[review] X-Men, la résurrection du Phénix

On ne compte plus le nombre de morts et de résurrections de Jean Grey, c’est même devenu une plaisanterie chez les lecteurs de comics. Si tout le monde s’accorde à dire que l’apogée du personnage est sa mort sur la lune alors qu’elle est possédée par le Phénix noir, il n’en reste pas moins que les différentes apparitions postérieures de Jean Grey ont marqué l’histoire des X-Men. On ne peut nier qu’elle reste un personnage majeur de l’univers Marvel. La faire revenir à la vie n’était donc qu’une question de temps, c’est désormais chose faite. On est bien loin de la toute première apparition de la jeune femme en 1963 mais ce X-Men : la Résurrection du Phénix marque une nouvelle étape importante dans l’histoire du personnage.

Un résumé pour la route

x-men-la-resurrection-du-phenix-1X-Men : la résurrection du Phénix est scénarisé par Mathew Rosenberg. Plusieurs illustrateurs ont travaillé sur le titre : Leinil Francis Yu, Carlos Pacheco, Joe Bennett et Ramon Rosanas. On retrouve également quatre encreurs différents : Gerry Alanguilan, Rafael Fonteriz, Lorenzo Ruggiero et Belardino Brabo ainsi qu’une coloriste : Rachelle Rosenberg. Cet ouvrage reprend les épisodes #1-5 du titre Phoenix resurection : the return of Jean Grey sorti aux Etats-Unis en 2018. En France, Panini Comics édite le titre en janvier 2019.

Des phénomènes étranges attirent l’attention des X-Men : des enfants catatoniques, des télépathes qui disparaissent ou ne peuvent plus se servir de leurs pouvoirs, à quoi tout cela peut-il bien correspondre ? Kitty Pryde envoie ses équipes aux quatre coins de la planète et peu à peu, il faut se rendre à l’évidence, le Phénix est de retour, mais pourquoi ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

N’en déplaise aux grincheux, je ne peux pas bouder mon plaisir de pouvoir assister au retour de Jean Grey car quoi qu’on puisse en penser, ce retour n’effacera jamais les moments intenses de lecture des aventures précédentes et notamment de la période Claremont / Byrne. Je ne serai donc pas de ceux qui crient au sacrilège car rien ne peut défaire ce qui a été si magnifiquement écrit.

Matthew Rosenberg sait d’ailleurs très bien ce qui l’attend et multiplie les clins d’oeil aux grands artistes qui ont fait la légende du personnage. Ainsi, quand Jean évoque l’un de ses anciens professeurs, elle mentionne le « professeur Claremont » et quand les X-Men se rendent sur la tombe de la jeune femme, ils se retrouvent au cimetière de Cockrum Hill. L’auteur fait aussi passer consciencieusement ses personnages dans les lieux symboliques de l’histoire des X-Men : Jamaica Bay où Jean Grey devient le Phénix pour la première fois, le Club des Damnés et  d’autres contrées comme Genosha ou la Terre Sauvage. On croise aussi tous les personnages importants – hormis Xavier – notamment une palanquée d’X-Men morts au fil du temps.

Cela fait-il un bon titre ? L’histoire en-elle même est par moment vraiment confuse, à commencer par le début : deux enfants tombent en catatonie et cela fait rappliquer les X-Men mais que deviennent ces gosses ensuite et quel est le rapport avec la suite ? On ne le saura jamais ! De même, on ne sait trop finalement si le Phénix cherche à éloigner les X-Men pendant qu’il tente de fusionner de nouveau avec Jean ou s’il les attire pour provoquer cette fusion. On sent bien que l’auteur a une mission : ressusciter la belle rousse mais ne sait pas trop comment faire pour la ramener à la vie. Toute la quêtes des X-Men à travers le monde paraît un peu superflue et dénuée de sens.

x-men-la-resurrection-du-phenix-3

Par contre, l’idée que le Phénix ait enfermé Jean Grey dans une vie factice dans laquelle elle est serveuse chez Annie – un bar tenue par sa copine censée être morte dans un accident de voiture – et où elle est en relation avec des personnages comme Scott Summers, Magneto ou même Wolverine qui se fait alors appeler le Borgne, est plutôt bien vue. Peu à peu, le monde factice construit par le Phénix pour y emprisonner Jean dans l’attente de fusionner avec elle, se fissure et la jeune femme prend peu à peu conscience qu’elle est autre chose qu’une simple serveuse de café. Ses rêves la confrontent peu à peu à ses souvenirs anciens qui refont surface et le moment où elle se retrouve face à elle-même vêtue du costume du Phénix est un des bons passages du titre.

Si le cheminement pour arriver à la résurrection de Jean Grey m’a paru bien tortueux, la dernière partie est vraiment belle. La lutte entre Jean et l’entité qui souhaite la posséder et leur dialogue final sont vraiment touchants, le Phénix ressemblant presque à un animal qui ne saurait se passer de son maître pour trouver un sens à son existence. Il offre tout ce qu’il peut à Jean Grey pour la décider à l’accepter et on ressent vraiment le combat que la jeune femme livre avec elle-même. En effet, renoncer au Phénix est renoncer à une infinité de possibilités comme l’immortalité, la protection de ceux qu’on aime. Matthew Rosenberg a totalement compris la relation qui unit le Phénix à Jean Grey et rien que pour cela, ce récit mérite d’être lu en oubliant les incohérences du début.

x-men-la-resurrection-du-phenix-2Graphiquement, le changement de dessinateur tout au long du titre n’est pas spécialement perturbant, chacun veillant à garder l’homogénéité de l’ensemble, même si le trait de Leinil Francis Yu est plus soigné que celui de ses successeurs. Les apparitions du Phénix sont toutes grandioses et montrent la majesté et la puissance de l’entité, notamment dans une superbe pleine page où l’oiseau de feu fait face à Old Man Logan. Les pleines pages sont souvent très réussies comme celle qui voit Jean Grey confrontée à elle-même ou celle dans laquelle Gerry Alanguilan la montre dans son costume de Phénix noir. J’ai enfin particulièrement apprécié la page où le Phénix dialogue avec Jean qui change de costume à chaque case pour revenir à son habit de Marvel Girl.

Alors, convaincus ?

Ne nous voilons pas la face, les circonstances du retour de Jean Grey sont un peu tirées par les cheveux. On voit bien que la commande est claire : faire revenir le personnage à toute force et il est bien difficile d’innover tant Jean Grey a ressuscité un certain nombre de fois. Il faudra donc passer sur certaines incohérences et insuffisances pour attendre un dénouement plutôt bien ficelé. C’est bien la relation complexe entre Jean Grey et le Phénix qui fait la force de ce titre et la manière dont elle est traitée en fin de volume qui nous offre les meilleurs moments. Graphiquement, le titre est agréable et offre de très belles pages dont l’oiseau de feu est la star incontestée.

Si X-Men : la résurrection du Phénix n’est pas un chef d’oeuvre, il permet de remettre sur le devant de la scène un personnage majeur de l’histoire des X-Men en espérant que son retour soit le signe de bons récits à venir.

Sonia D.

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. « Trop vieux pour ces conneries » 🙂 Non en fait les histoires mutantes, et de chez Marvel en général, ne parviennent plus à m’accrocher. Je suis cependant bien d’accord sur le fait que la vraie mort de Jean Grey aura été un moment éprouvant, si l’actuel scénariste parvient à retranscrire ne serait-ce qu’une once de cette époque, eh bien bravo!

    Aimé par 1 personne

  2. pistoletabulles dit :

    On croise mes doigts pour que le personnage soit bien exploité dans l’avenir…

    Aimé par 1 personne

    1. Sonia Smith dit :

      Au moins, elle est de retour, cela permettra sûrement de la retrouver dans des aventures sympas 🙂 et si ça ne nous plait pas, on peut toujours relire nos classiques 😉

      J'aime

  3. Boulet daniel dit :

    Et maintenant on attend la résurrection de jean de 86 dans la première integrale d X Factor en mars ! Un avis sur le tome Malicia et Gambit m intéresserait aussi……

    Aimé par 1 personne

    1. Sonia Smith dit :

      Effectivement, j’attends avec impatience cette intégrale X-Factor ! Je n’avais pas prévu de lire Malicia et Gambit, mais je viens d’aller l’acheter pour pouvoir le chroniquer du coup 🙂

      J'aime

    2. Sonia Smith dit :

      Je vous ai écouté, la review sur Malicia et Gambit vient de paraître 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s