[Dossier Jean Grey] X-Men #6 juillet 1964 Sub-Mariner ! Joins the Evil Mutants

Comme dans les épisodes précédents, les X-Men sont de nouveau confrontés à la Confrérie des Mauvais Mutants. Ce sixième opus met en avant un personnage bien connu de l’univers Marvel, Namor, le Prince des Mers avec une interrogation sur son statut : est- il un mutant, à l’instar des X-Men ?

L’apparition de Namor dans ce récit permet aux X-Men de s’insérer dans un univers Marvel plus large et montre donc bien les connexions entre les différents pans de ce monde bien plus vaste que celui que fréquentent habituellement les jeunes Mutants.

Ce sixième numéro est scénarisé par Stan Lee. On retrouve Jack Kirby au dessin tandis que l’encrage est confié à Chic Stone. Ce numéro est sorti plusieurs fois en France, dans Strange, Spidey et dans l’intégrale X-Men 1963-64 sortie chez Panini.

Les X-Men profitent d’un moment de répit autour d’un bon repas lorsque le Professeur Xavier tombe sur un article de journal évoquant Namor le Prince des Mers. Craignant qu’il ne rallie Magnéto et ses mauvais mutants, Xavier et ses élèves partent en quête de l’homme de l’Atlantide.

Le contexte

Pour la première fois dans leur courte existence, les X-Men se trouvent confrontés à un personnage ancien et important de l’univers Marvel. Le Prince des Mers est, en effet, une création de Bill Everett datant de 1939. Namor est considéré comme le premier mutant de la firme et les interrogations de Xavier sur son statut mettent en avant cet aspect de l’homme-poisson. Namor est déjà apparu en 1962 dans les aventures des Fantastic Four. Il s’agit d’un personnage ambigu, comme ce récit le confirmera.

Dans ce sixième épisode des X-Men, Stan Lee et Jack Kirby montrent les dissensions qui règnent au coeur du royaume d’Atlantis où Namor n’a pas que des alliés. A la fin de l’aventure, Namor retourne à sa solitude. Le récit marque une accentuation des conflits internes au sein de la Confrérie de Magnéto avec une prise de distance de Scarlet Witch et Quicksilver qui n’ira toutefois pas à son terme.

Jean Grey dans l’épisode

Comme le précédent, cet épisode s’ouvre sur une pleine page qui peut faire sourire ou choquer le lecteur du début du XXIe siècle. Tous les hommes sont à table, en train de plaisanter tandis qu’on aperçoit Jean Grey debout dans l’encablure de la porte. Seul le professeur Xavier la remercie d’avoir remplacé la cuisinière et préparé le repas… Affublée d’un tablier de soubrette, Jean sert ces messieurs qui n’ont même pas l’air de la remarquer. Elle reste debout tandis que Bobby joue avec sa nourriture et joue un peu les mères fouettardes en lui reprochant de se conduire comme un gougnafier.

Toujours en retrait, Jean s’interroge sur la possible existence d’autres mutants de par le monde, transition qui tombe à pic puisque le Professeur lit son journal – à table d’ailleurs, ce qui ne se fait pas, mais Jean ne dit rien, c’est le chef – et tombe sur un article concernant Namor le Submariner.

Après un détour par la cache de la Confrérie des Mauvais Mutants, on retrouve les X-Men en salle de danger et l’on remarque alors un changement dans l’uniforme de Marvel Girl. La cagoule qui couvrait son visage a disparu au profit d’un simple masque pointu, mettant en évidence sa chevelure rousse. Comme à son habitude, elle pousse le fauteuil du Professeur – mais pourquoi donc ne se sert-elle pas de sa télékinésie – et soulève des objets plus ou moins lourds, ainsi que ses accolytes. On remarque que notre X-Woman atteint assez vite ses limites : elle a du mal à maintenir le Fauve en l’air. Lors des combats avec les sbires de Magnéto et Namor, Jean est presque absente, jouant toutefois un rôle important lorsqu’elle débarrasse Cyclope de Quicksilver qu’elle fait tourner dans les airs avec aisance. Elle réapparait à la fin de la bagarre derrière le fauteuil du Professeur qu’elle ne semble finalement que très peu quitter.

Un épisode pas très constructif pour Marvel Girl qui conclut l’aventure par une crise de jalousie à l’encontre de Scarlet Witch qu’elle trouve beaucoup trop jolie tandis qu’Angel en profite pour lui faire un compliment.

Alors que le récit précédent était équilibré, ce numéro 6 remet Jean au second plan, dans l’encablure de la porte de la cuisine et passivement derrière la chaise roulante de Xavier hormis lors de la capture de Quicksilver. Seule nouveauté, la petite variante de son costume, c’est un peu maigre, même s’il faut bien laisser un peu la vedette aux autres.

Sonia Dollinger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s