DC Rebirth Justice League HS #1

le

Ayant suivi quelques titres des New 52 avec plus ou moins d’assiduité et plus ou moins de bonheur, j’ai pris la bonne résolution de suivre cette fois Rebirth dès l’origine pour mieux comprendre l’univers DC qui m’est encore bien moins familier que celui de Marvel.

L’arrivée des kiosques Rebirth m’a donc permis de sauter le pas et de commencer par les deux premières parutions que sont Justice League HS #1 et Justice League #1 consacré aux Titans. Il convient, à mon sens, de démarrer par le hors-série qui précède et explicite les événements se déroulant dans les épisodes des Titans.

Un résumé pour la route

recit-complet-justice-leagueGeoff Johns est chargé du scénario de ces épisodes dans lesquels il s’adjoint des illustrateurs de premier plan :  Gary Frank, Ethan van Sciver, Ivan Reis et Phil Jimenez, rien que ça ! Ces épisodes sont publiés en 2016 aux Etats-Unis par DC Comics. En France, Urban Comics publie le récit en kiosque en mai 2017.

Alors que Batman est dans sa batcave, surveillant comme à son habitude, les méfaits de ses adversaires, supputant sur l’existence concomitante de trois Jokers différents, un personnage fait irruption dans son repère. L’homme semble ne pas pouvoir maintenir sa présence et disparaît après avoir tenté de délivrer un message à Bruce Wayne. Batman ne reconnaît pas l’individu qui porte un uniforme jaune et rouge qui nous rappelle Kid Flash !

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Rebirth ! Que voilà un beau programme et une belle occasion pour se découvrir l’univers DC ou se relancer dans un lecture plus régulière. Prévenons tout de suite les nouveaux lecteurs : il va falloir s’accrocher car ce Justice League HS #1 fait de multiples références aux événements qui viennent de prendre fin dans les news 52 et à un autre univers dont on n’aurait pas forcément prévu qu’un jour les deux mondes se rencontreraient.

rebirth_1

Cette rencontre divise d’ailleurs les fans dont une partie aurait aimé qu’on ne touche pas à l’univers que DC insère dans Rebirth. Pour ma part, j’attends patiemment de voir ce que ce mélange improbable peut donner sans a-priori malgré une pointe d’inquiétude.

Revenons toutefois à ce premier récit sorti en kiosque qui voit le retour de Wally West  qui était prisonnier de la force véloce mais ce retour s’effectue dans des conditions très douloureuses et complexes pour lui. Au fur et à mesure des pages, Geoff Johns parsème des indices sur ce qui va advenir et rattache son récit aux événements passés : la mort de Superman, l’existence d’un frère de Wonder Woman – autant vous dire que je ne suis pas très fan de cette trouvaille – l’arrivée d’un nouveau Blue Beetle…Le scénariste met en place beaucoup de choses dans ce titre qu’il est donc conseillé de ne pas louper si on veut comprendre les autres récits.

rebirth_2Graphiquement, force est de constater que l’ensemble est à la fois beau et cohérent, chacun des artistes mettant fort bien en valeur l’action et les personnages. Le retour de Flash est l’occasion de pages tout en mouvement et en puissance et les coloristes servent très bien le travail des dessinateurs. Rien n’est à jeter et ça fait rudement plaisir de voir un fascicule aussi homogène en qualité.

Sur le plan éditorial, Urban Comics a eu la bonne idée d’insérer une introduction assez développée qui permet de comprendre un peu où on se situe. L’éditeur représente également les principaux personnages et en fin de volume explique quelques révélations comme les trois Jokers, le frère de Wonder Woman ou la présence de Mister Oz et finit par évoquer les références à [SPOILER ALERT] l’univers de Watchmen.

Alors, convaincus ?

Même si ce récit est parfois un peu compliqué d’accès, il forme tout de même une porte d’entrée indispensable si vous voulez ne pas perdre pied et entrer d’un bon pas dans cette renaissance. Si l’annonce d’une interaction entre deux univers n’est pas toujours d’une grande subtilité, elle laisse assez de suspense pour se demander comment DC va gérer tout ça.

rebirth_3Par ailleurs, étant fan de Flash, le retour de Wally West me réjouit tout comme les nombreuses connexion entre ce Justice League HS #1 et les événements de Flashpoint. qui servent de références à de nombreux changements dont on sent encore les répercussions. Flash est, pour moi, le personnage central de ce titre, même si l’ombre de quelqu’un d’autre, de plus puissant plane tout au long de l’histoire. Mais attention, l’histoire est dense et met en scène de nombreux héros de l’univers DC de Batman à Superman en passant par Atom, Aquaman ou Blue Beetle. DC semble vouloir jouer sur toutes les cordes sensibles à la fois pour ravir ses lecteurs les plus anciens comme les plus récents. La mayonnaise prend plutôt bien dans ce premier volume, reste à savoir si la qualité restera à la hauteur sur le long terme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s