[keep comics alive] Les Vengeurs de la Côte Ouest

Ado, j’avais adoré le run de John Byrne sur les Vengeurs de la Côte ouest dont je parlerai sans doute dans un prochain article. Mais, ayant récemment visionné les vidéos pleines d’une hilarante mauvaise foi de Retro Phil sur ces mêmes héros, je me suis demandé ce que valaient les débuts de cette série mal aimée. Grâce à un site d’occasion bien connu, j’ai pu les retrouver. Démarrons donc la lecture…

Une petite présentation

Vengeurs_Cote_Ouest_1Ce quatorzième Récit complet Marvel publié en mai 1987 par Lug rassemble les épisodes 1 à 4 de West Coast Avengers (septembre à décembre 1984). L’histoire est écrite par Roger Stern (Amazing Spider-Man, Avengers, Captain America) dessinée par Bob Hall (Squadron Supreme, Shadowman) et encrée par Brett Breeding.

Œil de faucon – comme on traduisait à l’époque – a quitté les Vengeurs et vient de rencontrer Oiseau moqueur. Il vit le parfait amour et est chargé par la Vision de constituer une équipe de Vengeurs basée sur la Côte ouest des États-Unis. Mais Œil de faucon est-il apte à être un chef ? Qui aura l’étoffe pour cette nouvelle équipe ?

Ce comics a-t-il encore le Power ?

L’histoire débute par l’enthousiasme d’un jeune couple qui démarre une nouvelle vie sur la Côte ouest. La rencontre des différents candidats donne l’impression de lire la partie recrutement des épisodes de Mission impossible. Globalement, chacun des membres de cette nouvelle équipe manque de confiance même le puissant Wonder Man – sa faible expérience de héros, son échec au cinéma et plus globalement à mener une vie normale. Les caractères de ces différents héros sont un peu schématiques. Chacun a une qualité et un défaut – Clint Barton, Œil de faucon, est amical mais autoritaire car il entre dans un nouveau rôle de leader. Devenu chef, il doit diriger un Iron Man colérique – Tony Stark a été remplacé par la tête brûlée Jim Rhodes. Étant toujours intéressé par le tir à l’arc et appréciant son caractère, j’avoue avoir un énorme faible pour Clint Barton.

Vengeurs_Cote_Ouest_2.tifLes blagues ont mieux vieilli et surprennent même comme celles sur le cul de Clint par Oiseau moqueur. On retrouve dans certaines bulles des expressions très anachroniques – « le baveux pour le journal » ou « tu as mangé des mouches ? ». La version anglaise est-elle aussi old school ou s’agit-il d’un problème de traduction ?

Ce titre datant d’avant le Dark age, les héros ou les ennemis ne sont pas ambigus. Le Némésis de l’équipe est Graviton dont le pouvoir sur la gravité impressionne peu mais cela reste tout de même très agréable à lire. Au contraire, le scénario de Roger Stern se permet d’être positif voire naïf et l’histoire se lit avec un réel plaisir.

 

De la même manière, le dessin de Bob Hall peut paraître simple mais il est redoutablement efficace. L’action se suit avec plaisir et les expressions des visages mettent bien en image les différents sentiments des personnages. L’éclat du dessin est rehaussé par des couleurs vives. L’armure classique d’Iron Man fait plaisir à revoir avec de jolis éclats. La mise en page est aussi classique mais très précise.

Les Vengeurs de la Côte Ouest, la mise en image du mythe californien

Donc c’est admis, cette série limitée sur les Vengeurs de la Côte ouest est une BD fun et sans prétention mais est-ce si simple ? Certaines images semblent très déplacées. Pourquoi Œil de Faucon insiste autant pour faire un barbecue ? Pourquoi Oiseau moqueur prend une voiture pour partir à la poursuite d’un gangster et non pas un engin plus moderne ?

Vengeurs_Cote_Ouest_3

Je fais l’hypothèse que ces éléments ne sont pas ridicules mais servent un but : utiliser l’image de la Californie pour ancrer ces héros dans leur territoire local. Cette idée m’est venue car je lisais en même temps le livre Los Angeles : le mythe américain inachevé de Cynthia Ghorra-Gobin – par ailleurs passionnant.

Les métiers des Vengeurs reflètent les activités dominantes dans la métropole. Iron Man a déménagé son industrie aéronautique vers l’ouest comme de nombreuses firmes aux États-Unis. Depuis le début du XXe siècle, le cinéma est implanté à Los Angeles et cela explique la présence de Wonder Man à L.A. Les quartiers, toujours nommés dans les cases, montrent l’inégalité sociale forte et les risque de fractures internes entre les quartiers de la métropole. La nouvelle résidence des Vengeurs est justement bien dans le style architectural local basé sur les ranchs. Les transports publics ont pendant longtemps été inexistants et la promenade à pieds n’existe presque pas. La voiture est un espace essentiel de la vie d’un angeleno et cela explique donc les trajets en voiture de Barbara Morse.

Vengeurs_Cote_Ouest_4

La Californie est vue comme l’espace de la réalisation possible de l’American Dream et est donc le lieu parfait pour créer une nouvelle équipe de Vengeurs ou pour démarrer une nouvelle vie comme Œil de faucon, Oiseau Moqueur et Wonder Man. La vie sociale entre une communauté professionnelle, ethnique ou de voisinage, le mélange fréquent entre la sphère privée et la sphère publique sont essentiels. Cela explique l’importance pour Œil de faucon et Oiseau moqueur de créer une communauté plus qu’une simple équipe professionnelle. Vivre dehors dans des espaces privés est un élément important de la vie sociale bien plus que des lieux publics. Le barbecue entre Vengeurs est l’exemple typique de cette sociabilité et cela justifie l’insistance de Clint. On trouve très peu de relations dans l’espace public mais les relations se font en réseau lors de « party ». Cela explique que le méchant Graviton organise une fête autour de la pègre pour imposer son pouvoir aux différents clans de la pègre.

Vengeurs_Cote_Ouest_5

Les habitants de Los Angeles se sont battus jusqu’aux années 1980 contre la construction de gratte-ciels ou d’immeubles. Les dessins de Hall montrent donc une banlieue continue. Il n’y a quasiment pas de bâtiments emblématiques à Los Angeles dans les dessins de Hall ce qui correspond à la réalité.

Tous ces éléments servent à ancrer l’histoire dans la réalité ou plutôt dans la vision américaine de Los Angeles. Des éléments manquent pour que ce comics reflète pleinement les changements à Los Angeles. On ne trouve pas d’éléments sur les différentes communautés et donc sur le melting-pot. De plus, la violence des gangs est assez différente de celle de New York mais Stern reste dans une vision new-yorkaise de la mafia.

Alors, verdict ?

Ce Récit complet Marvel est un vrai plaisir de lecture. Certes simple, c’est un bon travail graphique et scénaristique. Au-delà du récit, on en apprend aussi furtivement beaucoup sur Los Angeles. Stern cherche à intégrer son équipe dans une vision réaliste mais surtout idéalisée de la ville californienne.

Thomas S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s