[Review] Les S7pt secrets (tome deux)

Les grandes révélations continuent : après avoir été embarqué par le début des S7pt Secrets, j’avais hâte de découvrir ce qu’il arrivait aux survivants de l’Ordre. J’ai donc enchaîné les deux tomes avec avidité. Suivez dans cette chronique le jeune Caspar à la découverte de ses origines et des mystères mondiaux.

Un résumé pour la route

Le deuxième volume des S7pt Secrets contenant les épisodes sept à douze de Seven Secretsest édité par Boom ! Studios aux États-Unis entre avril et septembre 2022 puis en France chez Delcourt en juin 2022. L’équipe reste la même avec Tom Taylor (NightwingDCeased) au scénario et Daniele Di Nicuolo (Power Rangers) aux dessins.

Après une défaite sanglante, les quêteurs ont pour la première fois dévoilé l’un des sept secrets. L’Ordre est sous le choc surtout que rien n’aurait été possible sans un agent double infiltré chez eux. De plus, les membres survivant du groupe n’ont pu échapper au massacre qu’en empruntant une porte lumineuse menant à un monde étrange…

On en dit quoi sur Comics have the power ?

La force première de la série tient aux personnages. Tom Taylor propose des figures échappant aux poncifs. Le gay n’est pas forcément bon. On croise plus de porteurs et de gardiens. Chacun donne envie d’en savoir plus sur leurs aventures passées. Pourquoi la nonne Melani porte-t-elle un immense épée comme Berserk ? Comment l’athlète sans doute celte Faolan a-t-il obtenu ces oreilles d’elfes ? Le héros central, le jeune Caspar, est tout aussi intéressant mais par ses faiblesses. Il reste naïf tandis que sa mère découvre la complexité de l’Ordre. Dans le monde magique, il quitte le groupe et sort du chemin lumineux pour plonger dans l’obscurité. Est-ce le refus d’assumer la charge de porteur ou une forme de suicide ? Pourtant, sa situation familiale s’améliore. Sa mère se rapproche de lui. D’un côté, elle lui avoue ses sentiments et assume de le faire passer avant sa mission. Mais, d’un autre côté, elle devient encore rigide et impitoyable dans l’Ordre. 

L’autre atout de la série est le rythme très soutenu. En effet, après la découverte du passé de Caspar dans l’épisode sept, la suite est, à ma grande joie, encore plus encore portée sur l’action. Comme dans le tome un, les rebondissements sont nombreux. Bien qu’il existe depuis des milliers d’années, la situation de l’Ordre et donc du monde est de plus en plus mauvaise. Le groupe est dispersé et sans chef. Le récitatif, toujours en avance sur l’action, annonce de futurs rebondissements encore plus spectaculaires. De nouveaux secrets intimes apparaissent alors que les secrets mondiaux (fantastiques mais toujours dangereux) se révèlent. Le problème du traître est encore plus central. Il y en a même plusieurs : un dans l’Ordre mais aussi plusieurs dans les arcanes du pouvoir. Les trouver est vital pour que les survivants échappent aux poursuites.

Lors de cette fuite, j’ai été heureux de voyager à travers le monde par ce récit d’espionnage. La première base vue dans le tome précédente était à Londres car cette ville est perçue comme à l’origine de la culture anglo-saxonne. Les différents lieux sont représentatifs de l’imaginaire des sectes. Ce sont des espaces existants et emprunts de mystères car ils sont en marge dans le centre-ville – comme les catacombes de Paris ou un immeuble fantôme à Bangkok – ou dans des espaces de faibles densités. Tom Taylor ajoute une référence historique car la gardienne de la base parisienne se nomme Fayette. Des puissants s’impliquent pour l’Ordre. La reine Jedda devient une allié comme le prouve l’hilarante couverture du chapitre 10. Elle est une guerrière expérimentée. Tout cela est complètement irréaliste mais peu importe car c’est très drôle. Leur ennemi Amon est un psychopathe qui peut tuer en une seconde après une déception. Il apparaît au premier abord comme l’envers de Caspar mais ce volume révèle que ce n’est pas si binaire.

Après un premier tome très axé sur l’espionnage, ce deuxième volume élargit l’univers en touchant d’autres genres. Dès les premières pages, on bascule dans la fantasy inspirée de la mythologie celtique. Les survivants de l’Ordre suivent un chemin lumineux dans le royaume de Féerie où Caspar rencontre des kelpies. Ce voyage n’est pas un hasard car de nouveaux codes du shonen nekketsu apparaissent. Le héros vit des aventures dans le présent tout en découvrant son passé. Dans le premier tome, on passait sans transition de sa naissance à ses neuf ans quand il rentrait dans l’Ordre pour sa formation. Caspar réalise ici que, de sa naissance à son adolescence, des elfes se sont occupés de son éducation. Cette ellipse entre le moment traumatique et le début de la série est typique du nekketsu. C’est aussi dans ce tome que Caspar comprend qu’il possède des pouvoirs magiques. Au-delà ces péripéties communes, des valeurs propre au nekketsu sont présentes comme l’esprit de groupe et le dévouement à l’intérêt général. Le héros n’est pas seul dans sa quête mais est entouré par des élèves et des adultes de l’Ordre. Cependant, pour l’instant, ses adversaires ne deviennent pas ses alliés. Autre différence : le final de ce volume rapproche la série de comics bien connus ici…

Tout n’est pas réussi. Amon prend la direction des quêteurs mais c’est fait trop vite. J’ai des difficultés à cerner l’idée politique sous-jacente. Après l’ancienne ou la nouvelle série Archer & Armstrong, les S7pt Secrets me semblent présenter une vision plus favorable des sectes. D’un côté, l’Ordre garde des mystères et donc préserve l’ordre établi. Il aide aussi à arrêter des guerres ou des épidémies. L’élitisme serait donc nécessaire pour la bonne marche du monde. D’un autre côté, ce groupe est tolérant et serait donc progressiste sans être partisan. A l’opposé, un des quêteurs est un homme politique conservateur et élitiste se moquant d’un personnage réel. Cependant, les quêteurs sont dirigés par un conseil alors que les bons ont certes une cheffe mais dans une organisation plus hiérarchique. De plus, Amon propose une plus grande liberté individuelle. Je suis plutôt d’accord avec les adversaires pour l’instant. Est-ce voulu par le scénariste ?

Daniele Di Nicuolo est toujours aussi efficace dans les scènes d’action par un découpage au cordeau. J’ai aussi trouvé très belles les passages dans le monde féérique. Loin du Seigneur des anneaux, j’ai eu l’impression d’être dans une voie lactée liquide. Soudainement, une île phosphorescente et entourée d’un halo arc-en-ciel émerge. Les personnages par Di Nicuolo sont également réussis. Les visage deviennent plus épurés pour symboliser une émotion. On reconnaît l’influence des mangas d’humour par le contraste entre les visages des adultes blasés et un enfant hilare jouant avec la nourriture. Cependant, le dessin manque parfois de finesse (comme dans l’épisode final). J’ai pensé à un problème de régularité dans l’encrage, parfois absent, parfois réalisé par un trait fin et ensuite un trait gras. C’est dommage car l’univers est très intéressant. 

Alors, convaincus ?

Ce deuxième tome des S7pt Secrets est toujours aussi agréable à lire. Je me suis passionné pour les différentes révélations sur les personnages et le rythme soutenu rend la lecture très prenante. Le suspense est constant. Les bases de ce nouvel univers sont donc passionnantes et je ne demande qu’à en lire plus car je suis persuadé que le récit peut aller encore plus loin. 
En bonus, L’opinion de mes trois neveux
Ils ont trouvé très bien l’ensemble de la série car il y a beaucoup de rebondissements et de surprises. Ils ont apprécié les nombreuses scènes d’action. L’histoire leur a fait penser à James bond. Ils trouvent que les dessins ressemblent aux manga par les grimaces. Même si le style est réaliste, certaines cases sont un peu trop violentes. Au final, ils  le conseillent car ils ont hâte de voir la suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s