[review] Thor par Dan Jurgens et John Romita Jr (T.2)

J’ai adoré le premier volume de ce récit classique et superbement illustré. Après un premier run prenant sur une guerre entre les dieux, j’avais vraiment hâte de voir où allait m’emporter la suite de ce récit sur les aventures du dieu nordique.

Un résumé pour la route

Thor_Jurgens_1Contrairement au premier Thor qui était, à ma grande joie, concentrée sur une série et quasiment une seule équipe créative, on trouve dans ce second et dernier volume des artistes plus variés. Les scénarios sont de Roger Stern (Spider-Man, Les Vengeurs de la Côte ouest), Kurt Busiek (Avengers, Astro City), Joe Casey (X-Men, Wildcats), Dan Jurgens (Superman, Justice League), Howard Mackie (Ghost Rider, X-Men) et Glenn Herdling (Namor). Les dessins sont de Mark Bagley (New Warriors, Ultimate Spider-Man), John Romita Jr ((X-Men, Iron Man), José Ladrönn(Les Inhumains, Après l’Incal), Jerry Ordway, Gregg Schigiel, Terry Shoemaker, Sean Chen (X-O Manowar, Bloodshot), Michael Ryan, Tom Grummett (Superman, Robin). On ne peut que regretter que le sommaire de Panini ne précise pas quels artistes réalisent quel épisode. On retrouve aussi plus de séries différentes avec les épisodes 21 et 22 d’Iron Man, 1 de Juggernautet 11 de Peter Parker : Spider-Man et 17 à 25 et l’annual 2000 de Thor. Ces épisodes ont été publiés entre 1999 et 2000 par Marvel comics et le 6 juin 2018 en France par Panini comics.

Revenu sur Terre, Thor a fusionné avec l’ambulancier Jake Olson accusé de trafic de stupéfiants. A la fin du premier volume, Thor vient de retrouver les autres Asgardiens après avoir battu les Dieux obscurs. Il a aussi découvert que son marteau Mjölnir était infecté depuis des décennies par un Enchanteur. Pendant tout ce temps, Loki a pris l’identité d’Odin, roi d’Asgard, sans que son demi-frère Thor s’en rende compte.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Tout commence par un court crossover, Huitième jour où des dieux s’emparent de faibles humains par des artefacts magiques et les transforment en dieux. Ce volume m’a aussi permis de découvrir une période où j’avais totalement laissé tomber Marvel. J’ai vraiment pris plaisir à retrouver Spider-Man, ce héros du quotidien. Dans la ligne éditoriale du Retour des héros, j’ai ressenti un retour aux histoires classiques de Marvel. Une malédiction ancienne resurgit lors de la découverte d’un temple sous l’Antarctique. Cela provoque une réaction en chaîne dans différentes parties du monde qui sont souvent des pays exotiques – le Nord canadien, la jungle du Wakanda, la haute mer… Dans l’épisode suivant, ce sentiment persiste car Thor est classiquement partagé entre sa fonction de dieu et son rôle de protecteur de la Terre. Son amour est aussi partagé entre d’anciennes et récentes conquêtes terrestres et Sif sur Asgard. Il choisit toujours la Terre. On retrouve des combats grandioses. Étrangement, c’est le Fléau qui intervient le plus. En sortant de son statut de vilain, il sauve l’humanité. Dans le récit suivant, Thor lutte contre trois des quatre talismans vivants créés par Kirby. Le scénariste maîtrise bien l’univers d’Asgard –Enfermé dans l’estomac d’un monstre, Odin et son fils sont dans un bain d’acide avec des vers qui les dévorent – en respectant les codes de Lee et Simonson. Jurgens modernise aussi parfois les récits. Les femmes ne sont pas seulement des victimes ou des conquêtes. Très indépendante et maîtresse femme, la Sorcière rouge libère les Asgardiens et décide même du plan d’attaque en se moquant de ces dieux arrogants. Jane Foster est déjà un personnage secondaire indépendant.

Thor_Jurgens_2

A plusieurs reprises, on retrouve des récits de possessions mais Jurgens multiplie les styles – saga nordique, polar, aventures cosmiques… Dans ce volume, Thor est rarement seul. Après l’aide de Spider-Man et d’Iron Man sur terre, l’Archiviste et Firelord soutiennent le dieu contre Thanos. A chaque épisode, le scénariste réussit à me pousser à lire la suite grâce à d’intrigants cliffhangers. Jurgens a cependant eu du mal à gérer deux lignes narratives et résout la partie terrestre par un deus ex machina sans intérêt.

La place des dieux est très différente selon le récit. Dans le Huitième jour, la Terre est une zone pour la compétition violente entre des dieux extraterrestres égoïstes. Ils soumettent l’humanité alors que Thor l’aide. Ce héros peut cependant être hautain car il refuse l’aide de la Sorcière rouge. Odin et son fils sont arrogants en considérant que les humains sont secondaires. Le dieu du tonnerre retourne sur Terre se débarrasser de Jake Olson sans aucune considération pour son entourage. Jane Foster tente sans succès de les raisonner. Au contraire, Sif et Balder les plus sensibles forcent Odin à intervenir pour les mortels.

Avec l’intervention de Thanos, le récit se projette dans une saga cosmique où j’ai vu l’inspiration de Jim Starlin. Thanos administre un poison à Odin pour trouver de nouvelles armes mystiques ou technologiques – le calice des âmes et la carte de la fin des âges. Nihiliste, il recherche l’élu pour détruire la création. L’Archiviste est un robot chargé d’enregistrer froidement tout ce qui est important dans l’univers. Il montre par des hologrammes la destruction par Mangog et Thanos de sa civilisation hautement évoluée. Il est assez intriguant de voir cette figure qui, mourant dans le dernier épisode, choisit de limiter ses fonctions à l’enregistrement jusqu’à la fin.

Le dessin de Mark Bagley dans Iron Man 21 est assez différent de ses débuts dans les New Warriors. L’encrage par un trait fin et les formes plus anguleuses changent de la rondeur des débuts. L’épisode Peter Parker est pour moi un véritable hommage à la carrière de Romita Jr. À part Daredevil, on retrouve tous les héros dessinés par ce dessinateur que j’adore – Thor, Spider-Man, Iron Man et Xavier des X-Men. Le combat entre le Fléau et Thor illustre le talent de Romita Jr pour les images d’action et de destructions. J’adore les architectures par cet artiste comme la superbe double page de la base d’un dieu. On perd ses repères à cause de multiples tuyaux blancs partant dans tous les sens. Avec ces multiples changements de dessinateurs, la transition est parfois difficile – le style de la base est totalement différent dans Juggernaut un. J’ai aussi beaucoup aimé les jolies couleurs vives de Gregory Wright et Matt Hicks. Dans l’Annual 2000, j’ai pu découvrir un récit court superbement illustré par un artiste que je ne connaissais pas avant, José Ladrönn. On retrouve déjà une ambiance de science-fiction européenne. Le dessin est très précis et chaque case est d’une seule couleur.

Thor_Jurgens_3

Alors, convaincus ?

Comme vous avez pu le lire, j’ai vraiment aimé ce récit d’aventure à l’ancienne. L’histoire est simple mais ne traîne pas. A la fin de cette lecture, je commence à me dire que Thor est peut-être le personnage de Marvel qui a les meilleures histoires. Si cela continue, l’équipe du site va former un culte pour honorer les dieux nordiques.

Thomas Savidan

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. fredlemallrat dit :

    Les meilleurs histoires? Je ne crois pas. Tout est question de goùt personnel.. et j ai beau être un fan de Thor… j en vois d autres.
    Je pense que captain America en a déjà autant par exemple.. mais Je pense que Daredevil (alors que je préfère Thor et Cap) est un candidat serieux en terme de nombres de bonnes histoires.

    J'aime

  2. thomassavidan dit :

    Je me posais en fin de lecture et c’est à débattre. Daredevil est bien plus irrégulier avec des articles à venir. Il monte très haut mais touche parfois le sol. Captain America je connais mal.

    J'aime

    1. fredlemallrat dit :

      Ben déjà le collection carrefour est pas mal pour du red skull meme si c est du Oldies…
      Mais bon déjà Captain America depuis 2004 c est pas mal du tout.. Si t aimes Jurgens il a fait un run aussi (moins bien que Thor mais peut etre plus original), Morales, Priest, Waid c etait sympa.. Avant tu as Dematteis, STeranko, Englehart en must have.. pas mal de Lee/Kirby sympa, des arcs de Gruenwald interessants, j aime beaucoup McKenzie (comme sur DD) et Gerber (comme d’hab’).. du Lee/Colan sympathique et la prestation de Jack Kirby seule est déstabilisante comme sur Black Panther mais là aussi bourrée d’imagination à la limite extereme du out of Character.

      Aimé par 1 personne

  3. fredlemallrat dit :

    Et DD plus irregulier..
    Thor la periode Conway et Wein est moyenne, Moench (que j adore par ailleurs) est nul sur ce titre, la fin de Thomas avec Siegfried et tout.. bof, j ai pas encore lu Starlin et Thomas avec Bruce Zick et Mc Wyman mais ca a pas l air de donner grand chose… (et j ai relu Deflco recemment.. j ai été dèçu par l apres 400 dont j avais un meilleur souvenir).. De toute façon il y a de grosses periodes de trous un peu partout.. sur toutes les séries…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s