[Review] Dawn of X (tomes 5 & 6)

Quand c’est bon, il ne faut pas s’arrêter même si on est en retard dans la rédaction. Après des articles sur les sorties d’octobre et novembre, je continue mes chroniques sur les nouvelles séries des mutants par ces tomes marquant la fin des premiers récits.

Un résumé pour la route

Ces volumes rassemblent les épisodes 5 et 6 de chacune des six séries mutantes. Les équipes créatives sont relativement stables. Excalibur vient de Tini Howard (Pocket MortysLa reine oubliée) et les dessins de Marcus To (Red RobinHuntress). Fallen Angels est écrit par Brian Hill(WitchbladeDetective Comics) et dessiné par Szymon Kudranski (Black Eyed KidsSpawn).New Mutants est écrit par Jonathan Hickman (House of X/Power of XThe Dying and the dead)  et dessiné par Rod Reis (Doctor Strange DamnationTeen Titans). X-Force est scénarisé par Benjamin Percy (Green ArrowTeen Titans) et dessiné par Joshua Cassara (FalconThe Troop) puis Stephen Segovia (Secret EmpireVampirella). X-Men est écrit par Jonathan Hickman(House of X/Power of XThe Dying and the dead) et dessiné cette fois-ci par R.B. Silva (X-Men BlueSuperboy) et Matteo Buffagni (GenerationsX-Men Resurrxion). Marauders est scénarisé par Gerry Duggan (Deadpool Flash-BackNova), illustré par Michele Bandini (Captain Marvel, Grimm Fairy Tales), Lucas Werneck (Power RangersSons of Anarchy), Matteo Lolli et Mario Del Penino. Ces épisodes ont été publiés par Marvel en janvier 2020 puis par Panini en décembre de la même année.

Krakoa, l’île mutante, est devenue le refuge de cette minorité persécutée mais aussi une source de richesse et de puissance géopolitique par les produits de sa flore. Les X-Men sont chargés de défendre leur peuple tout en négociant pour devenir un État. Alors que ce groupe est la façade officielle des mutants, X-Force est l’agence secrète menant des actions violentes. Les Marauders sont le groupe chargé des relations maritimes avec l’extérieur. Financé par le Comptoir des Damnés, leur navire navigue entre commerce et piraterie. Pendant ce temps, les jeunes mutants de New Mutants sont divisés entre l’espace et une ferme de Middlewest pour chacun rejoindre un ami. Au Royaume-Uni, l’équipe d’Excalibur lutte contre des forces magiques.

On en dit quoi sur Comics have the power ?

Marauders

Lors de l’attaque précédente, Iceberg est blessé mais le véritable but est d’introduire dans le corps de Pyro un sous-marin miniature piloté par le Frelon pour créer la « chaîne de streaming la plus chère du monde » au profit des trois enfants. Anciens membres du Club des Damnées, Manuel Enduque, Kade Kilgore et Wilhemina Kensington forment un groupe antimutant, Homines verendi (l’humanité doit être vénérée et crainte en latin). Ce groupe est lié à Donald Pierce et Chen Zhao. Ces anciens ennemis des mutants sont ambassadeur de Madripoor à l’ONU, ils ont recruté le Bourreau apparu furtivement dans l’intégrale X-Men 1994 (I) et Le maître de la haine. Pourtant, je ne comprends pas le lien entre Pierce et ces anciens du Club des Damnés. Face à eux, les nouveaux membres du Comptoirs des Damnés se dévoilent progressivement comme le frère d’Emma, Christian Frost. Sebastian Shaw veut récupérer tout le comptoir et, pour cela, il a préparé un piège avec Pierce et le frère de Frost. Il semble avoir noyé Kate. La série intègre une dimension écologiste par l’évocation de l’anthropocène. Iceberg démontre sa conscience écologique et sa puissance en éteignant des feux sur l’arctique. Cependant, Duggan aurait pu aller plus loin en incluant un sous-texte sur les écolos radicaux comme Sea Shepherd qui réutilisent l’image du pirate ou sur les migrants en Méditerranée.

Kate Pryde est toujours mise en avant mais j’ai été moins embarqué qu’au début. Bien que elle soit devenue un membre puissant du Comptoir, elle est très fragile. Elle boit sans arrêt car elle craint de mourir. Pour empêcher cela, Tornade et Iceberg ont fait le choix de la suivre à chaque sortie. En lien avec sa judéité, Kate n’hésite pas à blesser gravement Le maître de la haine. Ensuite, pour négocier, elle frappe des ambassadeurs et vole leur bateau sans se soucier des conséquences. Le contraste est cruel par rapport au fantastique épisode politique X-Men cinq. Le dessin reste le principal problème de la série. J’ai l’impression que les dessinateurs ne sont pas motivés. C’est dommage car le scénario promet de belles images de piraterie et de tensions psychologiques. 

Excalibur

Malicia et Apocalypse ferment le portail de l’outremonde par des cristaux et Apocalypse se sacrifie en laissant Malicia absorber tout son pouvoir dans un puissant cliffhanger. Dans l’épisode six, Excalibur attaque dans l’Outremonde pour défaire Morgane mais cette vision positive peut aussi se lire comme une invasion du monde magique par les mutants. Apocalypse arrête la guerre entre Excalibur et Morgane pour proposer un duel de champions entre Brian et Betsy. Elle est contrainte de tuer son frère mais, dans un retournement un peu facile, tout est préparé par Apocalypse pour que Jamie devienne roi d’Avalon. Pour lui, ce roi fou et idiot ne représente aucune menace. La famille Braddock devient passionnante. Jamie dirigeait l’armée attaquant Camelot et son pouvoir de manipuler la réalité est redoutable dans ce pays qui se transforme par l’imagination. Traumatisé par l’attaque de Morgane, Brian a rêvé des sorciers Merlin et Roma qui le testent mais il a préféré l’épée à l’amulette, donc la violence. Par l’épée, il redevient aussi un Captain Britain mais il ne veut pas voler la place de sa sœur qui affronte les critiques des antimutants. C’est certes maladroit mais j’aime l’idée qu’un homme s’efface devant une femme. Je découvre un nouveau personnage : Wisdom agent secret britannique maîtrisant le feu. Son dialogue est très drôle et subtil par les nombreuses allusions sexuelles qu’il adresse à Captain Britain. L’équipe reste très désunie car Gambit (mais aussi Xavier) n’a aucune confiance en Apocalypse qui considère l’équipe comme son covent – un groupe de sourciers et sorcières. Au contraire, l’amour entre Gambit et Malicia est tellement beau. Chacun se sacrifie pour l’autre. Par un joli passage féministe, Tini Howard intègre peu à peu ses idées : une fois la guerre fini, Malicia se retrouve seule avec Gambit et laisse exprimer ses angoisses. Depuis son mariage, elle ressent une pression de faire des enfants mais, à cause de son pouvoir d’absorption, elle n’en veut pas. D’une manière amusante, les personnages sont dans ce chapitre caractérisés par la musique : Malicia écoute Dolly Parton et Gambit fait une référence aux Smiths. Forcément, je craque. On sent que la scénariste fait ses preuves chez Marvel tout en ayant des projets à long terme car des éléments restent inexpliqués. Dans le rêve de Malicia, elle reçoit une épée et Apocalypse est entouré de Sentinelles. Comment a-t-elle également su que ce loup avec une épée était Prestige ? J’ai l’impression que c’est la série la moins intégrée à l’univers Marvel et la lecture est plus facile. 

New Mutants

Après des aventures plus banales sur terre d’une équipe plus récente, j’ai été heureux de retrouver l’équipe d’origine dans l’espace. Les jeunes mutants sont plongés dans les conflits politiques de l’empire shi’ar. Membre de la Garde impériale, Oracle trahit le régent Gladiator et son amant par haine personnelle et politique pour Deathbird, devenue la tutrice de l’impératrice. Du côté des mutants, Solar a une belle relation amicale avec Rocket. L’un est aussi mature et ennuyeux que l’autre est imprévisible et drôle. Hickman profite de cette série pour mettre plus d’humour. Solar est à la fois bouffi d’orgueil et ironique sur ses actions dans son hilarant résumé de la situation.  Mondo et Chamber préfèrent finir leur cocktail plutôt que d’aller aider les New Mutants. Je suis également content de retrouver Rod Reis entre peinture et bd. A l’opposé, le récit sur Terre se termine par un gunfight distrayant mais sans intérêt mis à part le retour des jumeaux d’Extermination. Maxime et Manon n’ont aucun repère moral et tuent pour se libérer mais les jeunes mutants leurs apprennent de meilleures méthodes.

X-Force

Cette série est la plus proche d’X-Men mais en décrivant les actions secrètes et le machiavélisme des mutants. X-Force est un outil amoral au service de la cause. Il n’a pas de limite morale. Ni X-Force, ni X-Men ne respectent leur propre loi : ne pas tuer les humains : Domino se venge en tuant presque tous ses agresseurs et le seul survivant est torturé par le Fauve et Jean Grey. Un extrait du journal de Xavier montre même qu’il avait programmé sa mort pour illustrer la fragilité et la difficulté du nouveau statut des mutants. Lors d’une visite officielle au Costa Verde pour signer un accord d’échange économique, il est menacé à nouveau par des kamikazes mais ici transformés en armes forestières. En effet, la science téléfloronique est très proche de celle de Krakoa. Concurrencés par les mutants, les scientifiques de ce pays ont basculé dans le terrorisme. Cette situation n’est pas unique car un texte nous apprend que le monde connaît une démilitarisation et une baisse de la violence dans les zones en conflit car chacun se prépare à un conflit avec les mutants. Cette série est surtout la version gore de l’univers mutants. Wolverine va passer une grande partie de l’épisode coupé en deux par la fermeture imprévue d’un portail mais guérit si vite qu’il semble impossible à tuer. C’est assez pénible et cela ne m’a pas fait rire. 

Dans ce renouveau des séries, je suis impressionné par la quantité de personnages présents mais surtout par leur rénovation. Black Tom Cassidy, l’associé secondaire du Fléau, est étonnamment présent. Sa fusion avec la nature de Krakoa l’a rendu paranoïaque. L’aborigène Gateway dépassant son rôle de téléporteur silencieux intervient pour sauver le groupe. A l’inverse, Benjamin Percy massacre un personnage que j’aime beaucoup. Le Fauve bouffi d’orgueil et machiavélique au plus haut point devient insupportable. C’est lui qui orchestrerait les actions d’X-Force en recueillant les informations. Pire, il pousse Jean à détruire complètement ces créature mi-arbre mi-homme en lui disant que ce ne sont que des plantes… mais rien n’est moins sûr. Il efface toutes les recherches qui menaçaient l’avantage géopolitique de l’État mutant et lobotomise le fils du président, proche de ces scientifiques. Stephen Segovia est le dessinateur de l’épisode six. Sa mise en page est proche de Joshua Cassara avec des décors réduits au minimum et des personnages très présents mais son dessin manque de matière.

Fallen Angels 

Prévue comme une mini-série, la série se termine au numéro six avant l’arrivée de Wolverine par Benjamin Percy et Adam Kubert. Honnêtement, cela ne peut pas être pire car la construction reste confuse. Toute la série est conçue pour que Kwannon trouve un but et il est loin d’être clair pour le lecteur même si Magneto dit qu’elle sert la justice. Blink ! et Husk arrivent dans l’équipe mais restent accessoires. A la fin de l‘épisode précédent, Psylocke a eu une apparition de Dieu qui lui demande lutter contre Apoth. Le combat final se passe conjointement sur le plan physique – contre les accros esclaves d’Apoth – et dans le monde mental – contre le gourou. 

X-Men

Pour les dessins, j’ai été ravi du retour de R.B. Silva dans l’épisode cinq puis Matteo Buffagni a un style intéressant. Ses visages sont certes réalistes mais il épure le reste au maximum. Sa composition ne met pas en avant le relief ou les matières mais juste des plages de couleurs sans effet.

Le scénario d’Hickman multiplie les pas de côté. Après un épisode politique, la suite se passe autour du thème du temps, très fort dans House of X/Power of X. Le récit est assez cryptique pour l’instant. Par des expériences scientifiques, une enfant albinos Sérafina a acquis des pouvoirs. Pourchassée par Wolverine, elle se réfugie dans la chambre forte, une sentinelle en panne. Le temps y est plus rapide car il dépend de l’avancée technologique alors que dans le monde réel le temps dépend des mutations. X-23, Darwin et Synch doivent rentrer dans la salle – selon moi, tuer l’enfant. On peut y noter une des rare incohérence car X-23 a la tenue et revendique le titre de Wolverine ce qui n’est pas le cas dans Fallen Angels. L’épisode six est centré sur un personnage peu présent dans ce renouveau pour l’instant : Mystique rejoint les X-Men pour planter une graine dans la Forge mais elle veut surtout retrouver Destinée. Depuis leur création par Claremont, elles étaient en couple sans que cela soit explicite. Maintenant ça l’est et son cri « je veux retrouver ma femme » en est plus fort. Xavier – toujours aussi paternaliste et insensible selon ses propres mots car il doit suivre son projet – n’accepte quand « elle le méritera ». Par des flashbacks au début et à la fin de l’épisode, on comprend que Destinée avait l’intuition de ces refus et demande à Raven de la faire revenir… ou de tout détruire. On retrouve les Orchids, une coalition intergouvernementale antimutante qui ont reconstitué la Forge. Ils ont aussi une mine et une usine de sentinelles sur Venus. On retrouve la Sentinelle Omega – est-elle la même que celle du futur proche – et le docteur Gregor.

Alors, convaincus ?

A la fin de ce premier cycle de récit, on peut faire un bilan temporaire. Dans cette lecture par épisode, je suis vraiment conquis par Excalibur très fun à lire et avec des personnages passionnants. X-Men a un immense potentiel mais la lecture par épisode dessert parfois la continuité. La partie spatiale New Mutants est une série fun détachée du reste même si la séparation entre deux histoires est artificielle. Hickman s’y détend et c’est agréable. J’avoue être déçu par X-Force et heureux de la fin de Fallen Angels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s