[Review] The X-Files Archives

Avec la sortie de la controversée dixième saison d’X-Files, l’intérêt pour la série d’origine est revenu et notre petit cœur de fan des premières heures bat à nouveau à 100 à l’heure. On peut donc dire que les sorties Glénat comics tombent à pic pour combler notre attente. Si je n’ai pas encore tenté le volume intitulé « les nouvelles affaires non classées », mon oeil fut inévitablement attiré par le deuxième titre, sorti à la mi-juin : « The X-Files Archives ». Celles et ceux qui me connaissent savent que mon métier d’archiviste est aussi ma passion et que dès que le mot « archives apparaît quelque part, ça fait tilt !

La question posée par ce genre de titre est celle de l’adéquation avec la série. Un comic-book X-Files apporte-t-il une valeur ajoutée ? Est-ce une simple copie sur papier de la série elle-même ?

Un résumé pour la route

X-Files_1Au cours d’une confession particulièrement agitée dans l’église Notre-Dame de Fatima de Brooklyn, un jeune homme, blessé par balles, se défenestre devant un prêtre impuissant. L’agent Fox Mulder a entendu parler de l’affaire et trouve un lien avec un des grands secrets modernes de l’Eglise catholique : la prophétie de Fatima. Il n’en faut pas plus pour qu’il se saisisse de l’affaire et entraîne sa coéquipière Dana Scully dans une aventure mêlant ésotérisme et complots.

X-Files Archives est l’oeuvre de Stefan Petrucha pour le scénario et Charlie Adlard pour le dessin. Publié aux Etats-Unis en 1995, il est édité en France chez Glénat Comics en 2016.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Mon seul souhait en ouvrant cet ouvrage était de retrouver l’ambiance de la série de Chris Carter. Toutefois, je n’avais pas envie de retrouver les mêmes aventures que celles que la série proposait. Je dois bien dire que ce premier volume d’X-Files Archives répond exactement à mes attentes en termes d’ambiance et de scénarios. Stefan Petrucha, le scénariste, a vraiment bien sur restituer l’âme de la série en surfant à la fois sur les thématiques fortes chères à Chris Carter : les interrogations ésotériques mêlant les manipulations ecclésiastiques, les interventions démoniaques, les Ovnis ou les complots au centre desquels on trouve l’armée américaine.

X-Files_2Les personnages remplissent les mêmes rôles que dans la série : Mulder est un agent qui veut croire aux forces de l’esprit et à l’existence d’êtres venus d’ailleurs tandis que Scully tente de trouver des explications rationnelles à tout ce qu’elle voit. On balaie dans ce premier tome tout ce qui fait le succès de la série : le complotisme et l’existence de forces qui nous dépassent. Chacun peut se retrouver dans l’un ou l’autre personnage selon ses affinités et ses croyances. On aperçoit aussi au fil des pages des personnages clefs de la série télévisée comme l’homme à la cigarette ou Walter Skinner même s’ils n’ont pas un rôle encore très prépondérant dans ces épisodes tout comme les potes hackers de Mulder, les Lone Gunmens. Ainsi, le lecteur retrouve bien ce qu’il est venu chercher : un comic-book, produit dérivé d’une série qui marche du tonnerre à l’époque de sa publication.

Le point fort de ce volume est donc sans nul doute le scénario de Stefan Petrucha qui est un bon complément à la série X-Files. Ce titre a pourtant un point faible : le dessin de Charlie Adlard avec lequel je n’accroche pas du tout alors que j’apprécie son travail par ailleurs sur the Walking Dead ou Savage par exemple. Ici, je trouve son travail un peu grossier sur le traitement des visages des personnages – et pas uniquement des deux agents du FBI mais Charlie Adlard est alors encore au début de sa carrière. Par contre, il sait restituer l’ambiance glauque et sombre qui règne sur le récit.X-Files_3

Alors, convaincus ?

En dépassant l’aspect graphique qui n’est pas trop ma tasse de thé, j’ai pris plaisir à lire ce titre qui reste une madeleine de Proust pour tous ceux qui ont aimé X-Files. Cette plongée dans les affaires non classées reste un plaisir non négligeable par la grâce d’un scénario qui s’approche de la série sans fausse note. On pourrait tout à fait transposer ces récits sur écran et les insérer sans aucun souci entre deux épisodes sans que les fans n’y trouvent à redire. La vérité est chez Glénat Comics 😉

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s