[Review] Lady Mechanika

Lady Mechanika ! Voici un titre qui fleure bon le Steampunk, la dentelle, les rouages et la vapeur. L’ouvrage me tentait vraiment : mon œil était inévitablement attiré par la splendide couverture de Joe Benitez. En outre, bien qu’étant peu familière du genre Steampunk, la preview que j’avais pu lire lors du Free Comic Book Day m’a vraiment convaincue de lire ce livre et de me jeter dans les bras de cette Lady.

Un résumé pour la route

mechanika_1Lady Mechanika est scénarisé et dessiné par Joe Benitez. La couleur est assurée par Peter Steigerwald. Ce titre, sorti chez Benitez Productions aux Etats-Unis sort chez Glénat Comics en 2016.

Lady Mechanika est une redoutable aventurière et détective qui agit pour son compte et recherche des créatures dotées d’une part mécanique qui semblent apparaître un peu partout. Pourquoi cette quête ? Lady Mechanika est-elle aussi la victime d’horribles expérimentations qui l’ont dotée de membres et d’yeux mécaniques. Le seul problème est que la jeune femme a perdu ses souvenirs. C’est donc pour retrouver les bribes de son passé perdu et le responsable de ses mutilations que Lady Mechanika parcourt le monde.

On en dit quoi sur Comics have the Power ?

Lady Mechanika est un titre qui ne perd pas son temps en longs préambules : le lecteur rejoint l’action alors que l’héroïne suit la piste d’une malheureuse créature victime d’expérimentations monstrueuses. Le rythme enlevé parcourt tout ce titre : aucune minute de pause car Lady Mechanika traque des créatures, se retrouve traquée à son tour par une horde à la solde du cynique M.Blackpool, bien décidé lui aussi à s’emparer des créatures mécanisées et à en tirer un maximum de profit.

mechanika_4

Cette thématique de la mécanisation forcée des individus me rappelle dans un tout autre style certaines œuvres de Leiji Matsumoto comme le très poétique Queen Millenia. Les êtres mécanisés dans Lady Mechanika sont des victimes d’expériences et subissent un sort funeste. Au delà des froufrous et des dentelles, ce titre est donc une réflexion sur l’être humain et son devenir dans une société qui permet de transformer un être de chair et de sang en semi-machine. Quelle part d’humanité reste-t-il en eux ? Un être mécanique doit-il encore avoir des émotions ou n’être qu’une machine impitoyable ?

mechanika_2

Au delà des scènes de combat particulièrement réussies, Lady Mechanika est donc un titre assez émouvant. Si certains fantasmeront devant les formes généreuses du personnage principal, d’autres saisiront la force de son caractère, Mechanika étant un être à la fois résolu et implacable mais aussi fragile et empli de compassion. Benitez prône d’ailleurs une grande tolérance tout au long de son histoire dénonçant les préjugés de toutes sortes, qu’ils soient raciaux ou religieux. L’auteur se permet également des pointes d’humour bien venues qui offrent une respiration dans un récit par ailleurs assez sombre.

Esthétiquement, Lady Mechanika est une belle réussite. Là encore Joe Benitez maîtrise parfaitement son sujet offrant des atmosphères parfois très XIXe siècle notamment par le biais des vêtements de ses personnages ou de leur vocabulaire délicieusement désuet (« vous galéjez », mais quel régal !). Les trains, les dirigeables, les lunettes et les pistolets ou la cité Mechanika plongent le lecteur dans un monde de vapeur et de cliquetis métalliques alors que l’évocation de magie ou de créatures mythiques offrent un aspect qui relève de la fantasy à l’ensemble.

mechanika_3

Comme d’habitude, Glénat Comics soigne l’édition du titre en offrant une belle préface de Joe Benitez et une série de couvertures, dessins et croquis de toute beauté.

Alors convaincus ?

Je dois avouer que j’attendais beaucoup de ce titre après en avoir entendu parler et après avoir lu la preview du FCBD, je n’ai absolument pas été déçue par Lady Mechanika qui montre de nouveau une femme forte qui, malgré ses blessures, prend son destin en main en combattant et en cherchant des réponses aux interrogations qui la taraudent. L’ambiance Steampunk est très présente et c’est une réussite sur le plan graphique. Ce titre qui mêle les avancées scientifiques et la superstition mérite plus qu’un détour. Le deuxième tome sort en octobre 2016, je l’attends déjà avec la plus grande impatience !

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s