[review] Intégrale X-Men 1993 (IV)

Dans le tome précédent, j’avais été plutôt content de relire le crossover Attractions fatales dont la suite est dans ce tome IV de l’Intégrale X-Men 1993. Mon envie de poursuivre la redécouverte de ces épisodes m’a poussé à lire la suite des aventures de nos mutants préférés.

Un résumé pour la route

X_Men_93_4_1De prime abord, ce volume ressemble davantage à un fourre-tout qu’à un ensemble cohérent car on y trouve cinq séries différentes pour six épisodes (dont 4 épisodes doubles) avec X-Men Unlimited 2 de Fabian Nicieza (New Warriors, Avengers) au scénario et Jan Duursema (Star Wars, X-Factor) aux dessins, X-Men 25 du même scénariste mais dessiné par Andy Kubert (1602, Batman), Wolverine 75 de Larry Hama (Iron Fist, G.I. Joe) et Adam Kubert (Ghost Rider, Hulk), Excalibur 71 de Scott Lobdell (The Darkness, Generation X) au scénario et Ken Lashley (X-Men Legacy, Suicide Squad), Darick Robertson (Transmetropolitan, Ballistic) et Matt Ryan (Mystic, Wonder Woman) aux dessins et deux épisodes d’Uncanny X-Men écrits par Scott Lobdell et dessiné par Duursema puis John Romita Junior (Iron Man, Spider-Man). Ces épisodes ont été publiés à la fin de l’année 1993 aux États-Unis et sont regroupés dans ce volume par Panini en octobre 2018.

Magnéto n’a pas disparu après la chute de sa station orbitale mais, vivant, il inquiète non seulement ses ennemis héréditaires, la famille des X-Men, mais aussi l’ensemble des grandes puissances. Aidé par Exodus, il cherche à récupérer les mutants les plus puissants pour les sauver du virus Héritage qui décime la population mutante. Colossus qui vient de perdre sa sœur de cette maladie, décide de les rejoindre.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Avec le crossover Attractions fatales, ce volume est centré sur le personnage de Magnéto redevenu l’ennemi principal des X-Men. Dans X-Men Unlimited 2, on suit la préparation d’une attaque par un ancien soldat de R.D.A. Tout est raconté par la voix off du soldat dans un texte parfois très bavard. On retrouve aussi plus loin une citation du Prométhée enchaîné d’Eschyle. Par contre, j’ai bien aimé la partie scientifique – rarement mise en avant – sur l’origine des pouvoirs de Magnéto, l’armure qui le rend invisible et l’arme faite sur mesure. Le soldat subit un choc post-traumatisme depuis que Magnéto a tué son frère. Pour réussir sa vengeance, il va enquêter afin de trouver les points faibles de son ennemi et comprendre ses motivations. Le récit se veut un hymne à l’humanité – on peut changer d’avis sur un homme en le connaissant – mais avec un deus ex machina facile – le soldat se mentait sur la manière dont son frère est mort. Privé de sa haine, il a donc perdu sa raison de vivre mais n’arrive pas à se suicider. Cependant, cela conduit à une limite : peut-on excuser un génocidaire si on le connaît ? Encore plus problématique, Moira, qui a éduqué Erik quand il est redevenu enfant, pense qu’on ne peut changer le destin et que l’éducation ne change rien aux gènes. Plus loin, heureusement, le scénariste se rattrape. Nicieza n’humanise jamais Magnéto car il est prêt à tuer son fils pour préserver son image de sauveur et, en enlevant l’adamantium du corps de Wolverine, il le blesse gravement. Ce récit de vengeance d’un homme qui n’a pas vu les changements du monde est aussi un moyen de raconter la vie de Magnéto, une victime devenue un bourreau. Par ordre chronologique, le tueur rencontre des personnes qui l’ont connu : son ascendance tzigane, le passage dans un camp d’extermination, l’apparition de son pouvoir qui fait fuir sa femme avec ses deux jumeaux. Magnéto est souvent comparé à Hitler. Par la parole il savait envoûter. Ses défauts sont encore plus mis en avant – le Crapaud ne supporte plus la suffisance de son ex-chef.

La création d’Avalon, une arche créée pour fuir la peste d’Héritage, est bien vue et permet de retrouver la Confrérie des mauvais mutants. Aucun n’est jugé digne sauf Phantasia – comme dans le tome précédent, il est amusant de voir que des ennemis si puissants ont totalement disparu. La Confrérie est très loin de son statut de Némésis des premiers X-Men. En tenues de bain sur un petit bateau, ils sont assez pathétiques. Le crossover Attractions fatales montre que les dirigeants cherchent à lutter ensemble contre lui par le protocole Magnéto – des satellites forment une barrière électromagnétique autour de la Terre. D’autres anciens ennemis réapparaissent. Cameron Hodge est apparu dans X-Factor et ici par l’intermédiaire de ses créatures encore brouillonnes. En général, je ne suis pas fan de ce personnage mais visuellement Hodge est très réussi et même repoussant. Proche du T2000 avec ses nouveaux pouvoirs, il ressemble à une masse plus brumeuse comme de la bouillie de chair. Cette lutte est occasion d’opposer deux duos : Hogde et Warren sont des amis qui se sont séparés sur le plan des idées alors que Warren et Jean restent proches.

X_Men_93_4_2

L’autre personnage qui connaît une évolution intéressante est le professeur Xavier. Il est de plus en plus trouble. On découvre un peu plus son réseau d’aide pour les  mutants. Les épreuves l’endurcissent dans les deux sens du mot. Lors d’un exercice dans la salle des dangers, il remet en cause son rêve : « Magnéto a testé sa méthode. Peut-être devrais-je tester sa manière radicale de résoudre les problèmes ? » Xavier organise puis participe à une mission suicide contre Magnéto. Il y propose de tuer Magnéto et endort Skid et Rusty sans discuter avec eux. Lors du combat mêlé classiquement à un débat moral, Nicieza renouvelle le genre car Xavier et Grey manipulent l’esprit de Magnus pour le forcer à se remettre en cause – ou lui laver le cerveau ? Ils veulent utiliser son sentiment de rejet pour l’affaiblir et Xavier vide l’esprit de Magnéto pour faire cesser le combat. Avec Tornade, ils s’infiltrent dans les milieux politiques pour récupérer le costume furtif mais Ororo se questionne sur sa fidélité à Xavier, le père de substitution de beaucoup de mutants : faut-il tout accepter même le vol ? A-t-elle été manipulée dès sa première rencontre avec Xavier pour rejoindre un jour les X-Men ? Cyclope, le Fauve et Jean Grey se posent aussi des questions : le rêve de Xavier est-il dépassé ? Au contraire, Logan le sauvage lui reste plus fidèle en faisant l’apologie du professeur : il a été un père pour cet orphelin, il a calmé sa colère et lui a donné un but, des conseils pour gérer sa colère. J’ai eu l’impression que Lobdell se pose une autre question : les X-Men sont-ils trop naïfs au temps du Dark Age ?

Des héros sombres sont mis en avant. Vif Argent est sombre et cynique ce qui est très contemporain des années 1990. Diablo devient aussi plus radical car il a failli tuer Spoor. Colossus ne reprend plus forme humaine. Parti sur Avalon par conviction, il reste pour aider un blessé car il n’a pu le faire pour sa sœur. Colossus a adopté la tenue des Acolytes et tient un discours se rapprochant de celui de Magnéto mais Charles pense qu’il souffre d’un traumatisme crânien et vient demander l’aide de Kitty. Kitty refuse le plan de Charles par fidélité envers ses sentiments amoureux anciens mais finalement accepte pour aider l’homme. Colossus se sent trahi mais cette aide lui permet d’abandonner la colère pour le regret d’avoir abandonné sa sœur. Il repart pour convaincre les Acolytes que Magnéto se trompe. Ce dernier choix crée de la confusion pour moi. Le scénario de Larry Hama dans Wolverine permet aussi de retrouver différents traumatismes sur une page et donc de revoir des épisodes marquants de la vie de Logan – sa tenue de l’arme X, sa crucifixion dans les X-Men, les attaques par Deathstrike et Dents de sabre. Logan est prêt à mourir pour ne plus souffrir mais Illyana le repousse vers les vivants. Sa relation avec Jean est aussi forte. Pour Jean, Logan est revenu pour la sauver mais pour lui c’est elle qui lui tendait la main dans son esprit. Revenu sur Terre, Logan abandonne la cigarette car son pouvoir auto-guérisseur est affaibli mais également parce que la cigarette est socialement moins bien acceptée. Le coup de théâtre est très bien amené – les griffes que l’on croyait artificielles sont en fait des os. S’estimant incapable, il quitte les X-Men.

Classiquement chez les X-Men, les épisodes se partagent entre action et vie privée des héros. On assiste dans Excalibur au premier combat entre Rachel et son frère Cable. La question de la vie de couple quand on est un héros est au centre de cette partie. Forge et Warren regrettent l’échec de leur histoire d’amour. Dans Uncanny X-Men 305, Iceberg se fait larguer par Opale car il n’arrive pas à avoir une vie normale. Au contraire, Jean annonce son intention de se marier, Forge et Ororo passent un moment romantique bien écrit. Uncanny 306 commence par un moment de rire entre Warren et Jean. On retrouve les épisodes de pause entre deux runs mais Lobdell ne va pas aussi loin que Claremont car il intègre un combat. Cela fait du bien de les voir rire de leur vie dangereuse et du refus de Jean d’épouser Warren au milieu de récits très sombres. Lobdell revient souvent à l’équipe d’origine des X-Men. Mais ce bonheur ne dure pas avec le retour de Candy, la femme que Warren aimait, qui se révèle être un robot. J’ai adoré cette partie sur la douleur d’un robot qui se croit humain et amoureux – comme dans Blade Runner – mais n’est qu’une machine. Elle décide de s’autodétruire pour aider son amoureux à vaincre son ennemi mais aussi par haine de ce qu’elle est.

X_Men_93_4_3

Vu le nombre de séries publiées ici, les dessinateurs sont nombreux et très inégaux. Certains ont très mal vieilli. Duursema est un peu le symbole de ce qui n’allait pas dans les années 1990 – des corps atrophiés, Bishop ressemble à un ballon, des visages carrés et sans aucun sourire. Au fil du long épisode, le dessin est de plus en plus approximatif. Dans X-Men 25, Andy Kubert remonte le niveau. La lecture est agréable grâce aux nombreux changements de mise en page. L’épisode se termine par la belle image de Colossus portant Magnéto à bout de bras dans les ruines d’Avalon. A l’époque, Adam Kubert est pour moi le frère d’Andy et l’épisode 75 de Wolverine avait été une révélation. Le dessin encore plus dense – Adam intègre des allusions à Dali – et la gestion de la profondeur est celle d’un virtuose. Cela part dans tous les sens comme un trip psychédélique – les dimensions et la taille n’ont aucun sens. Ce délire visuel est parfaitement adapté au récit qui raconte la fièvre de Wolverine et une descente hasardeuse de la navette des X-Men vers la terre. Il y a moins de variété de couleurs par rapport à aujourd’hui mais Steve Buccelato arrive à jouer sur les oppositions ou les camaïeux de couleurs. Certaines images sont superbes comme le corps mou et élastique de Logan ondulant vers la mort, que Xavier cherche à retenir. Très étrangement, dans Excalibur 71, deux dessinateurs font une page à la suite de l’autre et le dernier fait quelques cases au milieu. Robertson est largement au-dessus car il joue sur les contrastes et sur l’organisation des cases pour créer de la perspective. Dans Uncanny 306, John Romita Jr n’est pas au sommet de son art mais je trouve les critiques actuelles très injustes. Son dessin permet un récit dense. Le travail des couleurs est le meilleur du volume – sur une double page le rouge prend progressivement plus de place quand Candy meurt mais cela correspond à la colère croissante de Warren. Romita Jr est vraiment très doué pour les textures qui sont toujours travaillées. C’est l’exemple de la fourrure du Fauve qui est superbement rendue sans pour autant viser le réalisme – on voit les traits de feutre.

Alors, convaincus ?

J’ai encore pris plaisir à relire ses épisodes. Panini propose un court épisode sur le Fauve en bonus et l’ensemble des couvertures dont les doubles pour les numéros anniversaires. Les évolutions de Magnéto et surtout de Xavier sont très intéressantes. L’épisode de Wolverine est superbe mais aussi haletant grâce à un très bon récit d’action sans violence. Forcément, avec tant de séries, il y a parfois des parties mineures. L’épisode d’Excalibur montre que Lobdell n’arrive pas à gérer plusieurs séries.

Thomas S

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s