[review] Nous étions les ennemis

J’ai pour habitude de commencer mes chroniques par un trait d’humour à défaut d’un trait d’esprit. Mais il y a des œuvres avec lesquelles je ne peux simplement pas le faire. Des événements qui sont d’une telle tristesse et d’une telle gravité que la moindre esquisse de sourire est vouée à s’effacer sous le poids…