[review] Old Man Logan

Ce n’est pas faire preuve d’originalité que d’écrire que le monde des comics vit au rythme des sorties cinématographiques. Les films mettant en scène les super-héros permettent aussi aux nouveaux lecteurs de faire connaissance avec les figures qu’ils voient évoluer sur grand écran mais aussi aux lecteurs déjà aguerris de se replonger dans leurs classiques.

C’est le cas avec la sortie du film Logan dont les trailers s’enchaînent qui nous donne l’occasion de lire ou relire des ouvrages tournant autour du personnage parfois surexploité de Wolverine. Les éditeurs ne manquent pas, à chaque sortie, de proposer des titres en rapport avec l’actualité. Dans cette optique, j’ai ressorti mon Old Man Logan.

Un résumé pour la route

oldmanlogan_1Old Man Logan est un titre scénarisé par Mark Millar et illustré par Steve Mc Niven. Il sort aux Etats-Unis chez Marvel entre août 2008 et novembre 2009. En France, Panini Comics sort Old Man Logan en 2011 et le rééditera en 2017.

Logan est désormais un homme usé, vieilli par de multiples épreuves. Il vit retiré du monde dans une ferme où il cultive sa terre afin de subvenir aux besoins de sa famille : sa femme et ses deux enfants. Logan a renoncé à utiliser ses pouvoirs et ne veut surtout plus se souvenir de son passé en tant que Wolverine, d’autant que les autres héros qui peuplaient la Terre ont disparu ou ont été sauvagement massacrés. Les temps sont difficiles et, pour la première fois en vingt ans, il ne peut payer son loyer dans les temps aux descendants de Hulk qui rançonnent le pays.

Pour tenter de sauver sa famille de la ruine et de la mort, Logan accompagne un Hawkeye devenu aveugle dans un roadtrip à travers une Amérique divisée en territoires maintenus sous la coupe de différents vilains devenus tyrans dont le Battleworld de Secret Wars s’inspire sans nulle doute. Que se passera-t-il pour ces deux survivants d’une apocalypse des super-héros ? Logan sauvera-t-il sa famille et retrouvera-t-il sa splendeur d’antan ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Old Man Logan est un véritable ovni au moment de sa parution. Il succède à des décennies de surexploitation du personnage qu’on assaisonne à toutes les sauces et qui fait partie de toutes les équipes à l’instar de Spider-Man. J’avoue avoir toujours eu du mal à voir ces héros squatter tous les titres majeurs d’une licence uniquement parce qu’ils sont populaires et donc font vendre un livre. Vous me direz que c’est la loi de l’offre et la demande et vous aurez raison. Mais Wolverine est un personnage à la personnalité assez riche et on n’a pas forcément besoin de le galvauder à tort et à travers.

Si dans ses premières apparitions, Wolverine est une brute épaisse qui cherche le conflit et agit avec brutalité, il prend de l’épaisseur au contact des X-Men sous la plume de Claremont. De ce mutant griffu, le lecteur commence alors à percevoir les failles, les fêlures et l’humanité. Old Man Logan est l’aboutissement de cette vision : Mark Millar montre un individu brisé et meurtri, marqué par ses fautes passées qu’il traîne comme des chaînes dont il ne peut se défaire. Le trait de Steve Mc Niven renforce cette impression qu’on a affaire à un être dont les plaies intérieures ont du mal à cicatriser, un homme marqué par les épreuves.

oldmanlogan_4

Old Man Logan est baigné tout au long du récit d’une ambiance Western que Clint Eastwood ne renierait pas, mais on retrouve aussi un petit côté Mad Max lorsque Logan et Hawkeye traversent un pays en ruines. Plus étonnant est le recours aux animaux préhistoriques qui peuplent les contrées désolées ou la présence d’un peuple souterrain qui engloutit régulièrement les villes de la surface. Les trafics et chantages font appel quant à eux au lexique des récits mafieux. Les mythologies américaines sont convoquées les unes après les autres pour décrire ce monde dans lequel les super-héros ont été décimés et où les dictateurs se sont partagés les restes d’un pays effrayé.

Logan peut-il vraiment rester impassible et tenir son serment de ne plus se servir de son pouvoir devant ce monde dévasté ? Malgré tous ses efforts pour changer, ne reste-t-on pas le même au fond de soi ? Mark Millar et Steve Mc Niven rendent formidablement bien les tensions qui rongent le personnage de Logan qui refuse son passé trop lourd de Wolverine et déclenchent inévitablement l’empathie pour cet homme qui a tant souffert.

oldmanlogan_3Enfin, Millar rend hommage aux débuts de Wolverine en faisant de Bruce Banner et ses descendants les oppresseurs de Logan rappelant le premier combat qui opposa les deux titans en 1974 dans Incredible Hulk #180. Les personnages rencontrés par Logan et Hawkeye tout au long de leur voyage sont également très bien campés bien qu’ils n’aient pas un rôle forcément important en apparence. Ils participent cependant du voyage initiatique que Logan effectue en lui et à travers un territoire dévasté.

Le lecteur de l’époque a pu être surpris de voir ce Wolverine vieux et blasé qui semble avoir renoncé à tout ce qui faisait son essence jusqu’alors. Millar déconstruit totalement son héros pour en faire un être normal aux aspirations communes. Il parait bien loin le mutant impitoyable qui s’opposait si facilement à Charles Xavier ou se posait en rival de Cyclope. C’est d’ailleurs Logan le héros et non Wolverine : Millar veut retrouver l’homme derrière la bête, l’humain derrière le mutant.

Alors, convaincus ?

Old Man Logan est désormais un classique de l’univers Marvel, un récit à part mais qui marque durablement la mythologie du héros, à tel point que la Maison des Idées a décidé de faire d’Old Man Logan un personnage à part entière dans son univers.

oldmanlogan_2

A mon sens, Mark Millar est Steve Mc Niven ont su saisir toute la complexité de ce personnage qui a été longtemps rangé par ses pairs au rang de brute sanguinaire et sans cervelle mais qui se révèle être dans les faits un être rongé par les épreuves subies au fil du temps, un homme qui ne souhaite au fond que mener une vie paisible entouré des siens mais qui ne peut jamais trouver la paix. Dangereux pour lui et pour les autres, Wolverine n’a d’autre choix que de tenter de maîtriser ses instincts à chaque instant car le moindre relâchement peut être fatal à ceux qui l’entourent. Cette tension est palpable pendant toute la lecture de ce titre qui montre un Wolverine comme je l’aime : puissant mais tellement humain.

Old Man Logan est un indispensable, superbement illustré et magnifiquement écrit, autant ne pas bouder son plaisir devant un tel titre qui donne une réelle épaisseur à ce personnage sur lequel on pensait avoir tout écrit. Mark Millar montre que le meilleur de Marvel passe encore par l’exploitation en profondeur des possibilités qu’offrent les héros de la Maison des Idées : nul besoin d’un crossover opposant la moitié de la galaxie à une autre, il suffit de chercher au cœur du mutant ce qui fait son intérêt : son humanité.

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. « Old Man Logan » va sûrement me réconcilier avec ce super-héros 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Yvan dit :

    En effet: un indispensable !!!

    Aimé par 2 people

  3. BigBarda dit :

    Je viens seulement de le lire et j’ai vraiment adoré. Et malgré le fait qu’il ne m’a pas beaucoup surpris, je le relirai volontiers pour son ambiance et le personnage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s