[review] Nova tomes 1 à 6

le

Parfois un coup de cœur tient du hasard. En parcourant les annonces d’un site d’occasion, je suis tombé sur les 6 volumes de Nova. Ayant lu un épisode dans une revue, ma curiosité avait été réveillée et tout en concluant la vente, je me suis demandé si l’ensemble des aventures était au niveau.

Un résumé pour la route

Nova_1Le nouveau Nova, Sam Alexander, a été créé par Jeph Loeb (Batman : un long Halloween, Batman : Silence…) et Ed Mc Guiness (Superman, Hulk) mais ils ne restent sur la série que le temps du premier volume. Après une période de transition avec Zeb Wells, le scénario sera signé par Gerry Duggan (Deadpool) pendant 4 volumes. Les dessins sont essentiellement réalisés par Paco Medina (X-Men, U.S.Avengers) et David Baldeon (Scarlet Spider).

Vivant dans une petite ville d’Arizona, le lycéen Sam Alexander doit supporter les délires alcoolisés de son père. Celui-ci prétend avoir été dans le Nova Corps, la police de l’espace proche des Green Lantern de DC Comics. Un soir, celui-ci disparaît et, en essayant un casque, Sam se rend compte que son père ne mentait pas. Il décide de devenir un Black Nova pour retrouver son père mais est-ce si simple pour un ado sans expérience d’avoir une double vie ?

 

Nova_2
Nova par Mc Guiness

 

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

En lisant les premières pages, mon impression de départ s’est confortée de lire un œuvre mainstream construite pour plaire aux ados et vite oubliable … mais, rapidement le snob qui sommeille en moi a disparu et j’ai découvert bien plus.  Un univers propre à Nova se crée avec des personnages récurrents – Beta Ray Bill, Rocket Racoon, Cosmo… Les scénaristes n’oublient pas le premier Nova, Richard Rider, comme lorsque Justice et Speedball cherchent à recruter Nova dans les New Warriors. La scène où Sam va annoncer la mort du premier Nova à ses parents est présentée avec justesse comme celle d’un policier dans un film. Pour Nova, l’espace est un terrain de jeux géant plutôt qu’un terrain géopolitique barbant à la Hickman. Le ton devient moins fun car Nova découvre les risques de son travail comme lors du combat contre Hulk. Il ne guérit d’ailleurs pas en deux jours comme trop souvent ailleurs. L’humour est bien placé car il n’envahit pas l’histoire et il n’y a jamais de cynisme.

L’authentification à un personnage

Je ne suis pas américain, ni moi ni mon entourage n’ont encore découvert mes super pouvoirs et, même si je le voulais, je suis très loin d’être un jeune homme mais alors pourquoi cette série me touche autant ?

Nova n’est pas une succession de combats ou de pseudo-réflexions. Il s’agit avant tout d’une série sur la vie quotidienne d’un ado dans une petite ville. Cela permet au lecteur, par ses propres souvenirs, de s’attacher à lui. Ensuite, les combats sont donc plus tendus car Sam Alexander a pris vie. Cet aspect m’a fait penser aux films sur l’adolescent de John Hugues. Sam mène des visites prolongées dans l’espace pendant les vacances scolaires mais les absences scolaires restent une constante source d’inquiétude pour le personnage principal, sa famille et lui-même. De plus, Nova n’est pas un personnage surpuissant mais un ado qui découvre le monde des super-héros. Il commet donc de nombreuses maladresses : il devient aveugle en rentrant trop vite dans l’atmosphère, il doit faire réparer son casque… Sam veut être intégré dans ce nouveau milieu et si possible être ami avec les héros les plus cotés comme Thor.

Nova_3
Nova par Medina

Un réalisme touchant et personnel

Loeb puis Duggan choisissent de parler d’une famille à la dérive ce qui amplifie l’ancrage quotidien par les soucis financier. Cet aspect est bien plus vraisemblable qu’Ultimate Spider-Man de Bendis comme quand Sam doit garder sa petite sœur car sa mère travaille le soir. Tous les éléments sur la vie compliquée d’une famille pauvre sonnent très justes – les aides retirées, le problème du coût des soins médicaux d’un super-héros. Sam est sans cesse débordé par des problème d’adulte et prend le rôle du père absent même avant sa disparition. On sent une œuvre plus personnelle qu’il n’y paraît au premier abord. Duggan nous raconte-t-il ses souvenirs de lycée par Nova ou sa vie de famille par le personnage de la mère ?

Du Marvel classique modernisé

Ce qui a m’a également charmé c’est le lien avec le style narratif Marvel classique. Comme dans le Spider-Man de Ditko, on suit surtout la vie quotidienne d’un ado à problème. Peter Parker était aussi la tête de turc du caïd du lycée. Nova a le même problème de légitimité que le Spider-Man des débuts. L’intrigue peut sembler terre à terre comparée aux Avengers de Hickman mais, c’est selon moi bien meilleur car le lecteur y croit bien plus. Comme dans le Marvel des sixties, les épisodes sont assez indépendants. Cela permet de laisser de la place pour s’intéresser à vie quotidienne.

Ce classicisme est modernisé. Le rapport au père est très intéressant. Jess Alexander est un père aimant mais il est perdu depuis son retour sur Terre. Sam prend le rôle du père à la maison mais aussi dans son travail de nettoyeur au lycée. C’est lorsqu’il est Nova qu’il redevient un ado. Ce qui est le contraire du Spider-Man classique où « de grands pouvoirs impliquent des grandes responsabilités ». Grâce à son « métier » de super-héros, Sam réussit à avoir une vie plus stable – notamment à l’école.

Nova est écrit dans le Marvel actuel et la série est trop régulièrement concernée par les crossovers. Duggan réussit à intégrer ses problématiques sans avoir décidé de rien. Il fait le lien avec les crossovers sans ralentir l’histoire comme dans le mauvais crossover Original Sin, le père se découvre ainsi de plus en plus trouble. Nova étant un personnage « mineur », il n’est pas au centre des crossovers. Plus Nova est impliqué dans l’univers partagé et moins le scénario arrive à suivre la piste de départ.

Nova_4
Nova par Baldeon

Une discrète splendeur graphique

Nova est illustré par de brillants de dessinateurs : Ed McGuiness, Paco Médina puis David Baldeon. A nouveau, on peut facilement passer à côté de ces dessinateurs qui ne multiplient pas les constructions baroques dans les pages mais ils réalisent un travail brillant car toutes les aventures ou créatures – même la galerie d’extraterrestres très baroques et animaliers –  sont crédibles. Les personnages ont un visage un peu cartoon sans exagération qui sied bien au thème. Nova n’est pas un petit adulte avec de gros muscles mais un gamin normal. Les visages ronds semblent inspirés par le manga et le style de Baldeon dans la partie quotidienne me fait penser à du franco-belge. Baldeon est très doué lors des pages sur l’annonce de la mort de l’ancien Nova. On ne voit pas les pleurs mais tout est présenté de dos ou par un paysage hors de la maison. J’ai également été bluffé par l’encrage et les couleurs surtout après la lecture de Ballistic. On trouve une très grande richesse des nuances de couleurs. Les couleurs vives dominantes sont très adaptées à ce récit d’adolescence.

Alors, convaincus ?

Force est de constater que je n’ai pu lire que cette série pendant une semaine, l’ensemble de 6 volumes procure un constant plaisir. L’équipe créative stable est, selon moi, une des raisons du succès de cette série. Pour une fois, voilà une série qui arrive avec brio à articuler des contraires : l’épopée cosmique et la vie quotidienne. Nova est la brillante œuvre d’un artisan bien meilleure que des œuvres prétentieuses. Elle nous informe sûrement beaucoup sur la vie privée de ces artistes mais sans que cela ne soit jamais dit. Nova me semble être une parfaite porte d’entrée pour entrer dans la Maison des idées ou découvrir la partie cosmique de cette immense galaxie.

Thomas S.

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s