[review] Rick and Morty tome 3

Alors que l’on apprenait la fin de la diffusion de Rick et Morty sur Netflix, on pouvait toutefois se consoler avec la publication du troisième tome de la série chez Hi Comics. La version papier des aventures des deux compères est une bonne alternative et on a déjà pu vous dire tout le bien qu’on pense des deux précédents volumes. Il était donc inenvisageable de ne pas poursuivre l’aventure. C’est parti pour un nouveau tome de folie !

Un résumé pour la route 

rick-morty-tome-3_Hi_ComicsRick and Morty volume 3 comporte cinq chapitres. Les chapitres 1 à 3, « Espace Mental », sont scénarisés par Tom Fowler, illustrés par CJ Cannon et colorisés par Ryan Hill. Le chapitre 4, « Ready Player Morty » est scénarisé par Pamela Ribon, illustré par Marc Ellerby et colorisé par Ryan Hill. Le cinquième et dernier chapitre intitulé « Le Grand Jeu » est scénarisé et dessiné par Tom Fowler et colorisé par Ryan Hill.

Jerry est encore en train de râler après les inventions de son beau-père Rick et notamment de son grille-pain qu’il tente de régler à sa convenance. Incapable de se débrouiller seul, Jerry doit se résoudre à demander l’aide de Rick. Mais, alors qu’il se rend dans le garage du savant, il est confronté à une vision d’horreur : la tête de Rick, décapitée, semble être la preuve que ce dernier a succombé. Reste un autre problème : où est Morty ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

rick-morty-1sCes nouveaux chapitres de Rick and Morty démarrent, comme d’habitude, sur les chapeaux de roue et mettent en avant l’incapacité de Jerry à gérer les situations qu’elles soient simples en apparence – réparer un grille-pain – ou complexes : retrouver son fils, sans doute entraîné dans des aventures dangereuses par son grand-père. Le lecteur a toujours un sentiment ambivalent vis-à-vis de ce malheureux Jerry : son côté looser a de quoi vraiment agacer et on est toujours un peu content qu’il en prenne plein la tronche – oui, on a tous un petit côté sadique ! Pourtant, parfois, on éprouve aussi un sentiment de compassion à l’égard de ce pauvre type toujours à côté de la plaque, en butte à une famille systématiquement hostile et plutôt loufoque.

Dans les premiers chapitres, tandis que Jerry, Summer et Beth pleurent la disparition de Rick et Morty, les deux comparses se trouvent confrontés à des extraterrestres particulièrement hostiles. Comme d’habitude, Morty compte sur son grand-père pour les tirer d’affaire mais la problématique semble s’inverser : il va falloir que Morty prenne des initiatives pour éviter la mort et Rick devient quelque peu dépendant de son petit-fils. Comme le savant n’aime pas cette situation, il se révèle assez humiliant avec le pauvre Morty. Et pourtant, même si Rick rudoie son petit-fils, leur complicité reste sans faille et on voit bien que sous ses dehors de grande gueule et de génie à l’ego sur développé se cache un grand-père sensible et un homme un peu seul qui ne peut se passer de la présence de Morty avec lequel il agit comme un mentor.

On s’amuse donc à la fois de voir Jerry multiplier les bourdes et créer des dégâts interdimensionnels avec un simple grille-pain ou de voir Rick et Morty dégommer des extraterrestres un peu demeurés mais on s’attache malgré tout à cette famille inimitable.

rick-morty-2sLe chapitre quatre, Ready Player Morty – clin d’oeil au film du même titre – est un vrai morceau d’anthologie. Rick kidnappe son petit-fils pour lui faire passer plusieurs épreuves virtuelles en le confrontant à des situations à la fois loufoques et pas si absurdes que ça à travers ce jeu terrible qu’est le Deathball. Mais pourquoi Rick confronte-t-il Morty à ce jeu vidéo traumatisant ? Pamela Ribon s’amuse également avec Jerry et Summer qui se retrouvent chacun dans le corps de l’autre, ce qui n’est pas forcément pour leur déplaire – enfin surtout pour l’un des deux… Un épisode qui explore plusieurs thématiques comme celle de la solitude incarnée par Rick, celle du mal être représentée par Jerry ou celle de l’enfant se muant en adolescent dont Morty est le représentant.

J’ai un peu moins aimé le dernier chapitre qui emmène Rick, Morty et Jerry sur une planète Casino sur laquelle Jerry semble finalement fort bien évoluer malgré ses réticences. L’épisode est un peu rapide à mon goût même s’il recèle quelques bons moments d’anthologie et montre encore une fois la duplicité d’un Rick plus cynique que jamais.

Alors, convaincus ?

Ce troisième volume reste fidèle à l’esprit de la série animée et se situe dans la lignée des précédents. Cette lecture est un vrai régal pour les amateurs de ces personnages déjantés. Rencontres du troisième type, mondes virtuels, planètes casino se côtoient dans un grand melting pot de références et de vannes. Comme le dit le site d’Hi Comics : « Venez pour les blagues, restez pour la dévastation de votre âme » ! Rick et Morty est une drogue qui vous fera voir le monde sous un angle différent si vous n’avez pas peur des voyages inattendus même s’il est sans doute plus compliqué de plonger dans ce titre sans avoir vu les épisodes de la série.

Sonia D.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s