[review] Démonifuge

Il y a des périodes de l’Histoire durant lesquelles ce n’était pas la fête du suspensoir à glaouis en fourrure de peau de zébu ! Prenons l’Empire romain, il ne faisait pas bon être opposant au régime sinon t’avais vite fait de finir cloué sur une planche et avec trois clous seulement pour des raisons d’économie. Vous me direz ce n’était pas plus mal que les champions de la sandalette pratiquaient la crucifixion plutôt que la noyade, sinon les chrétiens se seraient retrouvés avec un bocal au-dessus de leur plumard et ça faisait beaucoup moins classe.

Tiens puisqu’on parle d’eux : l’Inquisition espagnole, ce n’était pas un après midi crêpe Suzette non plus! Quand tu commences à tenter de cramer les trucs à l’intérieur du corps de quelqu’un en passant par l’extérieur, vous allez pas me dire que ça vaut un atelier poterie zen dans l’intention. Et bien prenez toutes ces époques merdeuses comme un lendemain de traitement au vermifuge, compilez, mélangez multipliez par vingt et étalez ça sur l’ensemble de la galaxie et vous un aperçu modéré de l’univers de Warhammer 40 000 !

Inquisitor Tenebris !

Sur Ophélia VII dans le couvent sanctorum de l’Adepta Sororitas, une ancienne Séraphine, sœur de bataille de l’ordre de Notre-Dame Martyre, est en état de démence depuis maintenant quatre ans. Cet état de folie survint après que la religieuse fut retrouvée comme étant la seule survivante des 12 000 guerrières envoyées combattre une infestation démoniaque sur la planète Parnis. Malgré les traitements expurgatoires, Ephraël Stern continue à réciter des litanies que certaines considèrent comme impies. Mais il semblerait que son cas soit plus compliqué car elle est en capacité de débusquer l’empreinte du chaos, à l’extirper d’une de ses sœurs et à exterminer l’engeance démoniaque !

C’est ainsi que l’inquisiteur Silas Hand est missionné pour déterminer si la jeune femme tire ses étranges capacités du fait qu’elle soit une démone, une hérétique ou une sainte ! Elle va donc être confrontée à l’épreuve sainte du combat en faisant face à l’inquisiteur afin de vérifier si sa foi est toujours digne du divin Empereur. À l’issue, la guerrière se voit soumise au rite de réaffirmation dont elle sort avec une pureté restaurée au regard de l’Ecclésiarchie mais l’inquisiteur Hand est dans le doute la concernant et va garder un œil sur elle y compris durant sa prochaine mission qui les mènera sur Parnis pour comprendre ce qui s’est passé là-bas! Mais dans l’espace comme ailleurs, le mal ne dort pas et le danger guette de toutes parts celle qui est promise à être la Démonifuge !

Ad Imperatorem !

Warhammer 40K a pour moi une odeur de cave ! C’est en effet dans le sous-sol du pavillon de mes parents que je m’adonnais à des parties du fabuleux wargamme de Games Workshop et de ses dérivés comme Necromunda ! Depuis 1987, cet univers s’est incroyablement étoffé et est véritablement devenu une quintessence de noirceur. Car oui, au-delà du jeu de combat, c’est bien un background totalement désespérant mais ô combien fascinant que nous allons d’ailleurs retrouver dans les pages de cette édition commémorant les 20 ans de la parution de la série dans les pages de « Warhammer monthly ».

Pour ceux qui ignorent tout de cet univers, sachez que nous sommes aux 41e millénaire après J-C (d’où le nom) et qu’après avoir vécu un âge d’or galactique de domination sous la férule du Divin Empereur, l’Humanité est désormais en déliquescence. Suite à la trahison d’un des fils de l’Empereur connu sous le nom d’Hérésie d’Horus, l’Imperium s’est réfugié dans un totalitarisme religieux fanatique pour contrer les menaces qui le guette. Parmi celles-ci , il y a les créatures du chaos issu du Warp, un univers parallèle permettant le voyage interstellaire, mais aussi les autres races peuplant la galaxie que les humains nomment avec mépris les Xenos. Et c’est ainsi, pour paraphraser Dan Abnett qui est un des écrivains les plus prolifiques concernant les romans de cette licence , nous sommes face au «  sinistre cauchemar d’un avenir lointain où seul la guerre règne et où la galaxie est en flammes. »Il n’y a pas de gentils dans Warhammer 40k, juste des cinglés fanatisés qui voient justifiées leurs haines et leurs croyances par l’existence du camp d’en face. Le racisme religieux est de mise et l’extermination de l’autre est synonyme d’acte saint.

C’est un vrai bonheur pour un amateur de ce monde que de pouvoir suivre le parcours de cette femme dans ce récit mais je reste persuadé que ce peut aussi être une belle porte d’entrée pour ceux qui souhaiteraient découvrir cette incroyable création, fruit de trente ans de développement.

Coté réalisation, l’œuvre est un peu particulière puisque répartie sur trois livres compilés ici en une intégrale. Chacune de ces parties est assuré par des duos voire trio de scénaristes/ dessinateurs différents (Gordon RennieSimon Spurrier , Jim Campbell pour l’écriture et Kevin Walker , Tiernen Trevallion , Chris Quilliams , Karl Richardson au dessin). Cependant la cohésion de l’ensemble se tient plutôt bien dans le sens ou le cadre historique est tout à fait cohérent et que les styles graphiques sont vraiment proches. À ce titre, nous sommes face à des illustrations très « british » avec une forte influence de Bisley. Notons aussi que l’œuvre nous est présentée pour la première fois par l’éditeur Black Library en version totalement colorisée et le résultat vaut vraiment le coup d’œil.

Ad consummationem sanctorum.

Amateur de wargame et de comics, je ne comprends même pas que tu sois encore là à me lire plutôt que d’être déjà parti en courant acheter ce titre clairement génial… A moins que tu ne sois un hérétique ??? Pour les autres, et bien comme à son habitude, l’Inquisition vous laisse le choix : lisez ou soyez purgé ! Pour L’empereur !

Dragnir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s