[Review] Quantum and Woody

Après deux titres sérieux, voire torturés, Bliss Comics a décidé de nous offrir une série plus humoristique avec Quantum and Woody dont le tome 1 s’intitule Les pires super-héros du monde.

Pour tout vous avouer, je me méfie toujours des séries humoristiques car je ne suis pas une adepte des trucs gras et lourdingues mais, pour encourager Bliss Comics dans sa démarche d’édition et parce que le prix était attractif (10 € !), je me suis laissée tenter et je n’ai pas été déçue, bien au contraire !

Un résumé pour la route

Quantum_1Quantum and Woody est l’œuvre du scénariste James Asmus et du dessinateur Tom Fowler qui est accompagné à la couleur par la géniale Jordie Bellaire. La série est sortie chez Valiant aux États-Unis en 2013 et en France chez Bliss Comics en 2016.

L’histoire met en scène deux jeunes adultes, Eric Henderson, policier exemplaire et son frère adoptif, Woody, qui vit d’expédients et de trafics en tous genres. Deux humains quelconques, un peu ratés qui vivent une existence sans grand relief…mais un jour, tout bascule. Leur père, un scientifique de renom trouve la mort et un accident les transforme en héros. Sont-ils prêts ? Comment assumer un destin hors du commun quand on est un looser ?

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

La trame de fond de ce comic-book est la relation d’amour-haine qui régit les rapports entre les deux frères. Si la forme est plutôt drôle grâce aux réparties bien senties ou aux gags qui émaillent ce volume, le fond est plus sérieux et explore le mal être d’un enfant adopté, évoque la question du racisme, les regrets qu’on peut avoir vis-à-vis d’un père trop tôt disparu auquel on n’a pas su tout dire.

Dans ses thématiques, Quantum and Woody est proche des comics de super-héros classiques. On pourrait trouver beaucoup de similitudes entre nos deux héros et un Peter Parker par exemple. Le titre parle souvent de sentiment de culpabilité, de manque d’assurance. La différence principale réside dans l’utilisation d’un duo de frères que tout oppose et qui passent autant de temps à se bastonner qu’à résoudre leurs soucis.

Quantum_2

D’autres allusions rappellent l’univers Marvel : la méchante de l’histoire me fait personnellement penser à l’horrible Mojo et les bracelets d’où Quantum et Woody tirent leurs pouvoirs m’évoquent inévitablement Captain Mar-Vell. Pourtant, Quantum and Woody a son propre ton et développe sa mythologie particulière avec des retournements de situation qui offrent d’incessants rebondissements, des flashback explorant le passé des deux frères mettant à jour leurs blessures d’enfant. Si l’utilisation des clones dotés d’une âme n’est pas une nouveauté, l’introduction d’un tel personnage ici est bien amenée et présage des développements. Quant au bouc…c’est sans nul doute l’individu le plus insolite de la série et on n’en sait pas grand chose à la fin de ce premier tome. Si je devais faire une analogie, je le comparerais au Poyo de Tony Chu mais peut-être que la suite me démentira.

Quantum_4

Côté dessins, le trait de Tom Fowler est hyper dynamique, ce qui colle parfaitement à ce récit au rythme effréné. J’aime le costume de Quantum et les protagonistes ont de vraies personnalités. La couleur de Jordie Bellaire met très bien en valeur le dessin. Je trouve juste que les décors sont un peu vides.

Que dire du travail de l’éditeur Bliss Comics ? Il offre un volume de qualité, insérant les couvertures originales et offrant en fin de volume des bonus sympas : couvertures alternatives, crayonnés et des pages promotionnelles au sein desquels les deux héros vivent des aventures avant de vous inciter à acheter leur titre.

Alors convaincus ?

La réponse est oui, avec enthousiasme : Quantum and Woody est un titre drôle et tendre qui sait aborder des sujets sérieux voire tristes avec beaucoup de recul et d’humour.

Quantum_3

La série reprend les bonnes recettes des titres de super-héros : enfance difficile, accident qui offre des super-pouvoirs et des responsabilités, ennemis machiavéliques, tout en ajoutant ses propres ingrédients. On se prend vite au jeu et on referme le premier volume en ayant de l’empathie pour ces deux têtes à claques que sont Quantum et Woody.

Un pari réussi pour Bliss Comics qui a déjà annoncé la suite pour le mois d’octobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s