[review] Star Wars Dark Vador, les contes du château

Pendant que tout le monde se rue au cinéma pour voir le dernier opus de Star Wars, je préfère, de mon côté, me concentrer sur la lecture des comics de la licence qui permettent de mieux appréhender un univers plus étendue et de suivre les aventures de personnages secondaires ou qui n’apparaissent pas sur grand écran. J’y trouve davantage de plaisir, comme avec ce petit volume sorti chez Delcourt qui met en avant le personnage de Lina Grad, une jeune rebelle qui se retrouve coincée avec son équipage sur la terrible planète Mustafar.

Un résumé pour la route

SW DARK VADOR CDC 01 - C1C4.inddDark Vador, Les contes du château est un récit divisé en cinq chapitres, tous scénarisés par Cavan Scott. Il est accompagné dans sa tâche par Derek Charm aux dessins secondé lui-même par différents artistes : Chris Fenoglio pour le chapitre 1, Kelley Jones pour le chapitre 2, Corin Howell pour le chapitre 3, Robert Hack pour le chapitre 4 et enfin Charles Paul Wilson III. Pour la couleur, Charm s’adjoint les services de Michelle Madsen, Valentina Pinto, Robert Hack et Michael Devito.

Le titre sort en France chez Delcourt en 2019.

Le récit est basé sur les souvenirs de Lina Graf, administratrice des Archives qui, dans sa jeunesse, appartenait aux forces rebelles. Avec son équipage, elle se retrouve en déroute et obligée d’atterrir sur Mustafar, la planète de feu. Pour se donner du courage dans l’épreuve qui les attend, les membres de l’équipe se remémore des souvenirs ou attendent avec impatience les histoires racontées par Lina.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Voilà un équipage que je ne connaissais pas du tout. A sa tête, on retrouve Lina Graf, une jeune aventurière, commandante au sein de l’Alliance rebelle, qui n’a pas froid aux yeux. Son équipage hétéroclite se compose de deux droïdes bougons, XM-G3 et CR-8R, de Skritt, un cloporte technicien trouillard et du lieutenant Hudd, un ancien voleur ayant rejoint l’alliance. Ils parcourent la galaxie à bord d’un vaisseau qui a des airs de faucon millenium. Après avoir guerroyé contre des chasseurs Tie, le vaisseau endommagé doit atterrir de toute urgence sur la planète la plus proche mais on ne peut pas dire que cette perspective soit très réjouissante puisqu’il s’agit de l’épouvantable planète Mustafar, celle-là même qui vit l’affrontement mythique entre Obi Wan Kenobi et Anakin Skywalker.

starWarsDarkVadorContesDuChateau_3

Au fur et à mesure que le récit principal avance – les rebelles doivent, à contrecœur, pénétrer dans une forteresse aux allures hostiles – les personnages se racontent des histoires pour se donner du courage. On se retrouve ainsi à suivre une aventure de Kanan aux prises avec un vaisseau hanté et un holocron maudit, débouchant sur une fin ouverte qui fait froid dans le dos et rappelle, en condensé, les meilleurs récits de Stephen King. La deuxième histoire met en avant Obi Wan Kenobi et ses aventures sur Bray, la planète de la nuit éternelle dans laquelle on retrouve un univers beaucoup plus proche des récits vampiriques et où l’on n’est pas surpris de se retrouver face au comte Dooku. Un bel hommage à Christopher Lee qui mélange deux de ses grands rôles : Dooku et Dracula. Là encore, on a droit à une fin ouverte comme je les aime.

La troisième aventure voit Han Solo et Chewie évoluer sur Rendel, une planète entièrement gouvernée par des plantes. Il est encore une fois question de malédiction et une sorcière fait son apparition au milieu des ronces. C’est peut-être l’histoire la plus faible en terme de contenu et sur le plan graphique, même si, elle aussi se termine sur plusieurs possibilités. Le quatrième récit se passe sur la lune forestière d’Endor, le domaine des Ewoks et montre avec acuité les ravages des rivalités anciennes et de la peur de l’autre, alimentées par un fanatisme religieux sans scrupules. Cette histoire est la plus adulte du volume, et c’est aussi une de celles que j’ai le plus aimées.

Parallèlement, l’histoire principale se déroule au cœur de la forteresse de Mustafar, les rebelles se retrouvant aux prises avec des Stormtroopers à l’armure sombre et, enfin, avec Dark Vador en personne, le plus trouillard du groupe étant finalement le plus ingénieux et le plus courageux dans l’épreuve.

starWarsDarkVadorContesDuChateau_2

Graphiquement, les ambiances sont très différentes, j’ai beaucoup aimé en particulier le trait de Derek Charm qui s’occupe en particulier de l’histoire principale. Son style très « Darwyn Cooke » fonctionne parfaitement notamment grâce à une colorisation très contrastée. Le travail de Kelley Jones sur le récit vampirique est également intéressant, on se croirait parfois dans un titre d’EC Comics. Je suis beaucoup moins fan des dessins de Corin Howell par contre.

Alors, convaincus ?

Dark Vador, Les contes du château tient totalement la route, même si le titre est un peu trompeur. En effet, Vador n’est pas le personnage principal du récit et il n’apparaît finalement qu’assez peu. Mais, peu importe, l’équipage de Lina Graf est assez attachant, notamment le petit cloporte Skritt. Les récits courts qui ponctuent l’histoire principale fonctionnent comme des nouvelles et plongent le lecteur dans des ambiances très différentes. Un bon petit volume pour celles et ceux qui aiment l’univers de Star Wars mais qui peut aussi se lire de manière totalement indépendante.

Sonia Dollinger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s