[review] Ivar Timewalker

CAyant beaucoup apprécié Archer and Armstrong à sa sortie, je me suis donc jetée sur Ivar Timewalker pour deux raisons principales : retrouver les frères Anni-Padda et profiter d’un récit sur les voyages temporels, très en vogue en ce moment mais avec des fortunes diverses. L’écriture de Fred van Lente, drôle sur la forme mais finalement très subtile et offrant matière à réflexion était une motivation supplémentaire pour cet achat.

Il faut dire qu’on est abreuvés de récits de voyages temporels ou inter-dimensionnels plus ou moins réussis, qu’il s’agisse des Chrononauts de Mark Millar, de la série Doctor Who et des ses diverses héritières ou encore de Black Science et Infinite Loop. Comme je ne suis pas scientifique, les subtilités des boucles infinies et autres trous dimensionnels m’échappent un peu mais les voyages temporels m’ont toujours véritablement fascinée. Je cherche donc avant tout une bonne histoire qui aurait pour toile de fond cette thématique. L’ai-je trouvée avec Ivar Timewalker ?

Un résumé pour la route

Ivar Timewalker_1Ivar Timewalker est scénarisé par Fred Van Lente. On retrouve plusieurs dessinateurs à ses côtés : Clayton Henry, Robert Gill, Francis Portela, Andrew Dalhouse, Karl Kesel et Pere Pérez. Aux Etats-Unis, le titre est publié par Valiant en 2015. En France, l’éditeur Bliss Comics publie le titre en 2017.

Un événement majeur pour l’histoire de l’Humanité est sur le point de se produire : Neela Sethi, physicienne au CERN à Genève, va découvrir le voyage temporel. Evidemment, les ennuis surviennent. Alors que Neela va actionner le processus, quelqu’un frappe à la porte de son labo : c’est Ivar Anni-Padda qui demande à la jeune femme de tout laisser tomber et de le suivre car elle serait en danger. La scientifique, à l’aube d’une découverte sans précédent, ne s’en laisse pas conter et renvoie le malotru sans ménagement. Pourtant, il va bien falloir le suivre car Neela est dans le collimateur des Prométhéens, des chrononautes venus d’un lointain futur pour l’empêcher de mettre au point sa formidable trouvaille. Désormais liés l’un à l’autre, Ivar et Neela voyagent à travers le temps et les dimensions tentant de survivre et d’échapper à leurs poursuivants.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

L’univers Valiant est riche de personnalités hautes en couleurs que je découvre pour ma part car je n’avais pas eu l’occasion de lire du Valiant – ou très peu – avant l’arrivée de Bliss, j’avais pu mettre la main sur les premiers tomes des séries édités par Panini, ce qui ne m’avait guère laissé le temps d’approfondir l’ensemble. Ma lecture d’Archer et Armstrong m’ayant convaincue, j’étais curieuse de voir comment serait développée la personnalité d’Ivar qui semblait bien impétueux au regard de ses apparitions dans ce titre.

Ivar Timewalker_2

Ivar est, comme ses frères, un être impétueux voire infatué, sûr de lui, parfois insupportable. Le fait qu’il soit immortel lui donne, tout comme aux autres membres de la fratrie, un caractère parfois cynique et désabusé mais jamais méchant. Sous ses airs supérieurs, Ivar est un vrai humaniste qui semble progresser au fur et à mesure que son voyage se déroule. C’est un voyage temporel certes, mais également un voyage intérieur, qui fait de l’homme coléreux un être meilleur. Le voyage est, en littérature, souvent la manière de pouvoir parler de l’évolution personnelle : la confrontation avec le ou les différents mondes, les époques les plus variées permet de se confronter à soi, ses erreurs, ses errances et ses manquements, c’est ce qui arrive à Ivar.

 Mais, à mon sens, l’une des grandes forces de ce titre est le fait qu’Ivar n’est pas seul au centre du récit. En effet, le duo – couple ? – qu’il forme avec Neela fait véritablement l’intérêt de ce volume. Ce voyage, c’est aussi une belle histoire de rencontre entre deux êtres que rien ne destinait à se retrouver puisqu’ils ne sont même pas de la même époque. D’ailleurs, Neela est, tout autant qu’Ivar, un personnage central de cette histoire qui est autant la sienne que celle du marcheur. Neela se trouve, elle aussi, face à elle-même, à ses regrets, à ses remords et les dépasser lui permet d’avancer et de mûrir.

Petite digression personnelle, ce couple me fait penser à celui qui forment Docteur Manhattan et Laurie dans Watchmen : au début de leur relation, Ivar semble lointain, cynique et omniscient, sûr de l’avenir qu’il semble connaître. Il se dédouble également ce qui énerve tout autant Neela que Laurie dans Watchmen. Pourtant, c’est au contact de la jeune femme qu’Ivar, tout comme Manhattan, s’humanise et reprend espoir. L’aspect des Prométhéens rappellent celui du film Prometheus mais également celui du Docteur Manhattan dont ils semblent former une image inversée ; interventionniste et guerrière.

Enfin, aux côtés des deux personnages principaux, on retrouve pour notre plus grand bonheur Archer le bon vivant bourru et Gilad le sérieux. La fratrie des Anni-Padda forme un trio complètement improbable mais qui fonctionne à merveille, alternant les situations ubuesques et les moments de gravité.

Ivar Timewalker_3Ivar Timewalker est un récit où se mêlent de très nombreuses références scientifiques – Fred van Lente évoque les travaux de Stephen Hawking – mais aussi historiques puisque le lecteur croise la pilote Amelia Earhart ou d’autres individus moins sympathiques comme Adolf Hitler. Le scénariste et ses dessinateurs n’oublient pas de glisser des clins d’oeil à la culture populaire comme Watchmen, Jurassic Park – et notamment Jurassic World – ou The Big Bang Theory entre autres. A vous de les dénicher un peu partout ! Outre ces vrais petits moments de bonheur, Ivar Timewalker permet de réfléchir à la question des voyages temporels, de leurs potentielles conséquences, de l’impact qu’ils pourraient ou non avoir sur l’histoire de l’univers mais aussi de se demander ce que nous ferions si nous pouvions changer le cours des choses. Enfin, Fred Van Lente glisse une critique plutôt subtile du conformisme et de ses ravages.

Graphiquement, l’ensemble est homogène malgré les changements de dessinateurs et les planches soutiennent le dynamisme du récit qui, ne l’oublions pas, est une fuite en avant – ou en arrière – et se doit donc d’illustrer le mouvement. Les différents artistes relèvent le défi sans aucun problème tout comme ils savent restituer les ambiances des époques ou des dimensions que les voyageurs visitent.

Alors, convaincus ?

Ivar Timewalker est un récit qui peut se lire à plusieurs niveaux : vous pourrez aimer ce titre parce que vous aurez lu une bonne histoire de voyage temporel, vous vibrerez avec les héros dans des combats dantesques, vous serez émus en voyant naître les sentiments d’Ivar et de Neela. L’écriture de Van Lente est à la fois vraiment drôle et subtile, elle sait utiliser toute la palette des sentiments humains sans jamais tomber dans la facilité.

Ce voyage peut aussi être le vôtre tant il est vrai qu’une lecture permet parfois de voyager en soi. C’est ce que peut vous offrir Ivar Timewalker si vous vous laissez aller et si vous acceptez ce questionnement intérieur. Mais, même si vous n’allez pas jusque là, vous lirez un bon récit, fort et bien écrit, alors, pourquoi se priver ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s