[review] Mech Academy tome 1

le

Nous vous avons déjà parlé de la création du label Paperback, nouveau label comics de chez Casterman et Adi vous a donné son avis sur les deux premières sorties, Mech Academy et Au Temps des Reptiles. J’avais, moi aussi, envie de découvrir ces titres et de vous donner mon avis sur le sujet !

Un résumé pour la route

Mech_Academy_1Mech Academy est scénarisé par Greg Pak et illustré par Takeshi Miyazawa. Le récit est sorti aux Etats-Unis sous le titre Mech Cadet Yu chez Boom Studio. En France, c’est Casterman qui l’édite sous le label Paperback en 2018.

Il y a soixante ans, le premier robot Mecha est descendu de l’espace pour se lier avec un jeune pilote, Skip Tanaka afin de protéger la Terre contre l’invasion des Shargs, des extra-terrestres qui veulent conquérir et dévaster la planète. Depuis cette période, des robots viennent de l’espace tous les quatre ans pour se lier aux cadets du Sky Corp. Mais cette fois, l’un des robots décide inexplicablement de choisir le jeune Stanford Yu, qui est chargé de l’entretien avec sa mère.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Avec Mech Academy, nous pénétrons dans une académie militaire où les jeunes cadets sont préparés à se lier avec les Mechas des robots venus de l’espace afin de combattre une menace extra-terrestre. Le lecteur arrive dans le récit soixante ans après l’apparition du premier Mecha, alors que la Terre semble bénéficier d’une paix qui dure depuis un moment. Cet état de tranquillité relative permet à Greg Pak de présenter l’Académie et ses cadets qui sont présentés comme l’élite de la nation puisqu’ils en sont les défenseurs grâce à l’alliance formée avec les robots. On ne sait d’ailleurs pas grand chose de ces derniers, mis à part qu’ils arrivent à intervalle régulier sur Terre pour se « lier » à un cadet afin de lutter de concert pour la défense de notre monde. Ces robots semblent doués de sentiments et ne sont donc pas uniquement des machines à piloter même si nous n’avons pas la moindre idée de leur motivation. On remarque surtout la symbiose qui semble se créer entre le Mecha et son « pilote » qui est une sorte d’élu puisqu’il est choisi – adoubé – par le robot lui-même. Personne, d’ailleurs, ne remet en cause le choix du robot dont on ne connaît pourtant pas les critères de sélection.

Mech_Academy_Casterman_1

L’académie des cadets semble être un monde dans lequel la cascade du mépris fonctionne à plein : le jeune Stanford Yu et sa mère sont des agents d’entretien, d’origine étrangère et semblent être en bas de l’échelle sociale. Ils ont au mieux droit à l’indifférence, au pire à un mépris de classe teinté de racisme de la part de certains cadets bien conscients de leur position sociale dominante. Rien de bien nouveau sous le soleil et on est tout de suite en empathie avec ce jeune garçon qui ne rêve que de Mecha mais dont le seul avenir semble être de devoir passer le balai dans l’académie. La maman de Stanford est une mère attentionnée et surprotectrice tandis que son fils est aimant et respectueux.

On voit bien sûr arriver le truc : alors que la fille d’un général particulièrement hautaine avec Stanford participe à la cérémonie du choix, son Mecha choisit Stanford. L’ordre social est alors remis en cause, ce qui perturbe voire révolte la caste dominante. Greg Pak décrit bien une société sclérosée où la reproduction des élites empêche le renouveau et dans lequel, on a du mal à s’extraire de sa condition d’origine. L’ascension sociale rapide de Stanford déplaît à ceux qui se pensent supérieurs de par leur naissance mais d’autres acceptent finalement plutôt bien ce changement. On assiste donc à des rivalités entre plusieurs forces contraires, certains encourageant Stanford, d’autres tentant de provoquer son éviction. Alors oui, on a déjà lu ce genre d’histoire mais, c’est bien écrit, joliment mis en scène et on s’attache facilement aux personnage – y compris à l’irascible fille du général Park.

Mech_Academy_Casterman_2Quant aux Mechas, ils ont aussi, apparemment, des personnalités différentes. Le robot de Stanford, Champion, a l’air d’être un peu le maladroit de la bande, il est un peu cabossé. bref, Stanford a certes hérité d’un Mecha mais pas du plus rutilant. Pourtant, là encore, on s’attache assez vite à ce robot tout comme à celui de Park qui semble également doué de sentiments plutôt contrastés.

Mech Academy est un hommage à la culture japonaise qui a donné ses lettres de noblesse aux Mechas depuis les années 1960 en particulier. On aperçoit également furtivement dans une vignette un Mecha opposé à une sorte de Godzilla. Quant aux Shargs, des extra-terrestres cherchant à asservir la Terre, ils rappellent aussi le bestiaire des vilains des séries asiatiques. Le trait de Takeshi Miyazawa est d’ailleurs inspiré de l’univers des Mangas tout en étant totalement intégré à la culture comics par son rythme et son découpage.

Alors, convaincus ?

Avec Mech Academy, on est clairement dans un récit d’apprentissage qui met en valeur un jeune adolescent qui, grâce à un événement inattendu, échappe au destin pour lequel il semblait prédestiné. Avec ce titre, Greg Pak rend hommage aux histoires de robots qui peuplaient les anime et les séries des années 1980 et 1990 et qui ont marqué des générations de spectateurs occidentaux. Ce titre est un bel exemple d’une forme de syncrétisme mêlant les influences japonaises et le regard américain. Cela donne un résultat graphiquement lumineux et dynamique et un récit touchant.

L’éditeur Paperback ajoute un petit bonus à ce premier volume en publiant Los Robos, le récit originel qui deviendra par la suite avec quelques adaptations Mech Academy (En VO : Mech Stanford Yu).

Nous avons donc entre les mains, un titre rafraîchissant, présentant des personnages attachants qu’on a envie de voir évoluer. A suivre donc !

Sonia D.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s