[review] Skybourne

Le nom de Frank Cho évoque inévitablement ses dessins de femmes pulpeuses. L’idée de le retrouver aux manettes de son propre titre chez un éditeur indépendant m’a personnellement intriguée tout comme le pitch du récit qui promet des références mythologiques et légendaires. Voici qui promet un moment intéressant, est-ce rééllement le cas ? Un résumé…