[review] Love is love

Après l’attaque meurtrière dans une boîte de nuit gay à Orlando en Floride, Marc Andreyko décide avec IDW publishing de rassembler différents auteurs de comics pour rendre hommage aux victimes. Bliss Comics édite ce livre en France. Touché par ce massacre odieux et l’acte caritatif, j’ai voulu vous faire partager ce que j’ai ressenti à la lecture de ce comics.

Un résumé pour la route

Love_is_Love_1Il est impossible de faire un résumé car il ne s’agit pas d’une histoire ou même d’un fil narratif commun. Différents artistes s’expriment sur ce massacre mais du point de vue des artistes c’est un véritable All-star game de comics avec Mike Carey, Paul Jenkins, Mark Millar, Jason Latour, Matt Wagner, B.M. Bendis, Jonathan Hickman, Jim Lee, Jock, Gail Simone, Phil Jimenez…

Bliss Comics se met au diapason du sujet. Loin de se contenter de simplement traduire le livre américain, l’éditeur français fait appel à des auteurs français (Paul Renaud, Phil Briones, J.L. Mast, Marguerite Sauvage, Vincent Dedienne ou Katchoo) pour créer une édition vraiment originale.

Love_is_Love_2

On en dit quoi sur Comics have the power ?

Il ne s’agit pas d’une seule histoire racontée à plusieurs mains mais plutôt d’un exercice de style. Chaque scénariste ou dessinateur s’empare de cet événement sur une ou deux pages. Les histoires sont séparées par des illustrations parfois superbes comme celle de Rafael Albuquerque ou Paul Renaud. Forcément, le résultat est inégal. Idiotement, je ne peux m’empêcher de jouer le rôle du prof pour savoir quelles sont les meilleures histoires alors que chaque auteur cherche un moyen de transmettre son émotion ou son engagement. On peut même redécouvrir le travail de certains artistes : Scott Snyder qui m’avait déçu dans les derniers Batman fait un superbe travail. On découvre de vraies perles comme le récit très touchant de Joe Kelly ou celui de Beals Lafuente. Comme pour chacun de ses récits, James Robinson écrit une histoire dense et brillante. Il y a aussi du moins bien comme Jeff Ensen qui attend l’aide de Dieu sans vraiment agir.

On ne retrouve pas toujours des super-héros bien que Paul Dini & Bill Morrison dévoilent de manière amusante un pan méconnu de l’histoire d’Harley Queen. Archie Comics réalise un beau récit sur la tolérance à Riverdale, bien dans le renouveau de cette antique maison d’édition. Jason Latour et Jason Aaron casent un hommage à leur série, Southern Bastard. Je n’arrive pas à savoir si c’est malin ou un peu opportuniste.

Love_is_Love_3

Plusieurs artistes choisissent de montrer leur émotion devant ce massacre sans aucun rapport avec leur travail pour DC ou IDW par exemple (Joshua Hale Fialkov & Gabriel Bautista). Jamais ou presque on ne parle du meurtrier alors que Lindelof se concentre sur certaines victimes précises pour humaniser ce massacre de masse. Les histoires ne passent pas à côté des motifs racistes et homophobes de l’acte. James Tynion IV écrit un récit très émouvant car on sent, depuis Batwoman, que c’est un thème très personnel pour lui. Certains artistes mettent en image leur syndrome de page blanche. D’autres artistes profitent de ce livre pour raconter une histoire contre l’homophobie (Teddy Tenenbaum & Mike Huddleston) ou une ode à la tolérance et à l’amour (Joe Kelly & Victor Santos). Mis à part Jay Edidin et Joshua Dysart, peu disent que l’amour homosexuel est aussi un acte politique pour s’affirmer face à une société parfois peu tolérante. Ce ne sont pas des histoires forcément militantes mais certains se demandent si l’éducation qu’ils ont reçue n’est pas la cause de ce massacre (Kim & Jimenez racontent une belle histoire d’amitié).

Love_is_Love_4

Dans de nombreux récits, on retrouve des enfants et les scénaristes nous montrent leur questionnement : Comment leur expliquer l’inexplicable ? Comment un enfant peut devenir un meurtrier homophobe ? Ce sont ces récits que je trouve les plus émouvants. Au-delà de la forte émotion, on y apprend aussi comment des Américains peuvent réagir face à ces crimes de masse hélas très nombreux. Cependant, peu de récits sont frontalement violents comme si le choc rendait le gore impossible à utiliser. Le plus souvent, l’action après le massacre est mise en avant. C’est plus un appel à agir qu’une lamentation. On retrouve souvent l’idée du refus de s’arrêter mais de continuer à vivre ouvertement et de sortir. Les ajouts pour l’édition française sont bienvenus avec une jolie partie sur la Russie de Mast.

Du point de vue des dessins, les styles sont très différents avec des artistes indépendants au dessin personnel ou un dessin très réaliste. Je trouve cependant que les dessins sont souvent en-dessous de l’histoire. Est-ce lié à un temps plus long par rapport au scénario ?

Love_is_Love_5

De la part de Bliss Comics, la traduction est irréprochable. Comme toujours avec cet éditeur de Valiant dont nous avions déjà chroniqué Archer & Armstrong, Harbinger et Faith, la qualité est au rendez-vous et le respect du lecteur avec un prix plus qu’honorable. On peut simplement regretter qu’il manque un sommaire et peut-être un regroupement thématique pour se repérer.

Alors, convaincus ?

Dans une société où l’homophobie est encore présente, ce sujet sensible est important et ici le plus souvent bien traité. J’ai souvent été ému aux larmes. De plus, l’ensemble des bénéfices est reversé à des associations américaines et françaises de lutte contre l’homophobie. Ce n’est pas une lecture plombante mais émouvante. On parcourt un kaléidoscope d’images et d’histoires mais surtout d’émotions qui font réfléchir ou touchent longtemps une fois le livre fermé. Comme l’écrit la réalisatrice du film Wonder Woman, ces récits réussissent à « transformer la noirceur en lumière à travers l’art ».

Thomas S.

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. hauntya dit :

    J’ai cette BD sur mes étagères depuis des mois…ta review donne envie de m’y mettre, pour découvrir comment tous ces auteurs ont transmis et ressenti cet événement tragique, et comment ils ont transformé cette noirceur en art qui peut en toucher beaucoup…

    J'aime

  2. Il est dans ma wishlist, il faut vraiment que j’aille l’acheter d’ici la fin du mois !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s