[review] All-New Thor

Après les deux volumes de Mighty Thor, Panini Comics publie le premier tome d’All-New Thor qui conte, une nouvelle fois, les aventures de Jane Foster, détentrice de Mjolnir.

Une fois la surprise de la révélation de l’identité de la nouvelle Thor passée, la qualité du récit est-elle toujours au rendez-vous ou le soufflet est-il retombé ?

Un résumé pour la route

All_New_Thor_1Le titre est scénarisé par Jason Aaron. On retrouve Russell Dauterman aux dessins. La couverture de ce volume est réalisée par Olivier Coipel.

Le présent volume reprend les épisodes 1 à 5 de The Mighty Thor parus en 2016 aux Etats-Unis chez Marvel. En France, Panini comics sort le titre en 2017 sous le titre : All-New Thor : le tonnerre dans les veines.

Dans un centre anti-cancéreux, Jane Foster lutte contre la maladie et subit bravement son traitement. Faible mais combative, Jane s’inquiète avant tout de la situation dans laquelle se trouvent Asgard et l’ensemble des Royaumes en proie à une dictature et une guerre sans merci. Thor pourra-t-elle combattre seule les menaces que représentent Odin d’un côté et Malekith de l’autre ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Avec ce volume, le lecteur se trouve plongé en plein conflit : Malekith et ses alliés mènent une guerre impitoyable pour conquérir les royaumes les uns après les autres. L’abominable Elfe noir rassemble autour de lui une belle brochette d’ignominieux personnages allant de Dario Agger, le cynique patron de Roxxon à Laufey qui règne sur les Géants de Glace. Jason Aaron use de la bonne vieille recette consistant à réunir une belle brochettes d’ordures qui veulent conquérir l’univers. En l’occurrence, cette alliance du Mal est assez crédible, sans scrupule et sanguinaire… tout pour plaire !

All_New_Thor_2

Le problème est qu’en face, Asgard ne peut pas faire son job qui est de protéger les Royaumes : Odin est devenu fou car il est sous la coupe de son frère Cul – oui, c’est son nom, je n’y suis pour rien. On retrouve ici l’un des mauvais côtés d’Odin : c’est un être fier, entêté et ombrageux qui peut mettre sa famille ou son royaume en péril par orgueil. C’est bien le cas ici : Odin et sa femme s’opposent sur une question de fond. Faut-il accepter que les choses changent ou qu’Asgard demeure figée par des traditions vieillissantes. L’opposition entre le Père et la Mère de Tout marque cette dualité entre un monde qui veut évoluer et la peur de l’inconnu, entre un univers patriarcal qui n’a pas l’habitude de se voir contesté et une parole féminine qui lui résiste, entre un régime autocratique et des aspirations à la démocratie. Aaron gère ces questions sans caricature et montre que ces positions qui paraissent irréconciliables peuvent s’accorder à la condition que chacun fasse un pas… et que personne ne mette de l’huile sur le feu !

Et Thor dans tout ça ? Notre héroïne a de nombreux combats à mener : elle doit empêcher Malekith de commettre un génocide parmi les Elfes blancs, mais aussi convaincre Odin qu’elle n’est pas une simple usurpatrice tout en luttant contre la maladie qui menace de la tuer. Jane Foster est un personnage comme je les aime : elle a une vraie dimension héroïque voire épique, tenant parfaitement le rôle de Thor mais sa personnalité ne s’efface pas devant celle de son alter-ego. Le dessin de Russell Dauterman convient parfaitement à ces aventures asgardiennes et magnifique particulièrement Thor lui offrant une majesté qui n’est toutefois pas figée, loin de là.

L’autre point fort du récit est, à mon sens, l’apparition d’un Loki à la fois détestable et touchant à son habitude. Il est ici représenté comme schizophrène, abritant de multiples versions de lui-même, ce qui nous permet de retrouver ses différentes incarnations depuis les origines du personnage. C’est un des passages que j’ai préférés pour ma part dans ce volume.

All_New_Thor_3

Alors, convaincus ?

A 100 % ! Jane Foster est vraiment une Thor convaincante aussi bien dans sa version humaine que dans son rôle de déesse du tonnerre. Elle évolue également dans un univers cohérent bien que très bouleversé. Jason Aaron écrit une véritable histoire de Thor comme si son personnage avait toujours été l’incarnation du dieu du même nom. Les autres personnages sont très bien servis également avec un couple divin qui s’écharpe en faisant nos délices ou un Loki plus retors que jamais.

Décidément, les aventures de Jane Foster / Thor offrent un récit de qualité, tant sur le plan du scénario que sur le plan graphique, n’en déplaise à ceux qui, comme Odin, préfère un monde traditionnel.

Sonia D.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’avais lu la mini-série précédente avant Secret Wars, et je ne m’en souviens pas des masses même si j’avais aimé. Par contre, pourquoi ne pas avoir garder le titre The Mighty Thor? Un choix de Panini que je ne comprends pas. J’ai de plus en plus de mal à me repérer avec les albums Panini. Mais contente de savoir que la série tient la route.

    J'aime

    1. Sonia Smith dit :

      Comme toi, je n’ai pas compris pourquoi le titre avait changé, d’autant qu’en VO, c’est bien The Mighty Thor, ça n’aide pas à se repérer mais cela n’enlève rien à la qualité de cette belle série.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s