[événement] Retour sur le TGS Springbreak 2017

le

Le TGS 2017 est le premier auquel assiste Comics have the Power. Nous vous avions déjà raconté notre périple l’an dernier chez Bruce Lit, nous voici donc repartis une nouvelle fois pour six heures de route pour retrouver Toulouse.

Pourquoi faire six heures de route pour une convention, me direz-vous ? Bien des raisons nous ont motivés pour aller si loin : l’excellente ambiance que nous avions connue l’année passée et la joie de revoir tout le staff du TGS Comics, Paul, Katchoo, Noël et tous les autres, une équipe adorable et les amis rencontrés sur les stands l’an passé avec un bonheur particulier de retrouver Loïc et sa super famille. Le TGS, cette année, c’est aussi le plaisir de retrouver les potes de LesComics.fr, Matt et Wolf et les autres blogueurs et youtubeurs comme Florent de Pistolet à Bulles et TGS TV, Fab de Chroniques Comics ou Benji de ComicsOvore. Enfin, c’est toujours un grand plaisir de pouvoir discuter avec Xavier Fournier, présent le samedi sur le TGS pour un projet secret !

TGS_2

Enfin, évidemment, le TGS, c’est avant tout la rencontre avec des artistes de premier plan dans un esprit quasiment familial et dans une proximité enviable. Alors certes, le nombre d’invités était moins important que l’an passé mais rappelons qu’en 2016, le TGS avait pu s’allier avec la PCE de Paris pour coupler certains invités ce qui n’est pas le cas en 2017. Certains ont pu noter que les invités 2017 étaient parfois présents lors d’éditions antérieures et il m’a semblé que le public était un peu moins nombreux que l’an passé même si les artistes étaient bien sollicités.

La file était très longue devant Paul Renaud, le régional de l’étape qui a toujours la grande classe d’offrir des free sketchs au TGS. Je suis repartie avec une magnifique Phoenix et Emilie a pu avoir un extraordinaire Double-Face. Tout le monde est reparti content, Paul se prêtant au jeu des questions sur ses travaux avec sa bonne humeur habituelle.

TGS_3

Du Côté de Sara Pichelli, un peu moins de monde mais il faut dire que le prix des commissions commence à être élevé. Par contre, Sara s’est prêtée avec bonne humeur au jeu des dédicaces des volumes des Gardiens de la Galaxie et autres Spider Men. A ses côtés, David Messina, toujours de super humeur alterne sketchs et dédicaces. Vous retrouverez l’interview de David sur Comics have the Power.

TGS_8

A côté de David Messina se trouvent deux artistes qui dédicacent pour Bliss Comics. En effet, Marguerite Sauvage était présente pour dédicacer Faith et Trevor Hairsine pour Divinity et Harbinger. Trevor est également très sollicité pour les sketchs puisque ses prix sont très raisonnables et le résultat est à tomber ! L’éditeur Bliss Comics est bien présent avec un stand qui présente toutes les sorties depuis un an avec une avant-première de Book of Death qui sort officiellement quelques jours plus tard.

TGS_5

TGS_6Enfin, comment ne pas rester des heures discuter avec l’immense Claire Wendling dont le talent me laisse réellement sans voix et qui présentait son dernier recueil Forget Me Not peuplé de dessins tous plus beaux les uns que les autres. Grâce à LesComics.fr, j’ai pu réaliser une interview de Claire qui restera gravée en moi. C’est pour de tels moments que j’aime aller sur les conventions : on n’est pas seulement là pour admirer le travail de ces artistes que l’on admire, on peut aussi tout simplement échanger et découvrir une richesse humaine derrière un immense talent.

TGS_4J’ai aussi eu la chance d’assister à l’interview de Marguerite Sauvage réalisée par Matt.  Enfin, surprise, j’ai eu l’insigne honneur d’être interviewée par Florent pour TGS TV que j’ai enfin pu rencontrer et dont l’enthousiasme fait chaud au cœur.

Nous avons aussi profité du TGS pour rencontrer Véronique Augereau et Philippe Peythieu, les voix françaises de Marge et Homer, d’une très grande gentillesse ou Davy Mourier. On a également aperçu Corin Nemec (Parker Lewis) et des cosplays plutôt réussis ! Et on finit toujours par là où on a commencé : au TGS Comics pour dépenser ses derniers sous sur le stand de Noël Gourvenec et pour dire au revoir le cœur serré aux copains qu’on se jure de revenir voir bien vite.

Bref, le TGS Springbreak, on peut en faire le tour en une heure ou y rester des heures suivant ce qu’on y cherche. Personnellement, j’aime regarder les artistes dessiner, je peux y rester des heures, fascinée par leur talent, en me disant que j’ai la chance immense de les voir évoluer devant mes yeux qui redeviennent alors des yeux d’enfant. J’aime aussi retrouver les autres passionnés pour manger ensemble ou deviser en attendant un sketch. Ces moments privilégiés offrent des possibilités d’échanges entre amateurs de comics autrement que derrière son écran et ça, ça n’a pas de prix !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s