[Dossier Jean Grey] X-Men #2 novembre 1963 : No One can stop the Vanisher

Après avoir analysé la naissance du personnage de Jean Grey qui apparaît dans le premier épisode des X-Men, il est temps de la voir en action aux côtés de ses équipiers dans le numéro 2 des X-Men sorti en novembre 1963. Ce numéro est intitulé No one can stop the Vanisher – Personne ne peut stopper le Fantôme et voit donc la naissance d’un nouveau vilain, le Fantôme, qui réapparaîtra par la suite.

Ce deuxième numéro des aventures des X-Men est scénarisé par Stan Lee. Jack Kirby est au dessin, l’encrage est assuré par Paul Reinman et le lettrage par Sam Rosen.

Les X-Men sont appelés de toute urgence par le Professeur Xavier qui a détecté une nouvelle menace contre l’humanité : le Fantôme qui pratique le hold-up en centre-ville et a pour particularité de disparaître quand il est sur le point de se faire prendre. Le vilain ne se contente pas de piller les banques, il décide de s’attaquer au Pentagone et de voler les plans des installations secrètes de la défense continentale. Malgré un combat acharné, les X-Men ne peuvent empêcher le voleur de s’emparer des plans et de réclamer une rançon, menaçant de vendre les plans à l’Union Soviétique. Seuls les pouvoirs télépathiques du Professeur X parviendront à venir à bout du Fantôme, démontrant ainsi que la puissance du cerveau est supérieure à la force.

Le contexte

L’année 1963 est comme les précédentes marquées par la Guerre Froide, d’où l’importance de la menace proférée par le Fantôme qui indique qu’il vendra les plans de la défense américaine à l’Union Soviétique s’il n’obtient pas une rançon. Pourtant, l’année 1963 marque une légère détente sur le plan international après les tensions extrêmes de l’année 1961 et l’incident de la baie des Cochons et la construction du mur de Berlin la même année. En juin 1963, le président Kennedy proclame « Ich bin ein Berliner », provoquant le bloc de l’Est. Malgré les relations très tendues entre Washington et Moscou, les principaux pays – à l’exception notable de la France – signent le 5 août le traité de Moscou interdisant les essais nucléaires dans l’atmosphère, l’espace ou sous la mer à l’exception des essais souterrains. Ce signe de détente est complété le 30 août par l’installation d’un « téléphone rouge » entre le Kremlin et la Maison Blanche. Stan Lee ne tient pas compte de cette légère amélioration entre les deux blocs dans ce numéro des X-Men, sans doute parce qu’elle est en train de se mettre en place au moment où il écrit son récit et parce que l’Union Soviétique reste, malgré tout, l’ennemi principal des Etats-Unis, les petits bandits et mafieux qui se mettent au service du Fantôme n’étant finalement que de piètres petites frappes face à ce grand méchant ! L’année finira bien mal pour les Etats-Unis : le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy est assassiné à Dallas. On voit, dans ce numéro, plusieurs lieux emblématiques du pouvoir américain : le Pentagone, le Capitole et la Maison Blanche.

X-Men_2_6

Le Fantôme, lui, est, semble-t-il, un mutant : il est doté du pouvoir d’apparaître et disparaître à volonté. Son costume ridicule n’aide pas à le prendre au sérieux et les forces de l’ordre se moquent de lui. Conscient de sa particularité, le Fantôme se proclame « homo superior » et méprise ceux qu’il appelle « les humains ». Il se fait d’ailleurs servir comme un seigneur par les malfrats qu’il traite en larbins. Le Fantôme tient finalement un discours assez proche de celui de Magnéto puisqu’il explique que « l’homo superior est destiné à prendre le pas sur la race humaine. » Son but semble toutefois bien plus mercantile que celui du maître du magnétisme, le Fantôme se contentant de voler de l’argent ou de demander des rançons, il n’a pas de plan de domination mondiale, il se sert de son pouvoir pour s’enrichir. Il finit par être vaincu assez facilement par Xavier qui lui fait perdre la mémoire.

Jean Grey dans l’épisode

Désormais, Jean Grey est pleinement intégrée à l’équipe. Sur la couverture du numéro américain, tandis que le Fantôme se dresse menaçant contre le Professeur, c’est elle qui intime l’ordre aux X-Men de rester en arrière selon les ordres de Xavier. Cette posture anecdotique est toutefois révélatrice des relations particulières qui se noueront par la suite entre le Professeur et sa jeune élève.

X-Men_2_1

Dans cet épisode, les X-Men sont constamment en uniforme, aucune référence à leur vie civile n’apparaît et ils sont en mouvement dès la première page, impatients de se rendre auprès de leur mentor après son appel pressant. Jean est moins en retrait que dans l’épisode précédent, elle apparaît sur le même plan que ses camarades.

X-Men_2_2

Pour se rendre au manoir, les X-Men traversent la ville et Jean « sauve » Warren assailli par une horde de demoiselles énamourées, prêtes à l’étouffer, on reconnaît bien là les saillies comiques de Stan Lee. Jean éloigne les jeunes filles en les faisant flotter dans les airs grâce à sa télékinésie. On note les références maniées par le scénariste, Jean disant aux jeunes fans d’Angel : « this is’nt Sadie Hawkins day ! » (bizarrement traduit en Français par « il n’a rien à voir avec Clark Gable). Le Sadie Hawkins Day est d’abord apparu dans les comic-books LI’l Abner d’Al Capp qui fut ensuite un événement transposé dans la vie réelle et qui appartient donc au folklore américain. Lors du Sadie Hawkins Day, les rôles traditionnels s’inversent et les femmes prennent l’initiative d’inviter les hommes à un rendez-vous le premier samedi après le 9 novembre.

X-Men_2_4

Toujours est-il que Jean Grey envoie les groupies sur le toit d’un cinéma. Après avoir soulevé six personnes, Jean est étourdie et Warren lui rappelle que le professeur lui a demandé de ne pas soulever plus que ce qu’elle ne pourrait soulever à la main… l’intérêt du pouvoir de Jean est finalement assez limité à la base si elle ne peut soulever que des poids de faible importance. Cependant, cet épisode montre bien, et à plusieurs reprises, que la jeune femme teste et dépasse ses limites. Ce petit épisode burlesque a-t-il aussi pour but de tenter de faire naître une romance entre Jean et Warren ? On sent bien que Stan Lee n’a pas encore choisi définitivement le soupirant de la jeune femme.

X-Men_2_3

Une fois arrivés au manoir, les X-Men sont briefés par Xavier sur le danger que représente le Fantôme. Iceberg fait le malin en projetant des boules de neige à travers la pièce. Le professeur se saisit immédiatement de l’occasion pour proposer un exercice à Jean qui doit dévier les projectiles et les renvoyer à Iceberg, ce qu’elle fait avec adresse. Les X-Men sont ensuite soumis à un entrainement par le professeur afin d’être prêts à affronter le Fantôme. C’est à cette occasion qu’apparaît pour la première fois la salle des dangers. Jean doit alors soulever le Fauve et l’aider à atterrir en douceur, ce qu’elle fait sans effort alors que le Fauve excède largement le poids de ce qu’elle peut soulever à la main. Les variations du pouvoir de Jean Grey sont assez surprenantes mais il semble donc qu’elle gagne en puissance et en habileté. Le professeur décide alors de tester sa résistance en lui faisant manier une sphère d’un poids extrême. Malgré sa volonté, Jean finit par fatiguer, c’est alors que Cyclope détruit la machine et prend Marvel Girl dans ses bras, tandis que la jeune femme exprime son soulagement : « Oh Cyclope, que serais-je devenue sans toi ? ». Le romantisme de la scène est vite brisé par un Iceberg facétieux qui fabrique un cheval de bois pour « le prince charmant » et sa belle, encore une facétie de Stan Lee, qui brouille les pistes, rapprochant cette fois Jean et Scott.

Il est temps alors d’aller affronter le Fantôme et les X-Men, avec toute l’insouciance de leur jeunesse, se font rétamer en beauté par excès de confiance et malgré le rôle de Jean qui est bien près de triompher de l’ennemi avant que ce dernier ne finisse par la neutraliser grâce à une ruse. On voit donc la jeune femme en plein cœur de l’action, les autres étant, à l’exception du Fauve, plus en retrait. Avec cette défaite, les jeunes mutants apprennent l’humilité et reviennent la tête basse au manoir. On aperçoit une Jean Grey dépitée et songeuse tandis que ses camarades discutent de leur défaite.

X-Men_2_7

 

Si les X-Men ne sont finalement pour rien dans la défaite du Fantôme, qui est à mettre entièrement au crédit de Xavier, ils se débarrassent des gars de la pègre assez facilement. Ces derniers ne prennent d’ailleurs pas la mesure du pouvoir de Marvel Girl, deux d’entre eux la menaçant de fusils et voulant la capturer tandis que leur arme se retourne contre eux grâce au pouvoir de la jeune femme. Chez les X-Men, pas de membre plus faible que les autres dans cet épisode, Jean Grey est à la hauteur des enjeux et bas en brèche le cliché de la femme en détresse. Au passage, la jeune femme est la seule à s’interroger sur les agissements du Professeur qui a neutralisé son ennemi en lui faisant perdre la mémoire. Elle ne pose pas de jugement mais trouve cela étrange et c’est vrai que manipuler le cerveau de son adversaire jusqu’à lui faire perdre son identité n’est finalement pas très moral, Xavier n’a pas l’ombre d’un remord, bien au contraire.

Pour résumer, cet épisode est intéressant à plusieurs titres : la première apparition de la salle des dangers et de l’agent du FBI Fred Duncan que l’on voit au détour d’une case, l’affirmation du discours des super-vilains mutants qui indiquent que l’homo superior doit remplacer l’homo sapiens. On voit aussi un professeur Xavier au cœur de l’action et relativement peu scrupuleux dans l’exercice de ses pouvoirs, poussant la manipulation mentale de son adversaire jusqu’à l’effacement complet de sa mémoire. Enfin, on peut noter que Jean Grey a un rôle relativement central dans cet épisode, participant pleinement aux événements, faisant mentir les gangsters qui la traitent de faible femme et testant son pouvoir avec un relatif succès. Marvel Girl tient donc son rang dans cette équipe de mutants promise à un bel avenir.

Sonia Dollinger

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s