[review] Rick et Morty tome 6

Après le très bontome 5, Tiny Rick et l’excellent Rick et Morty vs Dungeons and Dragons, Hi Comics nous fait le plaisir de sortir le tome six des aventures de Rick Sanchez et Morty Smith. Si les premiers volumes étaient de qualité un peu inégale, la qualité est vraiment montée depuis Tiny Rick et on passe un vrai bon moment de détente à la lecture des péripéties de ce duo de choc.

Un résumé pour la route

Rick_Morty_6_1Rick and Morty volume 6 comporte cinq chapitres et un épisode bonus. Les chapitres 1 et 2 sont scénarisés par Kyle Starks, illustrés par CJ Cannon et colorisés par Katya Farina. Le chapitre 3 est scénarisé par Sean Vanaman et Olly Moss, illustré par CJ Cannon et colorisé par Katy Farina. Le chapitre 4 est scénarisé par Kyle Starks qui réalise aussi une partie des dessins avec Andy Hirsch, la couleur étant confiée à Rian Sygh.  Dans le cinquième chapitre, Kyle Starks est au scénario, accompagné de Benjamin Dewey au dessin et à la couleur. Enfin, le chapitre bonus est là aussi scénarisé par Kyle Starks et dessiné et colorisé par Marc Ellerby, là encore comme pour le volume précédent.

Ce sixième volume sort en France chez Hi Comics en novembre 2019.

Des extra-terrestres menacent la Terre, le président des Etats-Unis ne voit pas d’autre choix que de faire appel à Rick. Pendant ce temps, Jerry a pour seule préoccupation de tondre sa pelouse, ce qui semble bien compliqué. Les disputes et chamailleries s’enchaînent jusqu’à ce que Beth se fasse enlever par un alien. Au fil des récits, On voit apparaître un sosie de Justin Bieber, des Hitler de dimensions parallèles ou… Cthulhu.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Comme d’habitude, les chapitres se suivent à un rythme infernal et les auteurs font la part belle aux aliens, aux dimensions parallèles ou aux sosies en tous genres, tout en instillant des clins d’œil appuyés à la culture populaire parfois très contemporaine avec, notamment des références à Stranger Things.

Cette fois-ci, l’ensemble des récits a bien fonctionné sur moi, j’ai beaucoup ri devant les répliques de Rick et les situations ubuesques dans lesquelles les personnages sont intégrés. Le discours nihiliste de Rick qui apparaît au milieu des gags permet de faire une pause et de réfléchir. On perçoit le caractère finalement assez désespéré du savant au détour de cette phrase : « je m’occupe et je me défonce pour ne pas me suicider ». Le titre est à la fois hilarant avec un Jerry complètement dépassé qui pense avant tout à tondre sa pelouse quand le monde est au bord de l’invasion et cynique quand Rick explique en une page la vacuité de l’existence. L’un des bons moments du titre passe par la naissance de Drippy Boy, un golem créé par Rick qui se montre finalement bien plus utile à la sauvegarde de l’humanité que ce bon à rien de Jerry.

Rick_Morty_6_2

Le chapitre deux met en scène la grande angoisse des jeunes Américains : le bal de fin d’année et la difficulté à trouver un ou une cavalière, notamment pour des jeunes comme Morty qui n’a pas un physique de jeune premier ou sa sœur Summer. C’est l’occasion de discussion gênante entre mère et fille, de l’intrusion encore plus gênante de Jerry dans la conversation et de l’intervention de Rick qui doit trouver des cavaliers à ses petits-enfants. Et pourquoi pas une princesse elfe et un sosie de Justin Bieber ? Evidemment, le bal tourne au cauchemar et la conclusion est un peu glauque.

Le troisième chapitre est un de mes préférés : une énième dispute oppose Beth et Jerry au sujet d’un festival de musique où Summer veut aller. Jerry tente de lui interdire et cela lui vaut d’être comparé à Hitler par sa famille. Au grand dam des siens, Jerry trouve la comparaison plutôt cool, confirmant sa réputation de crétin. Pour distraire un Morty morose qui se fait harceler par ses camarades de classe – encore un grand classique du genre – Rick emmène son petit-fils dans des dimensions parallèles pour dégommer des Hitler, le problème, c’est que le gamin prend un peu trop vite goût à l’extermination de masse et devient finalement aussi monstrueux que ceux qu’il veut détruire. La conclusion est également assez terrifiante : Morty finit dans un canapé comptant bien sur les autres pour combattre le mal.

Le quatrième chapitre est un intermède plutôt marrant dans lequel les auteurs se moquent de la télé poubelle des autres dimensions pour mieux nous montrer nos propres errements : des émissions culinaires aux confessions peu intimes, tout est passé en revue avec justesse.  On y trouve aussi un hommage rigolo à Garfield et à Pokemon.

Le chapitre cinq est centré sur Beth et son métier de vétérinaire, il tranche véritablement avec tous les autres par son ton sérieux. Différents sujets comme l’ultra capitalisme ou la charge mentale imposée aux femmes avec les travaux domestiques en sus de leur travail sont abordés et on verse presque une petite larme en tournant les pages.

Le chapitre bonus retrouve un ton plus léger tout en abordant la thématique des théories complotistes – évidemment portées par Jerry. Les hommages à Stranger Things et surtout au mythe des grands anciens avec un Cthulhu tout mignon et rondouillard. La conclusion du volume est à mourir de rire.

Alors, convaincus ?

Ce sixième volume, malgré un changement fréquent d’illustrateurs, est vraiment très réussi. Le mélange de cynisme, de tendresse et de gags parfois très premier degré fonctionne à plein. On retrouve le ton de la série qu’on aime et j’ai franchement passé de très bons moments à rire toute seule devant certains dialogues ou situations complètement délirantes. Une bonne dose de Rick et Morty, ça rebooste un bon coup alors, pas d’hésitation !

Sonia Dollinger

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s