[Review] Five Ghosts

Voici un titre qui m’intriguait fortement mais dont j’avais un peu peur qu’il ne me surprenne pas vraiment : Five Ghosts, sorti chez Glénat, dont le sous-titre, « la possession de Fabian Gray », laissait à penser qu’on aurait encore affaire à une énième histoire de démons. La quatrième de couverture est à la fois rassurante et étonnante : le personnage principal est possédé par les esprits de personnages issus de la culture anglo-saxonne : Merlin, Robin des Bois, Sherlock Holmes, Dracula et d’une figure emblématique du Japon Miyamoto Musashi.

ghosts_4

Comment peut-on réunir des personnalités aussi diverses au cœur d’un même récit et dans un même corps ? Le premier tome de Five Ghosts apporte des éléments de réponse.

Un résumé pour la route

ghosts_1Five Ghosts est dû au scénario de Frank J. Barbiere et au dessin de Chris Mooneyham. Le récit parait aux Etats-Unis chez Image Comics. En France, le titre parait en septembre 2016 chez Glénat Comics.

Fabian Gray est un chasseur de trésors sans scrupules mais particulièrement doué, et pour cause ! Il abrite en lui les esprits de cinq personnages hors normes : Merlin l’Enchanteur qui lui permet d’exercer la magie, Robin des Bois qui lui donne son habileté au tir, Sherlock Holmes, grâce auquel Fabian est un champion de la déduction, Dracula qui fait de lui un monstre sanguinaire impitoyable et Miyamoto Musashi dont il hérite de l’habileté au sabre et au combat. Toutefois, Fabian vit davantage la situation comme une charge que comme une chance car il a parfois bien du mal à prendre le dessus sur ses alter-ego.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Five Ghosts plonge le lecteur dans l’action dès le début puisqu’on se retrouve immédiatement aux côtés de Fabian Gray, chasseur de trésors aux allures de Bob Morane  « Dans une vallée fantastique, loin des regards des hommes (…) pénétrez dans la cité oubliée« , ça ne vous rappelle pas un type égaré dans une vallée infernale ?) qui a également des similitudes avec Indiana Jones. Ça tombe bien, comme Indy, Fabian se trouve aux prises avec des nazis et sa chasse aux trésors n’est pas de tout repos. L’entrée en matière permet au scénariste de faire l’étalage des talents de Fabian et surtout des entités qui le possèdent sans en faire trop. L’histoire reste, dans ce premier volume, centrée sur l’aventurier et les cinq personnages qui partagent son âme n’éclipsent pas Fabian. D’ailleurs, on se demande, sur le long terme, comment tout ce petit monde va pouvoir continuer à cohabiter sans que cela ne pause souci.

ghosts_3

Fabian a tout l’air d’un type sans pitié et invincible. On peut aussi lui trouver un petit côté Arsène Lupin qui vole aux méchants mais pour satisfaire de jolies clientes. Fabian ne vole pas d’argent mais des pierres magiques. Voilà que l’on touche aussi aux thèmes mystiques qu’on pourrait aussi tout à fait trouver dans une aventure de docteur Strange. Quelques séquences font par ailleurs écho aux aventures de pirates chères à Stevenson. Bref, Five Ghosts emprunte à de nombreuses références y compris sur le plan littéraire, le récit étant émaillé de citations d’auteurs britanniques comme William Blake ou Shakespeare.

ghosts_2L’ambiance de Five Ghosts est assez rétro, on se croirait parfois dans un pulp et c’est très agréable à lire, l’utilisation des personnalités qui possèdent Fabian ne tourne pas à la caricature et laisse la place au personnage principal, un homme tourmenté qui paie lourdement sa soif de trésors. Fabian Gray n’est pas un héros, loin de là, c’est un homme meurtri qui a obtenu le pouvoir mais doit en payer le prix. Le voilà donc face aux nazis, aux démons, aux araignées géantes et autres adversaires assoiffés de sang. Fabian est accompagné d’un fidèle ami qui représente un peu son point d’ancrage dans une réalité qui vacille. Fabian est un chasseur qui devient une proie et à la fin de ce premier tome, on ne sait plus qui chasse qui.

Sur le plan graphique, j’apprécie vraiment le style de Chris Mooneyham à la fois moderne, rappelant par certains aspects le style de Sean Murphy ou de Rafael Albuquerque, et rétro puisqu’il nous plonge dans un univers pulp. Glénat a eu l’excellente idée d’insérer certaines couvertures originales qui ajoutent à cette atmosphère d’aventures mystiques.

Alors, convaincus ?

ghosts_5Five Ghosts est un comic-book d’aventure rythmé faisant appel à la magie, offrant de belles séquences de baston contre des adversaires bien réels ou contre des démons intérieurs. Ce titre est aussi un hommage aux pulps par ses multiples références et par l’ambiance graphique à la fois moderne et rétro. Fabian Gray, le personnage principal, est un antihéros comme on les affectionne : cynique et impitoyable en apparence mais blessé et fragile en réalité. Les clins d’œil littéraires et cinématographiques dont Five Ghosts est truffé sont un vrai régal tout comme le dessin de Chris Mooneyham qui restitue aussi bien les scènes d’action que les expressions de ses sujets.

Si une plongée dans un univers rétro revisité et modernisé vous tente, on ne saurait que trop vous conseiller de plonger tout droit dans ce Five Ghosts prometteur !

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. OmacSpyder dit :

    Merci pour cet article sur une série qui me fait de l’oeil. Le côté Pulp me plaît bien et même si le propos de départ promet du bon, l’équilibre entre ce propos et la lisibilité de l’histoire doit être bien dosé. L’idée des personnalités multiples est intéressante et les personnages cités me séduisent. Holmes et Merlin quand même!
    Je suis encore plus tenté après ton article. Parlant de nouveautés, une revue sur la récente sortie « Secret Identities » serait-elle prévue?
    « Five Ghosts », ou comment dire que nous sommes tous un peu hantés. .! 😉

    J'aime

    1. darkphoenix73 dit :

      Il faut reconnaître qu’on est loin du niveau de profondeur de Planetary mais cette série rend hommage à de nombreuses références qui me sont chères et j’avoue être plutôt agréablement surprise par ce titre dont je n’attendais pas forcément grand chose. Secret Identities est sur ma pile de lecture, une revue ne saurait tarder.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s