[review] Princesse Leia

Aux lendemains de la mort de Carrie Fisher qui a bouleversé tous les fans de Star Wars dont je fais partie, j’ai eu envie de lire un comic-book qui faisait partie de la pile d’ouvrages que je stocke par devers moi comme tout amateur de comics qui amasse compulsivement des livres en les réservant pour plus tard.

Princesse Leia est aussi l’occasion de lire un titre Star Wars consacré à un personnage féminin, ce qui n’est pas si fréquent. Au milieu des sorties consacrées à Vador, Lando Chewbacca ou..Poe Dameron, difficile de trouver de quoi satisfaire celles et ceux qui choisiraient de s’intéresser aux figures féminines. Princesse Leia comble ce vide, allons voir si ça vaut le coup.

Un résumé pour la route

princesseleia_1Princesse Leia est scénarisé par Mark Waid et dessiné par Terry Dodson. Le titre parait aux Etats-Unis de mai à septembre 2015. En France, Panini Comics sort l’ouvrage la même année.

Princesse Leia se situe juste après la destruction de l’Etoile de la mort et l’éradication de la Planète Aldorande – Alderaan –  lieu de naissance de Leia Organa. Cette dernière a donc perdu la majorité de son peuple et notamment ses parents Bail et Breha, souverains d’Aldorande. Refoulant ses sentiments, Leia souhaite rassembler les derniers descendants de la planète disparue afin de les préserver de l’Empire et de faire perdurer le rêve de ses parents. Accompagnée de R2 D2 et d’Evaan Verlaine, pilote rebelle, elle parcourt la galaxie pour venir en aide aux siens.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Princesse Leia axe donc son propos sur le personnage éponyme. Si les films montrent une femme émancipée – sauf lorsqu’elle est l’esclave de Jabba – ce titre surfe sur la même vague. En effet, Mark Waid campe une princesse sûre d’elle, au caractère bien trempée, qui décide seule de son destin. Si l’on aperçoit rapidement Han Solo et davantage Luke Skywalker, ils ne sont que des rôles très secondaires dans l’ouvrage. Luke tente d’empêcher Leia d’accomplir sa tâche pour la protéger d’elle-même mais ne réapparaît qu’en fin d’ouvrage une fois l’aventure terminée.

Aucun homme ne parvient à entraver la volonté de la jeune femme, ni l’amiral Ackbar, ni ses amis. Froide en apparence, Leia ne s’attarde pas sur son triste sort d’orpheline et de reine sans territoire et décide de sauver les siens au prix de sa propre sécurité. Elle ne veut pas se contenter d’être un symbole vivant mais entravé au service de la rébellion, Leia veut s’engager pour rassembler les siens, dispersés et menacés par l’Empire. Pour sa mission, elle ne s’entoure que d’un fidèle droïde – R2 D2 – et d’une pilote au caractère aussi explosif que le sien : Evaan Verlaine.

princesseleia_3

Verlaine est issue d’Alderaan et conserve une fidélité presque religieuse à ses souverains décédés et ne conçoit que mépris pour cette nouvelle souveraine qui parait peu touchée par la disparition de ses proches. Durant tout le récit, les deux femmes se cherchent, s’épient et finissent toutefois par s’apprécier au fil des épreuves communes. Leia et Evaan sont là pour la même raison : préserver ce qui reste de leur peuple et de sa culture afin de pouvoir transmettre l’esprit d’Alderaan aux générations à venir.

Mark Waid joue sur le classique duo de personnages antagonistes qui deviennent proches à la fin de l’aventure et cela ne fonctionne pas trop mal, Leia et Evaan forme un duo crédible et fort auquel on s’attache assez vite. Les antagonismes entre aldorandiens sont assez intéressants, chaque colonie ayant ses intérêts propres, seule une menace commune et le charisme de leader de Leia peuvent éventuellement les fédérer.

Le scénario est assez efficace et offre un one-shot au rythme enlevé, un peu trop parfois, peut-être ce titre aurait-il mérité plusieurs tomes pour développer l’histoire plus lentement en approfondissant les relations entre les personnages qui sont parfois rapidement esquissées. Sur le plan graphique, Terry Dodson respecte les codes vestimentaires de l’univers Star Wars officiel : Leia est en tenue blanche et ample, affublée des mythiques macarons mais la version de Dodson est rajeunie et dynamique et marche bien. Je suis moins enthousiaste sur la pauvreté voire l’absence de décors et la colorisation que l’on doit pourtant à Jordie Bellaire mais que je trouve assez agressive.

Alors, convaincus ?

princesseleia_2Princesse Leia n’est pas un titre fondamental ni indispensable à l’univers Star Wars. Toutefois, il a le mérite de mettre en avant ce personnage souvent passé au second plan au profit de ses deux acolytes masculins en montrant une Leia maîtresse de son destin, digne de son héritage. Dans cette aventure dynamique, Mark Waid sait créer un duo crédible avec ces deux personnages féminins qui ne s’en laissent pas compter.

Cet épisode comble agréablement un vide entre la Guerre des Etoiles et l’Empire Contre Attaque en donnant un coup de projecteur sur les suites de la destruction de la planète Alderaan qui est tout de même un événement marquant dans la mythologie Star Wars. Avec Princesse Leia, offrez-vous un récit agréable qui vous fera passer un bon moment dans cet univers qui nous est cher.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. wildstorm dit :

    Complètement d’accord! J’ai bien aimé cette mini série qui met en avant ce caractère fort et engagé qu’on aime tant. C’est encore plus fort maintenant…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s