[Interview] Chris Claremont

Sonia avait eu la chance de rencontre le génial scénariste de X-Men lors du Superheros de Toulouse-Labège 2019 pour une première interview. Profitant de sa venue à la Comic Con Paris, nous avons eu l’opportunité de poursuivre cet entretien.

Claremont_1

Contrairement à beaucoup de scénaristes qui mettent en avant des idées ou des thèmes, vous vous concentrez avant tout sur les personnages.

Sans personnage, pourquoi lire le livre ? C’est le personnage qui vous amène au récit et cela a toujours été le cas pour moi. Vous ne vous intéressez pas à des luttes entre des rois mais vous soutenez ou désapprouvez MacBeth.

Justement avec ces personnages, vous complexifiez chacun et même un personnage secondaire pages après pages

Je ne l’ai que trop dit au cours de ces quarante années. C’est l’art du récit (le storytelling) et ma partie préférée de l’œuvre. Michael Golden et moi-même nous écrivions un épisode spécial des Avengers. Dans une scène, le détective Morrel marche vers un hôpital sur l’avant de la scène et, à l’arrière, il y a une religieuse, une infirmière, un officier de police et un enfant. L’enfant dit : je suis Maddy Prior. « Je suis malade mais ça va mieux ». Depuis 45 ans, des fans me posent une question : « Quelle est l’histoire de cet enfant ? »

Même si ces personnages n’ont rien à voir avec l’histoire, ils ont attrapé mon regard par leur tenue ou leur position. Je dois leur créer des dialogues et je verrai s’ils ont le même effet sur les lecteurs. C’est la même méthode quand Aaron Sorkin écrit une scène où des gens discutent à l’avant-scène mais aussi à l’arrière. Si vous écoutez, chaque conversation a un but et un sens. Est-ce que ce qui se passe derrière a un lien avec devant ? Vous regarderez l’épisode suivant pour le savoir. Parfois oui et parfois cela plante une graine qui ne fleurira qu’une année après. Si un élément visuel dans l’art me capture l’œil, je veux qu’il capture celui du lecteur et le fasse réfléchir : « Que se passe-t-il ? » Ce n’est pas juste moi comme scénariste mais le personnage, le visuel, la situation physique que l’on voit sur la page.

Vous ne lâchez jamais un personnage. Par exemple, avec Bill Sienkiewicz, vous métamorphosez un policier et une infirmière en indiens puis en assistants pour les Nouveaux Mutants et les X-Men.

Et j’en fais une histoire. Avec Bill, on a suivi nos tripes, nos instincts pour voir jusqu’où cela nous menait pour boucler la boucle ou planter des graines pour plus tard mais les épisodes étaient toujours trop courts pour moi.

Comment gériez-vous ces multiples lignes narratives ? Vous aviez une grande carte ou vous improvisiez ?

Les deux. Dans la vie, on a des couches : des voisins dans notre rue, dans notre immeuble, des collègues, des gens que l’on croise au travail ou à côté de nous. Hier soir, il s’est avéré que mes voisins de table connaissaient mon travail. On a pris une photo. C’est une coïncidence. Mais que va donner ce moment… aujourd’hui, demain ou plus tard ? Notre réalité est pleine de coïncidences dont certaines ont un impact durable sur notre vie. La différence c’est qu’en tant qu’écrivain je peux décider le chemin que prendront un personnage et un lecteur. Mais parfois c’est le personnage qui me dit : « Non. Tu veux aller par là mais on va aller ici ». Ok, c’est mon inconscient qui parle à ma conscience et cela devient aussi une aventure pour moi.

Claremont_2

Au départ, il n’y avait qu’une série X-Men puis Marvel a voulu en créer d’autres. J’ai entendu dire que vous étiez réticent vis-à-vis de cet élargissement mais à la fin cela n’a-t-il pas été un moyen d’élargir non seulement votre univers mais aussi les atmosphères ?

Différentes perspectives. Le problème c’est que je suis humain. Il y a un nombre limité d’heures par jour et un nombre réduit de séries que je peux contrôler. Donc, les New Mutants ont fini par être écrits par Louise Simonson, Wolverine par Larry Hama. L’unité a disparu.

Pour moi, en tant qu’auteur, c’est une question de contrôle. Je connais ma vision mais, du point de vue d’un éditeur commercial comme Marvel qui est aussi hélas le propriétaire de tous ces personnages, le but est d’augmenter les recettes. Donc pour moi en tant qu’auteur, j’ai toujours été passionnément opposé à une série solo de Wolverine car je ne voulais pas qu’il soit surexposé, qu’il soit figé. Je savais exactement comment le traiter. Pour d’autres auteurs, il y a les griffes qui sortent et il peut tout frapper et faire ce qu’il veut. J’ai écrit cet été une courte histoire de dix pages avec Salvador Larroca où toute l’histoire est que Wolverine est un très bon cuisinier. Kitty lui dit : « Mais tu ne nous l’as jamais dit ! » et il répond que personne ne le lui a jamais demandé. Le sous-texte est que cela ne vous regarde pas. Mais la vraie révélation de cette histoire est que la maison où tout cela se passe est dans sa famille depuis cinq générations. C’est lui qui est à l’origine de sa famille en épousant l’aïeule. Il y a des couches et des éléments de ces personnages que personne ne soupçonnait, qui ne sont pas les clichés du super-héros, des éléments humains qui peuvent toucher le lecteur. Le personnage devient plus réel, sensible. On n’a plus peur de la grosse brute et Logan devient davantage une personne. Mon travail d’écrivain et en particulier sur les X-Men est de présenter des personnages en trois dimensions. Ainsi ils deviennent fascinants et atteignent facilement les lecteurs. Il y a une raison basique pour laquelle je le fais : je veux que vous alliez le dire à vos amis et que ces amis aillent le dire aux leurs ainsi de suite et que tout le monde en parle comme on parle de Poudlard.

Nous tenons à remercier l’organisation du Comic Con qui a fait tout pour ce court moment d’échange soit le plus agréable possible. Vous pouvez retrouver l’intégralité du premier interview à cette adresse.

Retrouvez également l’interview de Jorge Molina à la Comic Con.

Thomas Savidan et Sonia Dollinger

5 commentaires Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s