[review] The Superior Spider-Man, prélude

le

The Superior Spider-Man fait, à mon avis, partie des très bonnes idées de ces dernières années. J’avais lu les épisodes réunis dans ce prélude lors de leur sortie en kiosque et je les avais appréciés voire savourer puisqu’il s’agissait – théoriquement – des derniers moments de Peter Parker.

Relire ces épisodes avec le recul permet-il d’y prendre le même plaisir, l’enthousiasme résiste-t-il encore à cette nouvelle lecture ?

Un résumé pour la route

Superior_Spider_Man_1Le scénario est confié à Dan Slott tandis que la partie graphique est assurée par Richard Elson et Humberto Ramos. Le titre sort aux Etats-Unis entre fin 2012 et début 2013. Panini publie ici les épisodes 698 à 700 en format librairie en 2017.

Coincé dans le caisson qui le maintient en vie, emprisonné au Raft, la prison réservée aux super-vilains, le docteur Octopus agonise et semble vivre ses derniers instants. Il trouve cependant la force de murmurer un nom, celui de son adversaire de toujours : Peter Parker.

Avant de rendre l’âme, le doc veut voir son ennemi juré, mais pourquoi ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

L’ouvrage s’ouvre d’un côté sur l’agonie atroce de Doc Oc et de l’autre sur la vie d’un Peter Parker à qui, pour une fois tout semble réussir. Dan Slott présente dans cette première partie ce que devrait être la vie d’un Peter épanoui dans tous les domaines. Il n’est plus le célèbre looser que nous connaissons mais un homme heureux qui a enfin la vie professionnelle et personnelle dont il rêvait. Le dessin est confié pour cet épisode à Richard Elson qui lui donne un aspect à la fois moderne et retro. Le duo propose ainsi la vision d’un Spider-Man décomplexé et débarrassé de tous les soucis qu’il traîne derrière lui depuis 1963. Dans un premier temps, le lecteur est plutôt heureux de voir un Spider-Man sûr de lui, profitant pleinement de ses pouvoirs et s’autorisant à vivre sans s’empêtrer dans ses complexes et sa culpabilité. Mais…est-ce vraiment le Spider-Man qu’on aime ?

Superior_Spider_Man_2Ce numéro a le mérite de nous obliger à nous poser la question. Pourquoi aime-t-on ou n’aime-t-on pas Spider-Man (et sur le sujet, je vous invite à voir la vidéo de Chris de Comixrays sur le sujet). Le lecteur qui aime un Peter Parker empêtré dans les ennuis, perdant ses proches, vivant fauché en permanence dans l’attente de la prochaine crise cardiaque de tante May est-il un pur sadique ? Ou au contraire, s’attache-t-on à Parker parce que, malgré ses galères, ses deuils, il reste l’un des plus grands héros de l’univers Marvel et qu’il est l’archétype de celui qui ne renonce jamais ? Supérior, en offrant un regard totalement différent, met le lecteur face à ce questionnement : est-ce que j’aimerais tout autant Spider-Man si c’était un winner ?

La suite est tout aussi prenante puisqu’elle montre un Octopus (mais est-ce bien lui ?) prêt à tout pour retrouver sa vitalité et son corps. Car oui, quelqu’un d’autre est coincé dans le corps d’Octopus, quelqu’un à qui on a usurpé son identité, son corps, sa vie. Dan Slott décrit avec intensité l’affrontement de deux grands génies, une guerre qui ne peut finir qu’avec l’anéantissement d’un des deux. L’auteur maintient une forte tension jusqu’au dénouement tragique. Slott montre combien un être aussi mauvais ou bon soit-il se transforme dans l’adversité et l’opposition : au contact de l’autre, on change malgré soi, en bien, en mal…ou un peu des deux.

Dan Slott nous laisse avec cette interrogation : si on mêle le meilleur de deux individus, qu’est-ce que ça donne ? Un Superior Spider-Man, mais à quel prix ? Que se passe-t-il lorsqu’en mourant ton pire ennemi te lègue le meilleur de lui-même ?

Superior-Spider_Man_3

Graphiquement, nous avons droit à un très bon Humberto Ramos dont le style anguleux et dynamique colle bien au récit, même si, au goût de certains, il se rapproche parfois un peu trop du manga. Pour ma part, je suis plutôt fan de son travail malgré son Spider-Man un peu maigrichon aux postures improbables.

Alors, convaincus ? 

Comme c’est le cas pour de nombreux lecteurs de ma génération, Spider-Man est le premier super-héros dont j’ai pu lire les aventures dans les revues éditées chez Lug. J’ai donc une grande affection pour lui. Je me rappelle parfaitement les cris d’orfraie de certains puristes entendus à la sortie de Superior Spider-Man en vo. Proposer un changement radical concernant un personnage phare est toujours risqué mais ce prélude à Superior Spider-Man introduit très bien ce bouleversement majeur que connaît l’araignée et donne vraiment envie de voir ce sera proposé et comment évoluera ce Spider-Man qui se dit « superior ».

A la fin du volume, Panini propose deux petits récits dont le premier est plutôt mignon puisqu’il montre un Spider-Man arrière-grand-père à la mémoire défaillante, raconter ses exploits à son descendant plutôt sceptique. Le second récit, qui a pour personnage principal la Chatte noire, est anecdotique et sans grand intérêt à mon goût.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. OmacSpyder dit :

    Voilà un article qui va faire pencher la balance vers un achat. J’avais parcouru ce volume et étais tombé sur les deux épisodes de fin qui ne sont pas liés au prélude lui-même. J’avais donc reposé ce tome que j’attendais pourtant.
    Mais je lis ici que le plat de résistance vaut la lecture : en effet Spiderman est un des premiers héros dont j’ai lu les aventures et je l’ai parfois laissé suivre sa route où je ne le reconnaissais plus pour le retrouver plus loin, mieux…suspendu!
    J’ai bien aimé le run de Superior qui apportait une bouffée d’oxygène et qui permettait ensuite d’envisager ce que Peter allait faire de cet « héritage » malgré lui. Donc lire le prélude avec un Peter Parker décomplexé juste avant que sa vie ne lui échappe (ça ne peut pas être un hasard!) est une invitation à laquelle ton article va tout compte fait assurément me faire répondre…

    J'aime

    1. Sonia Smith dit :

      Attention toutefois, les apparences peuvent être trompeuses, qui est réellement Peter Parker, c’est toute la question ! Mais ce prélude introduit vraiment très bien le Superior Spider-Man donc si tu as aimé ce run, ça vaut le coup de lire ce prélude 🙂

      J'aime

  2. OmacSpyder dit :

    Voilà qui pique radioactivement ma curiosité! Même si je commence à avoir ma petite idée, mon « sens » tinte étrangement 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s