[review] Green Lantern Rebirth tome 1

La vague Rebirth n’épargne pas notre équipe puisque vous avez sans doute vu que Thomas avait déclaré sa flamme à Nightwing dernièrement tandis que j’avais évoqué pour ma part le premier tome de Superman, le fils de Superman. C’est pour un autre de mes petits chouchous que j’ai choisi de craquer en lisant Green Lantern Rebirth.

Un résumé pour la route

Green_Lantern_Rebirth_1Green Lantern Rebirth est scénarisé par Robert Venditti tandis qu’Ethan van Sciver et Rafa Sandoval prennent en charge les dessins. Le volume reprend les numéros suivants sortis aux Etats-Unis : Hal Jordan and the Green Lantern Corps Rebirth #1 et Hal Jordan and the Green Lantern Corps #1-7. En France, Green Lantern Rebirth tome 1 sort chez Urban Comics en 2018 sous le titre La loi de Sinestro.

Alors que le corps des Green Lantern semble avoir complètement disparu, l’univers est désormais sous la coupe du corps de Sinestro qui impose sa loi par la peur aidé par sa fille, Soranik et sa fidèle conseillère Lyssa Drak, fidèle gardienne du livre d’Oa. La tyrannie de Sinestro semble devoir s’exercer sans opposition jusqu’à ce que réapparaisse son plus tenace adversaire : Hal Jordan !

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

La lecture de Green Lantern s’apparente parfois à un éternel recommencement. Ici la guerre entre les corps semble terminée au profit de Sinestro, despote vieillissant de la planète Warworld – tout un programme ! Il reste au vieil homme à régner sur un empire pacifié tandis que ses exploits sont célébrés par le livre de Parallax tenu par la dévouée Lyssa Drak. Que faire d’un monde sans opposants ? Sinestro a l’air presque désœuvré alors qu’il contemple le monde qu’il a crée. Paradoxe terrible : Sinestro paraît avoir voulu imposer la paix mais à quel prix ? La dictature absolue est-elle la réponse inévitable au chaos ? On note en tous les cas que Sinestro a l’air déçu, frustré de ne plus avoir d’adversaire à sa mesure.

Green_Lantern_Rebirth_2Fort heureusement pour le tyran jaune et pour le lecteur, ce statu quo ne dure pas longtemps car Hal Jordan émerge du néant. C’est l’instant que choisit Robert Venditti pour permettre aux nouveaux lecteurs de raccrocher les wagons puisque le scénariste brosse rapidement les origines du personnage. Bien sûr, cela ne vaut pas la lecture du run de Geoff Johns mais ça facilite un peu la compréhension pour ceux qui prennent le train en marche et c’est donc mieux que rien. Tout au long de ce volume, Venditti joue parfaitement sur l’opposition entre Jordan et Sinestro. Il montre combien leur relation s’apparente à celle d’un père et de son fils, que la vie aurait irrémédiablement séparés. Cette relation d’amour-haine, d’admiration réciproque teintée de déceptions successives de part et d’autre est très bien mise en valeur par l’auteur qui s’inscrit ici dans l’héritage de ses prédécesseurs.

Les personnages secondaires sont tout à fait réussis également : on retrouve une Lyssa Drak parfaite dans son rôle d’historienne – archiviste, prêtresse hallucinée et aveuglée par son dévouement à la cause de Sinestro. Soranik, la fille du tyran est tout aussi intéressante puisqu’elle a choisi de rejoindre la cause de son père sachant celui-ci diminué et persuadée qu’il voulait avant tout la paix. Soranik est toutefois un personnage foncièrement tourné vers le Bien : comment concilier l’amour de son épouvantable père et sa soif de justice ? La manière dont Sinestro manipule sa fille le rend encore plus odieux sous la plume du talentueux Venditti.

Par chance, le corps des Green Lantern n’est pas éteint et le lecteur retrouvera donc une partie de ses Green Lantern favoris, même si on peut regretter que les Lantern de la planète Terre volent un peu la vedette aux autres membres du corps, ce que je trouve personnellement un peu dommage. Mention spéciale toutefois au personnage de Guy Gardner dont le caractère irascible, bourrin mais courageux est très bien restitué pour le plus grand bonheur des fans.

Green_Lantern_Rebirth_4

Les affrontements entre les membres du corps de Sinestro et les Green Lantern sont totalement dantesques. Il faut dire que les deux dessinateurs, qui s’alternent sans que cela ne nuise au récit, font le maximum pour restituer une atmosphère héroïque, guerrière et cosmique. Ethan Van Sciver et Rafa Sandoval multiplient les splash pages, magnifiant les personnages tout en puissance et font carrément jaillir les protagonistes des cases au point qu’on les croirait prêts à bondir sur le lecteur. Les gros plans sur les visages fonctionnent parfaitement : tension, surprise, douleur, déception, tout un registre d’émotions défile sous les yeux d’un lecteur qui a à peine le temps de reprendre son souffle.

Green_Lantern_Rebirth_3

Une mention spéciale pour Urban Comics qui a eu le bon goût de choisir une couverture de l’excellent Kevin Nowlan et d’insérer en fin de volume les couvertures alternatives réalisées par ce dernier qui sont un peu régal.

Alors, convaincus ?

Difficile d’être objectif quand on est fan de cet univers des Green Lantern. Si on n’est pas fan du sujet, on dira alors que ce titre est dans la continuité directe des précédents et ne parviendra guère à convaincre les réfractaires si Geoff Johns n’y est pas parvenu. Difficile aussi pour un nouveau lecteur de débarquer dans ce récit. Le tome a beau s’appeler Green Lantern Rebirth, il s’agit d’une suite directe de ce qui précède et, malgré le récapitulatif rapide des origines de Jordan, un nouveau lecteur aura besoin de s’accrocher un peu.

Par contre, si vous êtes fan de cet univers, ce tome ne peut que vous séduire puisqu’on y retrouve les recettes qui ont marché précédemment avec ce tandem maître / élève ou père spirituel / fils qui traverse depuis longtemps les récits des Lantern mais aussi un Guy Gardner au meilleur de sa forme. Graphiquement, on est également dans la continuité avec un Van Sciver égal à lui-même et un Sandoval qui fait le job de belle manière.

A vous de voir si vous voulez rejoindre le Corps !

Sonia D.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s