[review] Invisible Republic tome 1

Après avoir testé The Few chez Hi Comics, un titre plutôt étrange mais original et dont j’ai apprécié l’écriture et l’ambiance graphique, mon œil s’est arrêté sur la couverture d’Invisible Republic chez le même éditeur. Il ne restait plus qu’à ouvrir ce volume et plonger dans le récit.

Un résumé pour la route

Invisible_Republic_1Invisible Republic est co-scénarisé par Corinna Bechko et Gabriel Hardman qui se charge également des illustrations secondé à la couleur par Jordan Boyd. Aux Etats-Unis, le titre sort chez Image Comics en 2015. En France, Invisible Republic est édité chez Hi Comics en 2018.

En 2843, la planète Avalon vient de connaître la chute du régime Malory et vit une difficile période de transition. Le chaos a remplacé un régime autoritaire et nul ne sait encore ce qui va advenir. Dans ce marasme politique, social et économique, Croger Babb, un journaliste qui fut une star des médias et désormais un peu paumé, cherche à dénicher un scoop qui lui rendrait sa notoriété et peut-être l’amour de son ex-femme. Errant dans les rues désolées d’Avalon, Babb semble désespéré jusqu’à ce qu’il tombe par inadvertance sur une vraie petite pépite !

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Invisible Republic est un véritable roman d’anticipation. Le lecteur se retrouve sur Avalon, une lointaine lune satellite de la Terre après la chute du régime Malory dont on ne sait pas grand chose au premier abord. C’est d’ailleurs toute la force de ce titre de dévoiler le sujet par petites touches, faisant progresser le lecteur dans un récit qui monte en puissance et en suspense. On ne sait pas trop ce que cherche Babb au début de l’histoire. D’ailleurs, il peine à le savoir lui-même. Sans doute est-ce parce qu’il traîne un lourd passé fait de gloire et de regrets. En effet, le journaliste a connu la gloire grâce à un scoop mais le revers de la médaille fut terrible et Babb porte en lui une culpabilité dont il ne peut se départir. Corinna Bechko et Gabriel Hardman induisent ainsi une première réflexion sur le rôle de la presse, sur les motivations du journalisme mais aussi sur le rôle et le sort des lanceurs d’alerte dans un monde où l’information peut tuer. Que pèse un scoop face au poids d’une vie humaine ? Révéler des informations aussi capitales soient-elles a-t-il plus de valeur que le reste ? Dans notre société qui vit au milieu d’un flot d’informations continu et dans laquelle une journaliste peut être assassinée pour avoir révélé des malversations sur un blog, ces propos ont un goût amer. Les auteurs montrent également le fossé qui se creuse entre les journalistes qui couvrent une information – en l’occurrence la chute du régime Malory – et les gens qui vivent ce drame. Alors que la population tente de survivre à ce chaos, Babb tend son micro espérant une réaction pour nourrir son article. Les auteurs montrent, en quelques cases très expressives, l’écart existant entre celui qui vit les événements et celui qui les observe.

Invisible_Republic_3

Tout s’accélère quand Croger Babb met la main sur un précieux manuscrit. La manière dont il acquiert ce texte pose question : les feuilles du manuscrit servent de combustible à un individu qui cherche à se réchauffer. A l’heure où l’on se préoccupe avant tout de sa survie, le sort des œuvres de l’esprit et des archives paraît bien accessoire. Chaque période de crise occasionne son lot de destructions patrimoniales, tel est encore le cas ici. Babb sauve de justesse un texte majeur qui permet de comprendre la genèse du régime de Malory et la jeunesse de son leader Arthur Mc Bride avant son accession au pouvoir. En effet, il s’agit des mémoires de sa cousine Maïa qui vont à l’encontre de la doxa officielle idéalisant la prise de pouvoir de Mc Bride.

A partir de cette découverte, Corinna Bechko et Gabriel Hardman alternent le récit contemporain et les flash-back issus de la lecture des mémoires de Maïa, ramenant le lecteur 42 ans plus tôt alors que le futur leader du régime n’était encore qu’un fugitif. Les auteurs glissent alors une critique acerbe d’un régime militaire qui laisse peu d’espoir aux classes laborieuses condamnées à vivre dans la pauvreté ou s’engager dans l’armée. C’est de ce régime oppressif que naît inévitablement une révolte armée, un résistance d’abord sourde puis ouverte qui voir s’installer à sa tête un Arthur Mc Bride poussé à la lutte armée par la dureté de la répression et des conditions de vie de la population. Mais les auteurs ne s’arrêtent pas à une analyse qui pourrait être vue comme manichéenne. Ils s’interrogent et interrogent leur lecteur sur les méthodes à employer pour changer la société : faut-il inévitablement employer la violence pour lutter contre l’injustice ? La prise de pouvoir mène-t-elle inévitablement à la dictature ? La figure de Mc Bride est intéressante : on ne sait si on doit embrasser sa cause ou le considérer comme un homme dangereux, on a à la fois de la sympathie pour cet homme et de la crainte pour ce qu’on pressent de son destin. Les auteurs nous donne également à réfléchir quant à la construction d’un mythe : il existe une version officielle de l’histoire publiée dans les mémoires d’Arthur Mc Bride qui s’éloigne de celle que Maïa donne dans son manuscrit. Avec le temps, le pouvoir façonne sa propre légende et Invisible Republic m’a beaucoup fait penser sur ce point à une de mes dernières lectures, Swastika Night de Katharine Burdekin qui montre, dans une uchronie magistrale, comment, après l’accession d’Hitler au pouvoir, la vie de ce dernier a été réécrite en vue de fonder les bases d’une nouvelle religion. Physiquement, le parallèle entre Mc Bride et le Che est assez évident. Les auteurs souhaitent-il montrer qu’un révolutionnaire idéaliste ne peut que devenir un dictateur froid ? On n’aura pas la réponse dans ce premier volume, il faudra donc attendre la suite pour en avoir le cœur net !

Invisible_Republic_2La cousine Maïa est une autre figure essentielle au récit : elle est en partie narratrice puisque l’histoire se base en grande partie sur son manuscrit, y compris le présent dans lequel Babb est poursuivi par des individus qui voudraient bien le faire taire. Maïa n’est pas aussi extrême que son cousin, elle aspire uniquement à la paix et à une vie tranquille. Elle se trouve prise au piège sans arrêt dans des événements qu’elle n’a pas choisis de vivre mais dont elle doit assumer les conséquences. Là où son cousin fait le choix de l’extrême, celui de la mort, Maïa cherche à préserver la vie, fut-ce au péril de sa sécurité. Pourtant, Maïa ne peut éternellement rester à l’écart des luttes qui secouent Avalon, elle doit inévitablement faire un choix et ce dernier impactera le sort de son cousin et celui de la planète toute entière. Comment se comporter lorsque la guerre civile fait rage ? Refuser de choisir, c’est encore faire un choix !

Graphiquement, on tient avec Invisible Republic une véritable petite pépite. Gabriel Hardman alterne les petites cases très touffues et les splash pages mettant en valeur les actions – souvent les bagarres – de très belle façon. L’artiste ne s’arrête pas à ses personnages très soignés puisqu’il cisèle ses décors foisonnants, notamment ses décors urbains particulièrement brillants. La colorisation de Jordan Boyd offre une texture intéressante qui donne une ambiance glauque de fin du monde et de déliquescence qui sied fort bien au récit.

Alors, convaincus ?

La force de ce titre réside dans son propos – une réflexion sur ce qu’est le pouvoir, sur la manière d’y parvenir et de l’exercer, sur le rôle de la presse – mais également dans le rythme donné à l’histoire. Les auteurs distillent les informations par petites touches et ne plantent pas un décor définitif dans lequel évolueraient les personnages, le régime de Malory se dévoile petit à petit tout comme son histoire et celle de son leader Arthur Mc Bride. Les scénaristes nous laissent sur un cliffhanger très réussi qui va indubitablement me pousser à lire la suite afin d’en savoir plus sur ce mystérieux régime de Malory !

Sonia D.

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s