[review] Marvel Zombies Résurrection

le

J’ai récemment suivi une cure thermale ( oui je suis un vieux schnock) et à cette occasion j’ai eu l’opportunité de rencontrer Dédé, un homme mesurable en mètres cubes et qui est à la philosophie ce que la fosse septique est à la blanquette de veau : une finalité immuable ! C’est dans un élan de lyrisme implacable que notre Bernard Henry Levy des cantinières me fit bénéficier de sa sagesse en ces mots « J’vais te dire, la bectance c’est bien mieux que la baisouille. La preuve c’est qu’il n’y a pas de digestion précoce ! » Des propos orgastronomiques à n’en pas douter. Il est vrai que la faim est une sensation motivante et ce n’est pas les zombies de chez Marvel qui nous diraient le contraire !

Un casse-dalle pour la route

Reed Richards a réuni Iron Man, le Fauve et Captain America car, suite à un message à peine audible envoyé par Captain Marvel, il a découvert un phénomène étrange  : Galactus serait revenu mais il reste inexplicablement immobile en bordure de notre système solaire.

Craignant pour la sécurité de la Terre, c’est donc une expédition composée des 4 Fantastiques , des Vengeurs et des X-Men qui va être mise sur pied et qui se dirige vers le dévoreur de monde à bord du Quinjet des Vengeurs. Arrivés sur les lieux, ils découvrent le cadavre de Galactus et décident d’entreprendre l’exploration du corps afin que personne ne puisse se servir de la dépouille à des fins malveillantes.

Malheureusement, tout ceci n’était qu’un piège et c’est bientôt tout le corps expéditionnaire des super héros qui va être soumis à l’attaque de ce qu’il faut bien appeler des zombies parmi lesquels on retrouve les Gardiens de la galaxie et Captain Marvel ! Le combat est acharné mais les héros tombent les uns après les autres alors que le corps sans vie de l’entité cosmique pénètre dans l’atmosphère terrestre.

La faim justifie les moyens

Depuis que Mark Millar a lancé les super-héros zombies de la Terre 2149 en septembre 2005 dans le numéro 21 des Ultimates Fantastic Four, les cannibales encapés ont fait bien du chemin !

Notamment sous la houlette de Robert « Walking Dead » Kirkman en tant que principal architecte mais aussi de Fred Van Lente. La série va avoir son petit succès mais progressivement tomber quelque peu en désuétude. Pour autant on verra réapparaître les morts-vivants dans l’événement Secret wars avec une série annexe qui leur sera dédiée et même un crossover dans le crossover avec « Age of Ultron Vs Marvel Zombies » …. Bon oui ça ressemble furieusement à un concours de zizi entre un adepte des sextoys et un nécrophile.

Autant vous dire donc qu’il n’y a pas que du bon et, tout amateur de cadavre ambulant que je suis, je m’attelais à la lecture de ce Marvel Zombies Résurrection avec la méfiance d’un Éric Zemmour invité à un mariage sénégalais. Et bien, ce fut une excellente surprise !

Tout d’abord parce que le scénariste Philip Kennedy Johnson rebats les cartes en proposant un univers totalement décorrélé des précédentes séries Marvel Zombies. Cette fois-ci , plus de super-héros qui se font des blagues cannibales mais bel et bien un monde post-apocalyptique avec des structures sociétales particulières et même originales. Le récit est peut-être plus sombre que ce qui s’est fait auparavant car il met l’accent sur les combats des survivants aussi bien face à l’environnement hostile dans lequel ils évoluent que par rapport à leurs propres états d’âme. D’ailleurs, la brochette de rescapés que nous allons suivre est tout à fait hétéroclite et pour le moins inattendue. Quelques que bons rebondissements surprenants notamment quant à l’origine de l’infection viennent agrémenter un récit d’horreur de très bonne facture qu’illustre Léonard Kirk. L’artiste, en plus d’avoir un prénom et un nom incroyablement Star Trekkien nous rend une partition graphique soignée et un peu chaotique comme il sied à ce genre d’histoire.

Dead in a cape

Il est très agréable de voir une série préserver le concept de base tout en sachant se renouveler et c’est précisément le pari qu’a réussi l’auteur. Le plaisir est donc au rendez-vous car on voyage en terrain connu mais le lot de nouveautés ouvre de nouveaux horizons. Vous comprendrez donc que j’ai été vraiment comblé par ce Marvel Zombies résurrection qui, s’il ne révolutionne rien, propose suffisamment de fraîcheur pour combler les fans de super-chaire putréfiée.

Dragnir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s