[Review] Sex Criminals tome 3

le

A sa sortie, je m’étais jetée sur le premier volume de Sex Criminals pour deux raisons principales : le run de Matt Fraction sur Hawkeye m’avait plutôt convaincue et j’étais curieuse de voir ce que cachait un titre pareil. L’ambiance instillée par Chip Zdarsky avait ajouté à mon intérêt tout comme l’atmosphère de délire joyeux qui ressortait de l’ensemble.

Malgré cela, j’étais passée à côté du tome 2 au milieu de toutes les sorties comics. A la sortie du troisième volume, je me suis donc décidée à lire les trois d’affilée et je n’ai pas été déçue. Cette lecture me laisse une impression étrange, mêlant plaisir, franche rigolade, gravité et malaise. Ce titre, léger, en apparence, donne matière à réflexion et il remplit fort bien sa mission.

Un résumé pour la route

sexcriminals_3Sex Criminals sort chez Image Comics aux Etats-Unis et chez Glénat Comics en France. L’ouvrage est du à l’écriture surprenante et atypique de Matt Fraction et au dessin de Chip Zdarsky.

Lorsque Jon et Suzie font l’amour, le temps s’arrête littéralement, ils peuvent se promener dans un monde où tous les autres sont figés. Les deux amants en profitent largement pour se servir dans les coffres des banques pour tenter de sauver une bibliothèque de la fermeture. Tout va pour le mieux jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas seuls dans leur cas. Voilà les deux complices partis en quête de leurs semblables en tentant d’échapper à une mystérieuse « police du sexe ». Leur recherche va les amener à rencontrer des êtres étonnants.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Sex Criminals est une série qui ne peut clairement pas laisser indifférent. Il est sûr que l’omniprésence des références aux attributs sexuels peut rebuter les plus prudes et je ne cache pas que, parfois, j’ai trouvé ça un peu too much de voir des pénis dans tous les sens et dans toutes les situations. Matt Fraction utilise le corps, ne cache rien et n’évite aucun tabou. Ses personnages visitent des sex-shops, se branlent et se touchent, se découvrent et se bousculent sans retenue.

Sex Criminals_1

Est-ce seulement cela Sex Criminals ? Un comic-book pour amateurs de cul ? Que nenni ! Le sexe et ses perceptions par la société, par les différents personnages est l’occasion d’un discours sur l’hypocrisie de la société à la fois coincée vis à vis du corps ou totalement débridée. Ce troisième tome, tout comme le précédent, est l’occasion d’un discours sur ce qu’est finalement la normalité et sur les ravages mentaux nés d’une obligation sociétale à se conformer à cette « normalité » imposée par le regard des autres et sa propre vision de soi. L’homme et la femme sont le produits d’une forme d’éducation, d’expériences diverses plus ou moins traumatisantes. Fraction montre des personnages certes tous puissants puisqu’ils arrêtent le temps par le simple fait de jouir mais complètement fracturés : Jon a besoin d’un psy pour régler ses soucis avec lui-même, Suzie se jette à corps perdu dans la défense de la culture pour éviter de s’engager sentimentalement, le gynécologue est totalement inhibé, le psy quasiment dépressif. On est loin d’un livre uniquement basé sur le jeu sexuel. Au-delà de la maîtrise de leurs désirs et de leur corps, les protagonistes s’interrogent sur leur rôle dans la société, sur ce qu’est l’amour, sur la difficulté à s’engager dans une relation amoureuse et plus simplement physique.

Vous allez me dire…ouais merci, si c’est une leçon de philosophie, ça va être carrément ennuyeux ! Pas le moins du monde ! Matt Fraction et Chip Zdarsky utilisent l’humour et la dérision afin de rendre tout ceci léger, tendre et drôle. Il y a des aspects très crus dans Sex Criminals mais les deux complices ont une véritable tendresse pour leurs personnages. L’auteur et le dessinateur s’impliquent en permanence, brisant sans cesse le quatrième mur en permettant aux protagonistes de s’adresser au lecteur, offrant un moment de pause bienvenu dans le récit. SexCriminals_2On assiste aussi à des dialogues complètement délirants entre Fraction et Zdarsky qui se mettent en scène au cœur de l’ouvrage, qui glissent des références personnelles dans tous les recoins de chaque case avec des hommages appuyés à des univers variés comme le manga, les super-héros, les Peanuts et tant d’autres que je vous laisse vous amuser à découvrir par vous-même.

Le dessin hyper de Chip Zdarsky participe de l’ambiance totalement fun et délirante de l’ouvrage et rend en même temps ces personnages attachants. Oui, il travaille d’après photo et ne s’en cache pas, il en explique même le procédé dans un bonus proposé par Glénat en fin d’ouvrage. La complicité formidable entre Fraction et son dessinateur est vraiment visible dans ce titre et elle fait partie des raisons pour lesquelles, Sex Criminals est une série attachante. J’aime aussi beaucoup Jon et Suzie, grandes gueules, sûrs d’eux en apparence, mais qui dissimulent une fragilité et une émotivité qui en font des personnages vraisemblables et profondément humains.

Alors, convaincus ?

Si personnellement, voir des sexes en gros plans n’est clairement pas ma tasse de thé, je suis pourtant tombée amoureuse de cette série. L’idée de départ est pourtant simple : deux individus lambda arrêtent le temps et commettent des petits délits pour une bonne cause (de manière totalement anecdotique et même si tout le monde s’en fiche, ça m’a rappelé un épisode de The Twilight Zone où le personnage principal arrête le temps avec sa montre). On se dit que le point de départ pourrait être un peu pauvret. Mais Sex Criminals est une leçon de vie, d’amour et de tolérance qui a des choses à dire malgré un premier abord plutôt léger.sexcriminals_4

Sur le plan éditorial, Glénat comics fait un super job en offrant des bonus sympas et des interviews totalement délirantes et des couvertures variantes assez surprenantes (mention spéciale à la couverture hommage à Super Mario Bros).

Trois tomes sont déjà sortis, une bonne occasion de suivre Jon et Suzie dans leurs aventures, d’autant qu’au fur et à mesure, des personnages s’agrègent au récit offrant des points de vue diversifiés et des parcours de vie différents.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. wildstorm dit :

    J’ai sauté récemment sur une personne qui vendait ses 3 tomes (colis pas encore ouvert). Au titre, j’avoue que cela ne m’attirait pas plus que cela. Mais le bouche à oreilles fonctionnant…Ton excellent article semble confirmer toute sa profondeur. C’est vrai que le nom Fraction rassure aussi lors de la décision grâce non seulement à Hawkeye mais j’ai aussi bien apprécié son Iron-Man.

    Aimé par 1 personne

  2. darkphoenix73 dit :

    Très sincèrement, j’y allais un peu à reculons au vu du sujet, mais je suis assez agréablement surprise. Je n’ai pas lu le Iron Man de Fraction, mais du coup, ça donne envie !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s