[Review] Ei8ht

Ayant découvert Rafael Albuquerque avec American Vampire, je ne pouvais qu’être interpellée par la sortie de son nouveau titre chez Urban indies. Cette fois, non content d’assurer la partie graphique, Albuquerque est aussi scénariste avec l’aide de son ami Mike Johnson. Il n’est pas toujours facile de passer du dessin à l’écriture et vice-versa et voir Rafael Alburquerque s’essayer à l’exercice est plutôt intéressant. Notons une nouvelle fois l’effort d’Urban pour le lancement de cette série puisque ce premier tome, intitulé Exilé, est au prix modique de 10 euros.

Un résumé pour la route

eight_1Ei8ht est paru initialement sur le web puis chez Dark Horse aux Etats-Unis et en France chez Urban Comics, dans la collection Indies en 2016. Rafael Albuquerque qui gère entièrement le dessin et la couleur est assisté au scénario par Mike Johnson.

Le vaisseau de Joshua se crashe dans un endroit inconnu, le naufragé peine à recouvrer la mémoire et à savoir quel est son but et quel est ce lieu étrange dans lequel il se trouve. Joshua est en fait un voyageur temporel, perdu au cœur de la Mélasse, une dimension perdue entre le passé, le présent et le futur, une dimension hostile dirigée par un souverain tyrannique contre lequel des rebelles luttent avec l’énergie du désespoir. Comment Joshua va-t-il pouvoir retourner dans sa dimension, influer sur le passé ou l’avenir pour sauver sa bien aimée ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Les voyages temporels ont clairement le vent en poupe dans l’univers des comics et donnent des résultats très variés et plutôt réussis si l’on se réfère à Black Science ou The Infinite Loop. Etant adepte de ce genre de récits, j’ai donc mis la main sur Ei8ht, attirée par le sujet et par la curiosité. Fan du trait de Rafael Albuquerque, je savais d’emblée que la partie graphique me séduirait sûrement et sur ce point précis, je n’ai pas été déçue : les personnages sont particulièrement expressifs et on retrouve avec plaisir le trait incisif du dessinateur, cher aux lecteurs d’American Vampire. Albuquerque dessine également les architectures urbaines avec grand soin. eight_2L’absence de décor avec des arrière-plans relativement vides peuvent dérouter les amateurs tout comme le code couleur indiquant dans quelle époque ou dans quelle dimension on se trouve, mais ce parti pris permet de ne pas se trop se perdre dans les arcanes du temps. Chaque époque est identifiée à une couleur spécifique ce qui aide grandement à suivre le récit.

Et ce récit, alors, qu’en est-il ? Les aventures de Joshua sont plutôt classiques et ne surprendront pas l’habitué de ce genre d’ouvrages. Dans le même registre, Black Science m’a paru plus inventif. Le motif du voyage temporel n’est pas forcément non plus très original : Joshua part dans le temps après avoir fait un pacte pour sauver sa bien-aimée. L’intérêt du titre réside donc dans la manière dont Rafael Albuqerque s’approprie cette thématique du voyage temporel dans ce qu’elle a de classique. Et force est de constater que le rendu est juste et propre : Albuquerque et Johnson se jouent des failles temporelles et passent d’une époque à l’autre sans s’emmêler les pinceaux et sans perdre leur lecteur. Les conséquences des actions des uns dans une époque semblent avoir des répercussions dans les autres et ce premier tome tisse des intrigues dont aura plaisir à découvrir les tenants et les aboutissants. L’idée d’introduire une dimension intermédiaire entre les différentes époques, la Mélasse, est intéressante et peut permettre des développements inattendus.

Les personnages principaux sont bien campés et plutôt attachants, Joshua, le voyageur romantique et courageux, Nila, la rebelle forte-tête, Hari, son petit-frère malin et casse-cou forment un trio réussi tandis que leurs adversaires paraissent toutefois un peu falots en comparaison. On est un peu partagé entre une envie d’aller plus loin avec un récit plus fouillé et une envie d’aller moins vite, certains protagonistes semblant disparaître un peu vite. Mais peut-être n’est-ce qu’un leurre des scénaristes pour apporter des rebondissements dans les prochains volumes?

eight_3

Alors, convaincus ?

Avec ce premier volume de Ei8ht, Rafael Albuquerque et Mike Johnson livrent un ouvrage fait avec sérieux et offrent un bel exemple de récit de voyage temporel. Si l’originalité du scénario n’est pas la partie forte de ce titre, le déroulement de l’histoire et l’attachement qu’on porte aux personnages et à leur destin donnent envie de poursuivre l’aventure au delà de ce premier tome. Les amateurs du trait d’Albuquerque retrouveront son dessin avec grand plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s