[interview] Jim Zub, des dragons à l’humour

Rick & Morty vs Dungeons & Dragons a été une bien belle surprise et le meilleur comics de Rick & Morty pour notre site. Quand nous avons su que Jim Zub, le coscénariste de ce volume venait au Comic con Paris grâce à Hi comics, nous étions très curieux de le rencontrer pour échanger avec lui sur ce crossover très particulier, sur les jeux de rôles et la fantasy.

 

Jim_Zub

Quelle est votre impression de cette convention ?

C’est ma première visite en France. Avec ma femme, nous sommes venus un peu en avance pour visiter. Ces trois jours de convention ont été intenses. Nous avons vendu tous les Rick & Morty vs Dungeons & Dragons, j’ai signé mes autres livres Dungeons & Dragons, des titres chez Marvel et même Wayward, ma série en indépendant sortie chez Image (publiée chez Glénat en France). Cela a été un moment très excitant de rencontrer de nouveaux lecteurs dans un lieu nouveau.

 

Vous connaissez bien l’univers Dungeons & Dragons car vous avez écrit plusieurs titres du comics officiel ?

J’écris la série officielle depuis 2014, quand la nouvelle édition du jeu est sortie. L’excitation que j’ai pour les récits d’épée et de sorcellerie (sword and sorcery) a rendu drôle de créer de nouvelles histoires dans cet univers, puis, avec Rick & Morty, de se moquer de cet univers. J’ai pu faire la fantasy classique et la version sarcastique et ridicule.

 

Êtes-vous rôliste ?

Je joue depuis que j’ai 8 ans et je continue un peu avec mes amis mais maintenant c’est mon travail (sourire en coin). Un jeu de rôle peut être idiot et violent mais c’est aussi un moyen de voir différentes classes sociales, une réflexion sur pourquoi on joue et comment un jeu nous aide à mieux communiquer entre nous. Maintenant, Dungeons & Dragons redevient populaire et c’est assez irréel. Quand j’étais enfant, je trouvais cela cool mais je ne l’étais pas. Désormais de nombreuses personnes y jouent comme un moyen d’échapper à une routine du quotidien. Au travail, on n’est pas un héros, on ne prend pas de décision vitale. Dans Dungeons & Dragons tu es important et spécial. Chacun joue à son tour et on demande aux joueurs ce qu’ils veulent faire. Dans la vie réelle, les gens ne nous demandent pas ce que l’on veut être.

 

Quelle était votre relation à Rick et Morty avant de commencer le scénario ?

Je connais Rick et Morty et je suis fan mais, comme tous les artistes impliqués, je n’aurais jamais imaginé ce crossover. On m’a approché pour travailler avec Patrick Rothfuss et Troy Little. Cela a été un vrai plaisir d’avoir cette équipe de fou.

 

Jim_Zub_1

C’est un travail compliqué car il s’agit non pas d’une mais d’une double adaptation ?

Oui et en plus avec deux scénaristes. On a voulu écrire une histoire de Rick & Morty mais d’une manière différente. On a aussi voulu que cela ressemble à une histoire de Dungeons & Dragons tout en s’en moquant en même temps. Donc ce sont différents challenges mais quand vous réussissez, c’est très cool. Ma percée dans le monde des comics s’est faite avec Skullkickers, une comédie dans le monde de la fantasy. D’une certaine manière, ce titre est un retour à mes premiers travaux. C’est marrant d’y revenir et de voir si je peux encore le faire.

 

N’aviez-vous pas peur d’un clash entre les fans de Dungeons & Dragons et ceux de Rick & Morty ?

Nous avons ri de notre histoire et nous espérons que les fans aussi. Vous ne pouvez pas cocher toutes les cases mais écrire la meilleure histoire possible. Patrick avait un objectif de départ : Rick & Morty est sarcastique, sombre, nihiliste et violent mais ce sont aussi des gens brisés dans une famille qui tente de s’en sortir. On n’écrit pas seulement des personnages mais ils jouent d’autres personnages. Dungeons & Dragons consiste à tuer des monstres, trouver des trésors et lutter pour le pouvoir mais c’est aussi passer du temps avec ses amis et s’affirmer par de nouvelles identités. Jerry veut être un héros capable de protéger sa famille et dans le monde de Dungeons & Dragons, il est solidaire, pense pour les autres et les protège. Au contraire, les pires traits de caractère de Rick ressortent dans le jeu alors que, dans le monde réel, son génie masque ses défauts. Égoïste, il veut récupérer le trésor, quitte à briser les règles.

 

Pourquoi Morty meurt tout de suite à plusieurs reprises ?

Comme dans la première version du jeu qui était plus une compétition : pouvez-vous survivre ? Dungeons & Dragons a évolué au fil des ans pour devenir désormais une histoire à construire ensemble.

 

Donc, on est passé du capitalisme au socialisme ?

Oui c’est une manière de le voir (rire).

 

De plus, dans le comics le jeu de rôle devient transgénérationnel ?

Et c’est vrai. Les gens ont grandi en jouant et maintenant ils sont assez âgés pour avoir des enfants qui jouent. C’est un moyen pour les parents d’avoir un lien avec eux et de communiquer tous ensemble.

 

Dans le comics le jeu est le seul lien dans cette famille dysfonctionnel ?

Dans le cartoon, ils n’ont en commun ni le sport, ni une passion ou quoi que soit d’autres. Ils sont très différents. Cela montre aussi la flexibilité de Dungeons & Dragons : quel que soit le rôle que vous voulez jouer, cela fonctionne dans le jeu.

 

Que préférez-vous : écrire seul ou en collaboration ?

Cela dépend du projet. La plupart de mes titres sont solo. J’aime avoir un contrôle mais il peut être amusant de collaborer avec d’autres car ils vous apportent plein de nouvelles idées que vous n’auriez jamais eues. Ils améliorent votre manière d’écrire. Ils voient vos faiblesses et proposent des alternatives. Cela rend les choses meilleures tant que l’entente est bonne. J’ai travaillé avec plusieurs scénaristes et chacun a une manière très différente de travailler. Parfois, c’est très collaboratif et d’autre fois, c’est un partage des rôles. A chaque fois, c’est un nouveau challenge. Avec Patrick, nous avons apporté ensemble les idées pendant un brainstorming par Skype. On a construit la structure globale de chaque épisode par aller-retour de longs emails . Puis, on a construit chaque scène dans l’épisode, comment les scènes étaient reliées entre elles, puis on s’est partagé les dialogues de chaque personnage et de chaque section. On a fait des ajustements. C’est un processus très organique.

 

Jim_Zub_2

Sur Comics Have The Power, nous avons aussi apprécié la place des femmes dans le récit. Dans une inversion des codes, elles sont guerrières alors que les hommes sont des bardes ou des magiciens.

Summer et Beth ont un rôle fort dans l’histoire et elles ont leurs propres besoins dans le jeu. Ce ne sont pas juste des accompagnatrices mais elles décident et c’était très important pour nous. Beth est une vétérinaire pour chevaux et dans cette histoire elle est une guérisseuse. Dans la vie réelle, Morty est toujours nerveux et pas courageux. On a voulu lui donner le rôle d’un demi-orc puant mais puissant dans pleins de domaines où Morty ne le serait pas. On peut montrer ce qu’il voudrait être et des traits de caractères neufs.

 

Jerry est un père sympa qui assume pour une fois son rôle. Comment c’est venu ?

Ce qui est drôle c’est que Jerry utilise la magie d’une manière très différente de celle de son beau-père. Rick en fait une arme pour déchirer les choses alors que Jerry détourne les attaques de ses ennemis, sauve les gens ou les rend plus confiants en eux. Rick ne qu’à son pouvoir.

 

Vos travaux chez Marvel sont bien plus sérieux ?

Les comics de super-héros demandent une approche différente des personnages, de l’histoire. C’est marrant de faire des choses différentes, de perturber les lecteurs qui ne savent pas à quoi s’attendre et cela maintient mon excitation.

 

Donc quels sont vos prochains projets ?

On a deux projets. La suite de Rick & Morty vs Dungeons & Dragons s’appelle Painscape. Dans le premier volume, la famille est rentrée dans le monde de Dungeons & Dragons et dans la suite c’est l’inverse. J’ai aussi une nouvelle mini-série de Dungeons & Dragons qui s’appelle Infernal tides dans une ambiance très épique et fantastique. Je fais aussi des épisodes de Conan dans l’event Superwar. Seth, le dieu serpent maléfique et ses forces s’opposent à Conan, Solomon Kane, Agatha Harkness, Moon Knight et un personnage assez obscur, Jane Allison. C’est très étrange de travailler à la fois sur Dungeons & Dragons et Conan. Ces deux plus grands titres de la fantasy très différents. Même si je travaille sur les deux, je fais attention à ne pas les mélanger. Conan est sombre et centré sur la magie noire alors que Dungeons & Dragons est plus optimiste. Lire Conan et les romans de Robert E. Howard a été très important pour moi

 

Au Comic con, avez-vous pu parler avec Roy Thomas de Conan ?

Je ne l’avais jamais rencontré mais hier je me suis arrêté à sa table. On a pu avoir une discussion rapide. C’était super de prendre une photo et de se connecter avec quelqu’un qui a eu une telle influence sur le personnage. Il a été chaleureux et encourageant.

 

Nous tenions à remercier la disponibilité d’Hi Comics qui nous a permis cet échange passionnant.

 

Thomas Savidan

 

 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s