[Review] Rumble #1 la couleur des ténèbres

Parmi les publications de Glénat Comics, l’une m’a attiré l’œil avec sa couverture représentant un épouvantail armé d’une épée. Malgré son titre imprononçable – Rumble – ce titre a un petit côté intrigant et on se laisse porter au fur et à mesure des pages même si on ne sait pas trop quelle sorte de comic-book on a entre les mains : humour ? Quête ? Ésotérisme ? Et si Rumble était un peu de tout cela ?

Un résumé pour la route

rumble_1Rumble est un titre scénarisé par John Arcudi et dessiné par James Harren. Aux Etats-Unis, la série sort chez Image Comics en 2015. En France, Rumble sort chez Glénat Comics en 2016.

La nuit est tombée peu à peu sur la ville. Aux détours des rues sombres et désertes, se niche un bar glauque dans lequel Bobby, un jeune barman désabusé discute avec un de ses habitués, un vétéran de l’armée prénommé Cogan. Bobby est un jeune homme maigrichon qui soupire en cherchant à conquérir l’élue de son cœur qui ne semble même pas le remarquer. Après le départ de Cogan qui quitte le bar sans régler son addition, Bobby se retrouve avec un morceau de papier griffonné par le vieux militaire dans la main…mais impossible de le déchiffrer car il est truffé de symboles incompréhensibles. Alors que Bobby reste perplexe, il voit rentrer dans le bar un Cogan effrayé et mutilé, poursuivi par un épouvantail muni d’une épée. Lorsque Bobby le frappe avec une batte de Baseball, l’épouvantail s’effondre…

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Voici un titre sur lequel je n’avais aucune idée de ce qui pouvait m’attendre : la couverture alléchante montre un épouvantail un peu frêle muni d’une épée digne d’Excalibur dressé au milieu d’une rue glauque. Le lecteur s’attend donc avant tout à un récit horrifique mettant en scène un monstre sabrant tout sur son passage.

rumble_2

Rumble n’est pas uniquement un ouvrage d’horreur et, même si le sang gicle volontiers, c’est également un titre plein d’humour et de dérision. Pas de véritable héros à mettre en avant dans ce récit : Bobby est un humain comme nous tous, un looser qui cherche à tout prix une copine sans succès, il est maigrichon et pas bien courageux : lorsque le danger se présente ou qu’il faut prêter main forte à l’épouvantail qui lui a sauvé la vie, Bobby se défile pensant d’abord à sa survie. En cela, malgré une bonne dose de fantastique, Rumble conserve un aspect réaliste car il ne met pas en scène des super-héros mais des humains ordinaires, coincés au milieu d’un combat qui ne les concerne pas.

rumble_3Rumble offre également un univers fantastique voire mystique avec d’un côté l’épouvantail à qui son corps fut volé et qui le recherche partout et de l’autre des créatures maléfiques venues de l’Au-delà pour lui régler son compte. L’Épouvantail lui-même est un héros triste, une sorte de Golem errant qui court désespérément après sa propre existence. Le lecteur se prend donc d’empathie pour ce drôle de personnage ex grand guerrier devenu une peau de chagrin vulnérable au feu. Ses adversaires ne sont pas non plus immondes et bêtement méchants, ils ont un aspect amusant et parfois dérisoire fort bien souligné par le dessin de James Harren qui sait très bien introduire des éléments fantastiques dans un univers réaliste et poisseux.

Pour finir, je dirais que Rumble a un petit côté ET l’extraterrestre : un être venu d’un autre monde – ici matérialisé par un épouvantail – déboule dans la vie tranquille de Bobby et, malgré son manque d’entrain, celui-ci ne peut faire autrement que d’endosser la responsabilité d’aider cet étrange guerrier à regagner ses pénates. Le scénariste, John Arcudi, part de ce postulat souvent utilisé qu’une rencontre improbable peut bouleverser une existence et pousser un individu dans ses retranchements lorsqu’il est face à des choix cruciaux. Bobby, c’est chacun d’entre nous : dois-je tourner le dos et laisser l’autre se débrouiller ou dois-je tendre la main au risque de voir mon confort bouleversé ?

Alors, convaincus ?

Rumble étant un titre qui ne manque ni d’humour ni de rythme, le lecteur ne se cantonne pas à l’aspect gore qui consiste à contempler l’épouvantail en train de taillader des membres. Ce titre rythmé et plus profond qu’il n’y parait est un petit Ovni dans le paysage du comic-book. Si ce style de récit n’est pas forcément neuf, l’ensemble est bien amené, aussi bien sur le plan scénaristique que pour l’aspect graphique glauque et loufoque.

rumble_4

Enfin, n’oublions pas le travail éditorial de Glénat comics qui ajoute à l’ensemble un sketch-book en fin d’ouvrage, ce qui permet de voir le travail de James Harren avec ses crayonnés notamment.

En bref, Rumble est un bon petit récit qui ne change pas le monde mais permet de passer un agréable moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s