[Review] Evil Empire tome 2

le

Dans une autre vie, sur ComicsOvore, je vous avais fait part de mon enthousiasme pour le premier tome de Evil Empire sorti chez Glénat Comics. Un ouvrage de politique fiction aussi malsain m’avait interpellée et me donnait envie de poursuivre l’aventure. J’ai donc attendu la suite avec une certaine impatience. En effet, le volume précédent marquait l’arrivée au pouvoir d’un président aux mœurs débridées qui a décrété l’avènement de l’Empire du Mal et l’assouvissement de toutes les passions les plus sombres. Dans ce second tome, c’est le quotidien d’un Empire du mal en expansion qui s’offre à nous…l’Empire tiendra-t-il ses promesses ou va-t-il s’effondrer ?

Un résumé pour la route

evil_1Evil Empire est sorti aux Etats-Unis chez Boom Studio et en France chez Glénat Comics en 2016. Le scénario est dû à Max Bemis, chanteur et compositeur du groupe Say Anything, un groupe de pop-punk rock américain. La partie graphique est assurée par Joe Eisma (pour le chapitre 5) et Andréa Mutti pour les autres chapitres de l’ouvrage.

Sam Duggins est arrivé au pouvoir aux Etats-Unis. A peine élu, il permet à toutes les passions de se déchaîner. Chacun peut donner libre cours à ses émotions : tuer, piller, torturer impunément, même les tueurs en série en perdent leur latin et regrettent le bon vieux temps d’un monde policé. Sam Duggins ne compte pas s’arrêter aux Etats-Unis et souhaite exporter son modèle. La jeune rappeuse Reese Greenwood saura-t-elle l’en empêcher ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Les récits d’anticipation sont un exercice particulièrement difficile et, si certains ont donné lieu à de véritables chefs d’oeuvre, d’autres se sont perdus en route, dans la complexité ou dans la facilité. Le premier tome d’Evil Empire était, à mon sens, une réussite et bousculait les certitudes en montrant la mort lente d’une démocratie à bout de souffle et la vacuité d’une société spectacle sans véritable fond. Ce deuxième volume offre à voir l’ascension d’un « Empire du mal » dirigé par un couple malsain : un frère et une sœur incestueux et sans scrupules.

empire_2

L’histoire qui introduit ce second volume est plutôt réussie avec un tueur en série déboussolé, complètement dépassé par une violence qui le submerge. Ce récit court aurait pu appartenir à un recueil de nouvelles cyniques. Le récit principal est, quant à lui, beaucoup plus classique : une dictature voit le jour, elle cherche à s’étendre par la violence et rencontre un groupe de résistants bien décidés à lutter contre le Mal. L’originalité de l’ouvrage réside dans le fait que le système dictatorial repose sur un discours prônant la liberté totale de chacun de faire ce qui lui plait et de déchaîner ses pulsions les plus noires. Dans un registre un peu différent, on pourrait rapprocher Evil Empire d’un Crossed sans zombies mais avec la même sauvagerie. C’est d’ailleurs le souci de ce deuxième volume qui enchaîne les scènes violentes sans trop de pauses et sans creuser suffisamment l’intrigue politique qui aurait mérité davantage de subtilité d’autant qu’on comprend assez vite la psychologie des personnages et leurs motivations qu’il s’agisse du « couple » présidentiel ou des résistants.

empire_3Graphiquement, Joe Eisma et Andréa Mutti offrent des prestations assez différentes et inégales, la seconde étant plutôt bien servie par une bonne colorisation de la part de Chris Blythe.

Alors, convaincus ?

Si le premier volume m’a vraiment séduite, j’attendais davantage de cette suite qui me parait bien plus confuse et un peu classique dans l’opposition des forces en présence. Les  lecteurs de politique fiction resteront sur leur faim même si les amateurs de récits explosifs et sanglants pourront trouver leur compte dans ce deuxième tome.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s