un univers harmonieux et extrêmement anxiogène. Le bestiaire démoniaque est une réussite totale. Les capacités des membres du BPRD sont bien mises en valeur notamment le personnage de Liz qui n’est pas sans rappeler la Jean Grey de l’univers Marvel. Prédictions, rêves prémonitoires et sorcellerie sont également au rendez-vous.

Alors, convaincus ?

Le titre se focalise sur les dommages créés par le conflit sur l’ensemble de l’équipe. On retrouve un groupe disloqué et traumatisé qui ne sait plus se faire confiance mais qui doit, tant bien que mal, continuer le combat. Si le retour d’Hellboy est bien un événement, il n’éclipse pas les autres individualités présentes et c’est tant mieux. La galerie des démons est intéressante et l’atmosphère horrifique à souhait. Entre les deux parties du récit, comme pour faire une pause, Delcourt a inclus l’histoire illustrée par Tim Sale faisant allusion au mythique continent hyperboréen. Les différents chapitres sont rythmés par les superbes illustrations de Duncan Fregedo. Le sketchbook qui termine l’ouvrage est très intéressant et marque le processus du travail des artistes.

Retrouver Hellboy et le B.P.R.D dans un monde dévasté où la civilisation a laissé place aux croyances les plus folles et aux manipulations démoniaques les plus perverses est un vrai plaisir. Ce volume ne peut que réjouir les fans du démon cornu et on en redemande.

Sonia Dollinger

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. MarionRusty dit :

    J’aime tellement le dessin et la colo. En tout cas l’histoire donne très envie, je pense que les conflits entre les personnages peuvent apporter une puissance narrative sympa et donner de la vitalité à une histoire qui en a perdu.

    Aimé par 1 personne

    1. Sonia Smith dit :

      Je suis très fan de cette ambiance et ces incertitudes au sein de l’équipe, c’est bien vu et intelligemment fait je trouve

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s