[review] X-Men Malicia et Gambit

Pour tout vous dire, je n’avais pas eu le réflexe d’acheter Malicia et Gambit jusqu’à ce qu’un lecteur du blog me demande un avis sur le sujet. Ne cherchant finalement qu’un prétexte pour céder à la tentation de lire un titre de plus, j’ai donc craqué et acquis ce récit consacré à un des couples les plus tumultueux de l’univers Marvel. C’est parti pour un bon moment de « je t’aime, moi non plus » à la sauce Mutant !

Un résumé pour la route

x-men-malicia-et-gambit-1X-Men, Rogue and Gambit est une mini-série en cinq numéros scénarisée par Kelly Thompson, illustrée par Pere Pérez et colorisée par Frank d’Armata. La série est publiée aux Etats-Unis par Marvel entre janvier et mai 2018. En France, Panini Comics publie la série sous le titre X-Men, Malicia et Gambit en janvier 2019.

Plusieurs mutants ont disparu dans un centre de thérapie dans des circonstances mystérieuses. Kitty Pryde, leader des X-Men décide alors d’envoyer deux X-Men expérimentés pour enquêter sur le sujet. Les deux mutants devant se faire passer pour un couple, Kitty décide de missionner Malicia et Gambit qui ont, de toute manière, bien besoin d’une thérapie de couple. Crises et disputes sont au programme !

On en dit quoi sur Comics have the Power ? 

Retrouver le couple infernal formé par Malicia et Gambit au début des années 1990 est un peu une madeleine de Proust pour les lecteurs ayant connu cette époque. Disons le tout net, l’histoire n’est qu’un prétexte aux retrouvailles des deux personnages et on se moque finalement assez rapidement de leur enquête pour se concentrer, à l’instar de la scénariste Kelly Thompson, sur l’interaction entre les deux individus. L’aspect nostalgie est d’ailleurs revendiqué puisque dès la deuxième page qui est en fait une page double, on se retrouve submergé par les images du passé, rappelant les relations intenses de Malicia et Gambit au cours de presque trente ans de vie tumultueuse.

x-men-malicia-et-gambit-2

Si l’histoire débute dans le quartier général des X-Men et nous montre Tornade, Kitty ou Malicia en plein entraînement avec des Sentinelles, on quitte très vite l’équipe et la vie collective pour un huis clos qui voit évoluer nos deux enfants terribles sur une île mystérieuse où se produisent d’étranges phénomènes. Gambit et Malicia n’attendent pas d’avoir posé le pied sur l’île pour s’entre déchirer à tout prétexte. Le ton est plutôt humoristique et vaudevillesque. Et, si les deux X-Men sont censés être un couple ayant besoin d’une thérapie, la réalité dépasse vite le mensonge : lorsqu’ils se retrouvent face au psychiatre, ils ne font pas semblant et déballent tous leurs problèmes. Là encore, Pere Pérez use d’une double-page qui revient une fois encore sur les années passées et ce n’est pas de tout repos ! Le lecteur assiste donc à une réelle séance de thérapie de couple et à une scène de ménage plutôt intense ! Kelly Thompson revient sur le passé des personnages et s’interroge avec eux sur les échecs répétés de leur relation amoureuse. Ce choix me paraît intéressant pour les lecteurs déjà familiers de ces personnages qui peuvent ainsi retrouver avec plaisir des clins d’oeil fréquents aux époques antérieures. Par contre, je ne suis pas sûre qu’un lecteur néophyte profitera pleinement de sa lecture car il faut un réel attachement aux personnages et une petite connaissance des faits passés pour profiter pleinement de ce titre.

x-men-malicia-et-gambit-3En effet, l’histoire en elle-même est assez banale et ne peut suffire à captiver le lecteur : des mutants disparaissent, capturés par un vilain qui se sert de leurs pouvoirs, on envoie des X-Men enquêter et ils se retrouvent dans un affrontement final. En soi, rien de révolutionnaire donc et on oublie assez vite la trame pour se concentrer sur Anna Marie et Rémy, plus encore que sur Malicia et Gambit. C’est souvent drôle, parfois touchant et Kelly Thompson démontre qu’on peut encore se concentrer sur les interactions personnelles entre héros. En outre, symboliquement, Gambit et Malicia doivent affronter une flopée de doubles d’eux-mêmes d’époques différentes. En luttant contre leurs versions antérieures, les deux X-Men détruisent peu à peu leurs erreurs passées qu’ils finissent par accepter et reconnaître. A noter le bel équilibre entre les deux, aucun des personnages n’écrasant l’autre, chacun ayant une personnalité forte qui ne plie pas devant l’autre mais chacun finissant par accepter ses torts et les qualités de son alter ego.

Si, par moment, on a un peu l’impression de tourner en rond, on aime toutefois vraiment retrouver un des couples les plus mythiques de l’univers X. Ce récit est avant tout une romance, l’histoire des retrouvailles entre deux êtres qui ne savent pas s’aimer sans se faire du mal mais qui restent indéfectiblement attachés l’un à l’autre. Le suspense, pour le lecteur, est donc de savoir si, à la fin de l’histoire, les deux tourtereaux seront réconciliés ou brouillés encore une fois. Kelly Thompson a bien saisi l’essence des deux individus et cette mini-série marque une étape dans la vie de Gambit et Malicia. Quant à Pere Pérez, qu’on connaît par ailleurs pour ses travaux chez Valiant, ses planches dynamiques mettent fort bien en valeur l’action et l’interaction entre les héros. Il est aussi brillant dans les scènes de baston que dans les moments romantiques où les corps s’entrelacent.

Alors, convaincus ?

X-Men, Malicia et Gambit est un titre entièrement consacré à la relation amoureuse entre les deux personnages avec pour toile de fond une enquête sans grande importance. Le lecteur amateur des X-Men et en particulier de ces deux têtes brûlées sera donc particulièrement heureux de les retrouver ensemble dans ce récit en forme d’hymne à leur histoire d’amour déjà ancienne. Pas sûr, par contre, que ce soit par ce titre qu’il faille commencer s’il on est un lecteur débutant à cause des très nombreuses références au passé des deux protagonistes. Pour ma part, j’ai passé un moment agréable en compagnie de ce couple infernal et pouvoir profiter d’un récit qui prend le temps d’approfondir les relations entre les héros m’a vraiment plu, cela permet de montrer que l’on peut écrire un titre basé sur les sentiments des personnages et pas seulement centré sur une baston intergalactique ou un crossover mettant en scène des dizaines de personnages sans en développer aucun.

Sonia D.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s